Workers harvest potatoes in Miraflor, April 2008

Milos Schmidt

Eurovues. Les agriculteurs européens sont essentiels à la sécurité alimentaire mondiale – et ils ont besoin d’aide

Une mauvaise saison pour une culture ou une graine ne devrait pas entraîner un tel stress pour les agriculteurs européens. Ils sont essentiels à notre sécurité alimentaire européenne et mondiale. Le moment est venu de les soutenir, écrit Charles Miller.

Les agriculteurs européens sont aux prises avec deux défis doubles et redoutables : la pression exercée pour produire des saisons de cultures plus durables et à haut rendement, et la diminution de l’approvisionnement en semences saines pour y parvenir.

Cela n’est nulle part plus évident que pour les producteurs de pommes de terre européens qui, au début de la saison de plantation 2024, ont mis en garde contre une pénurie de semences de pommes de terre.

Le déclin des zones de production de semences dans les cinq principaux pays producteurs de semences de l’Union européenne montre pourquoi ces pénuries deviennent plus fréquentes.

Les défis persistants tels que les maladies, les ravageurs et les conditions météorologiques irrégulières sont exacerbés par le changement climatique et ont encore mis à rude épreuve l’équilibre déjà fragile de la production de semences.

Les conséquences sont désastreuses pour la culture de base de la pomme de terre. Il y a eu une réduction significative de la superficie cultivée en semences et une diminution imminente de 25 % de l’offre de tubercules de semence. En conséquence, les prix montent en flèche pour les consommateurs, et leur colère met encore davantage à l’épreuve les agriculteurs de toute l’UE.

Les agriculteurs et les producteurs du continent (de pommes de terre et d’autres cultures) se retrouvent également contraints de réaliser l’impossible.

La ressource la plus cruciale est en danger

Notre sécurité alimentaire repose sur une quantité croissante de nourriture capable de nourrir une population croissante, le tout dans un contexte de changements climatiques. Et la ressource la plus simple mais la plus cruciale – les semences – est menacée.

Cette pénurie menace la sécurité alimentaire de l’Europe ainsi que celle du monde, qui dépend des semences européennes pour ses cultures.

Heureusement, l’Europe abrite également certaines des sciences et technologies agricoles les plus avancées au monde.

Un domaine qui devrait recevoir plus d’attention à la lumière des problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement en semences est la sélection hybride.

Utilisée depuis longtemps dans d’autres cultures comme le maïs et absolument distincte des cultures génétiquement modifiées ou des OGM, la sélection hybride est l’œuvre des agriculteurs européens depuis des centaines d’années.

Les agriculteurs ne sont pas, en fin de compte, responsables de savoir si cette technologie ou d’autres technologies similaires leur sont accessibles. C’est la responsabilité de nos gouvernements, de nos élus et de nos agences qui surveillent tout, de l’utilisation des pesticides à la santé des cultures en passant par l’eau et bien plus encore.

Des migrants cueillent des pommes de terre à Syracuse, mai 2015
Des migrants cueillent des pommes de terre à Syracuse, mai 2015

Désormais, armés de technologies plus performantes telles que la cartographie du génome, les scientifiques européens sont pionniers dans les techniques de sélection hybride pour créer des semences naturellement résistantes aux maladies, naturellement résilientes au changement climatique et capables de produire de manière fiable des récoltes saines.

Plus précisément, dans le secteur de la pomme de terre, nous avons pu croiser et cultiver des cultures dotées de gènes optimaux (mais naturels) capables de lutter contre les maladies et de mieux s’en sortir dans tous les types de climats.

Appelées « vraies semences » ou « véritables semences de pommes de terre hybrides », elles peuvent également être expédiées dans le monde entier et stockées pendant des années, ce qui signifie que les agriculteurs peuvent conserver sans problème des saisons de semences pour leur culture de base la plus importante.

La sélection hybride est également essentielle à un autre élément de notre sécurité alimentaire : l’attente des agriculteurs européens d’adopter des pratiques durables et respectueuses de l’environnement.

La résistance des semences hybrides aux maladies et aux ravageurs réduit naturellement notre dépendance aux produits agrochimiques. La capacité de réduire ces coûts fait également une différence significative pour les agriculteurs qui tentent de rester solvables tout en fournissant la nourriture sur nos tables.

Les agriculteurs ne devraient pas porter le poids du monde sur leurs épaules

Pourtant, cette approche de sélection hybride, même si elle va certainement s’étendre à travers l’Europe, ne constitue qu’une partie de la solution. L’investissement dans l’agriculteur est un élément tout aussi important de notre chaîne d’approvisionnement en semences, et de la sécurité alimentaire mondiale qui en résulte.

J’entends par là l’investissement de notre temps, de nos ressources et de notre soutien émotionnel et politique, ainsi que de notre science. Les agriculteurs ne sont pas, en fin de compte, responsables de savoir si cette technologie ou d’autres technologies similaires leur sont accessibles.

C’est la responsabilité de nos gouvernements, de nos élus et de nos agences qui surveillent tout, de l’utilisation des pesticides à la santé des cultures en passant par l’eau et bien plus encore.

Les agriculteurs ont besoin de plus d’aide, et c’est ce groupe de parties prenantes qui peut la leur fournir en facilitant l’adoption de technologies de sélection hybride, garantissant ainsi un accès équitable à cette innovation agricole.

Une mauvaise saison pour une culture ou une graine ne devrait pas entraîner un tel stress pour les agriculteurs européens. Ils sont essentiels à notre sécurité alimentaire européenne et mondiale.

Le moment est venu de les soutenir. L’avenir de notre approvisionnement alimentaire et le bien-être des générations à venir en dépendent.

Laisser un commentaire

deux × un =