Eurovues.  Le rythme rapide de la Chine dans la course à l'espace devrait-il susciter des inquiétudes en Europe ?

Milos Schmidt

Eurovues. Le rythme rapide de la Chine dans la course à l’espace devrait-il susciter des inquiétudes en Europe ?

L’acier aiguise l’acier. Des gens formidables et de grandes entreprises à travers l’histoire et à travers le monde se sont inspirés même de leurs rivaux les plus féroces, les utilisant comme carburant pour continuer à travailler dur et à s’améliorer, écrit Bogdan Gogulan.

« Le programme spatial croissant de la Chine en Amérique latine concerne le Pentagone américain », tel est l’un des titres récents des principaux médias d’outre-Atlantique. Et cela devrait également concerner l’Europe. Les progrès de la Chine dans la nouvelle « course à l’espace » ont été extraordinaires.

Rien qu’au cours des dernières années, la Chine a fait atterrir un vaisseau spatial sur la face cachée de la Lune ; a envoyé le satellite BeiDou – un rival du système de positionnement global (GPS) américain – dans l’espace ; et a mis en orbite, atterri et déployé un rover sur Mars.

Au cours des derniers mois seulement, elle a lancé et fait atterrir avec succès une fusée commerciale, annoncé ses ambitions en matière de base lunaire et annoncé son intention de doubler la taille de sa station spatiale. Le directeur exécutif de la Fédération astronautique internationale, Christian Feichtinger, a décrit simplement l’industrie spatiale chinoise comme « en plein essor ».

Le risque, pour l’Europe, est qu’elle abandonne complètement son projet de devenir un véritable concurrent dans l’espace – ce qui est tout à fait réalisable si les bons choix sont faits rapidement.

L’Europe semble déjà traîner les pieds, persévérant dans des approches qui doivent évoluer tandis que la Chine et les États-Unis ne cessent de se renforcer.

Pendant ce temps, l’Europe s’appuie fortement sur ses alliés d’outre-Atlantique, où existe un environnement plus compétitif, même si le continent regorge de talents et d’innovation.

Que doit faire l’Europe – et pourquoi ?

Fragmentation, centralisation et géo-retour

La fragmentation de l’Europe est le secret de son esprit d’innovation. Lorsqu’une diversité d’idées, de perspectives et d’expériences sont réunies, la magie opère. Mais la fragmentation est aussi la raison pour laquelle le financement de la technologie spatiale en Europe est un tel casse-tête.

En Europe, l’Agence spatiale européenne, l’Union européenne et les gouvernements nationaux sont conjointement responsables du financement des entreprises spatiales, et des considérations politiques compliquent encore les choses.

En conséquence, il n’existe pas de stratégie spatiale unifiée à l’échelle du continent. Chacun pense à son petit coin de continent.

En Chine, en revanche, la stratégie spatiale est très centralisée, ce qui peut étouffer dans une certaine mesure le dynamisme, mais parvient à diriger les flux d’argent vers les domaines qui en ont le plus besoin.

La Chine y va seule. L’Europe n’est pas obligée (…) L’une des forces de l’Europe en tant que continent est sa capacité à inspirer le respect et la collaboration entre des personnes d’horizons linguistiques, culturels, religieux et historiques très divers.

Les équipages de Shenzhou-15 et Shenzhou-16 prennent des photos de groupe à l'intérieur du module central Tianhe de la station spatiale chinoise, mai 2023.
Les équipages de Shenzhou-15 et Shenzhou-16 prennent des photos de groupe à l’intérieur du module central Tianhe de la station spatiale chinoise, mai 2023.

L’Europe doit trouver une voie médiane, en préservant sa diversité tout en rassemblant les entreprises autour d’initiatives stratégiques, comme IRIS2.

La politique de « retour géographique » de l’Agence spatiale européenne existe pour une raison. L’Europe est un continent, pas un pays, et le travail des organismes supranationaux consiste à équilibrer au mieux les besoins et les désirs du continent et de ses États membres.

Néanmoins, le retour géographique a montré ses limites. En déclarant que tout investissement réalisé par un État membre doit être restitué au même montant dans les contrats industriels, cela augmente la probabilité de frais généraux inutiles tout en restreignant la concurrence.

En d’autres termes, l’équilibre entre les besoins du continent et ceux de ses États membres est déséquilibré. Et il convient de rappeler que si l’Europe dans son ensemble prospère, tous les États membres en bénéficieront également.

La force de l’Europe réside dans le respect

Les principales agences spatiales américaines adoptent une approche différente à l’égard de l’Europe. La stratégie de la NASA, par exemple, est axée sur la demande, c’est-à-dire que les petites entreprises sont invitées et encouragées à rivaliser pour construire, concevoir et développer toute technologie spatiale dont la NASA a besoin.

Plutôt que d’inviter un nombre restreint d’entreprises à développer des pièces spécifiques, comme le fait actuellement l’Europe, la NASA laisse les entreprises s’imposer, pour ainsi dire, du fait qu’elles sont les mieux placées pour répondre à une demande spécifique.

Le résultat est une technologie spatiale de haute qualité, présentant moins d’inefficacités et pouvant être produite à moindre coût. Les achats inefficaces en Europe ont toujours entraîné des retards.

Il existe suffisamment d’énergie, d’éducation, d’innovation et de courage en Europe. Il suffit de les exploiter.

Le président français Emmanuel Macron, l'administrateur du Centre national d'études spatiales Philippe Baptiste et le PDG de l'ESA Josef Aschbacher au Salon international du Bourget, juin 2023
Le président français Emmanuel Macron, l’administrateur du Centre national d’études spatiales Philippe Baptiste et le PDG de l’ESA Josef Aschbacher au Salon international du Bourget, juin 2023

La Chine y va seule. L’Europe n’est pas obligée de le faire.

En effet, l’une des forces de l’Europe en tant que continent est sa capacité à inspirer le respect et la collaboration entre des personnes d’horizons linguistiques, culturels, religieux et historiques très divers.

Elle peut forger des alliances spatiales avec des pays comme l’Inde, les pays du Moyen-Orient, le Canada et le Japon, qui ont tous des ambitions spatiales audacieuses et pourraient bénéficier d’une coopération avec l’Europe.

En travaillant avec eux, l’Europe peut contribuer à créer un écosystème spatial mondial équilibré et affirmer, en même temps, que les ambitions spatiales de l’humanité devraient, en fin de compte, être au nom de l’ensemble de l’humanité, et non d’un seul peuple ou d’un seul pays.

L’horloge tourne

L’Europe doit agir rapidement car la Chine ne montre aucun signe de ralentissement et est déjà en train de s’éloigner.

Selon une nouvelle récente, la Chine prévoit de construire deux grandes constellations de satellites Internet, Guowang et G60 Starlink.

Et cela envoie un message clair : ils souhaitent développer leurs propres systèmes et infrastructures plutôt que de compter sur d’autres pays. En d’autres termes, ils entendent être totalement autosuffisants et compétitifs.

Cela pourrait rapidement affecter la domination et les revenus actuels d’entreprises comme SpaceX et le succès du projet Kuiper d’Amazon, tout en laissant les entreprises européennes de côté.

L’acier aiguise l’acier. Des personnes formidables et de grandes entreprises à travers l’histoire et à travers le monde se sont inspirées même de leurs rivaux les plus féroces, les utilisant comme carburant pour continuer à travailler dur et à s’améliorer.

Les progrès de la Chine dans l’espace devraient donc inciter l’Europe (et les États-Unis) à améliorer leur propre secteur spatial.

Grâce à des investissements intelligents, des réformes structurelles, des politiques favorables à l’innovation et une adoption de la concurrence au niveau national et de la collaboration à l’étranger, l’Europe peut non seulement continuer à progresser dans la course à l’espace, mais aussi commencer à rattraper la Chine.

Il existe suffisamment d’énergie, d’éducation, d’innovation et de courage en Europe. Il suffit de les exploiter.

Laisser un commentaire

19 − 14 =