A boy does a back flip at Barcelona

Jean Delaunay

Eurovues. Le plan de relance de l’UE ne parvient pas à répondre aux ambitions climatiques des villes

En tant que dirigeants municipaux, si nous disposons du bon niveau de financement et de ressources, nous pouvons être un allié essentiel pour les prochaines institutions européennes, travaillant ensemble pour assurer la transition verte et construire un avenir meilleur pour tous, Anna Lisa Boni, Laia Bonet et Benedek Jávor écrit.

Le plan de relance NextGenerationEU de la Commission européenne offre une opportunité unique à l’UE et à ses villes de parvenir à un avenir juste, vert et prospère pour les citoyens européens.

Lancé en 2020, le plan est un moyen à court terme de répondre aux dommages économiques causés par le COVID-19, avec 720 milliards d’euros fournis par le biais de son principal instrument de financement, la facilité pour la reprise et la résilience. Cela offre également d’énormes possibilités d’investissement dans les infrastructures vertes susceptibles de propulser la transition de l’Europe vers la neutralité climatique.

Dès le début, les villes ont reconnu le potentiel du plan pour stimuler les investissements verts publics et privés au niveau local. Les gouvernements locaux étant responsables de 80 % des dépenses consacrées à la protection de l’environnement, nous avons exhorté l’UE et les gouvernements nationaux à travailler avec nous pour concevoir des stratégies nationales intégrant des projets climatiques locaux.

Cependant, quatre ans plus tard, il est clair que nos appels ont été largement ignorés. NextGenerationEU propose des investissements à certaines villes situées dans des zones urbaines clés, mais les villes ne disposent généralement pas directement de ressources. Un autre type de partenariat est nécessaire pour accélérer la transformation juste et verte de l’Europe.

Les investissements du plan prenant fin d’ici 2026, il existe peu de possibilités de réforme, mais d’importantes leçons peuvent encore être tirées des expériences des villes pour garantir que l’UE soutienne mieux les futurs investissements publics.

À l’écoute des besoins des villes

Ces expériences sont décrites dans un nouveau rapport d’Eurocities et du programme Global Cities du CIDOB (Barcelona Centre for International Affairs), qui souligne l’absence de participation des villes dans la conception et la gouvernance des plans de relance.

Malgré les appels forts des dirigeants locaux en faveur d’un rôle accru dans le plan, les villes ont signalé des problèmes bureaucratiques persistants, tels qu’un manque de consultation et une répartition aveugle des fonds sur le plan territorial.

À cela s’ajoute le fait que la conception et la gouvernance des plans des États membres ont été centralisées au niveau national, sans tenir compte des besoins des gouvernements locaux.

Des touristes et des Hongrois marchent sur le Pont des Chaînes sur le Danube à Budapest, juin 2019
Des touristes et des Hongrois marchent sur le Pont des Chaînes sur le Danube à Budapest, juin 2019

À Budapest, les initiatives vertes proposées par l’administration municipale ont été largement ignorées, notamment les projets de décarbonation des transports publics et d’indépendance énergétique.

Cela est dû à un gouvernement national très centralisé qui a empêché le financement d’atteindre le gouvernement local.

En outre, la plupart des plans nationaux se sont concentrés sur la distribution des ressources par le biais d’appels à propositions plutôt que de donner aux villes leur mot à dire ou de leur donner les moyens d’agir en fonction de leurs besoins.

Des instruments de financement moins adaptés aux besoins des villes

À Barcelone, la ville a élaboré un plan pour aborder les transformations vertes, notamment des pistes cyclables, des mécanismes de contrôle des zones à faibles émissions et des initiatives visant à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments.

Barcelone, comme d’autres administrations municipales, aurait apprécié l’opportunité de co-concevoir des plans de relance nationaux, mais le rôle des administrations municipales a été réduit à exécuter des projets et à dépenser les fonds alloués, ce qui a rendu les instruments de financement moins adaptés à nos besoins.

Cependant, lorsque les villes ont reçu des financements, elles ont réalisé des transitions urbaines axées sur l’action climatique.

Nous appelons les institutions européennes à adopter une approche pragmatique et à réaffecter une partie de leurs ressources non dépensées directement aux villes qui ont des projets prêts à l’emploi alignés sur les objectifs climatiques du plan de relance.

Les gens marchent le long des portiques de Bologne, juillet 2021
Les gens marchent le long des portiques de Bologne, juillet 2021

Par exemple, Bologne devrait recevoir jusqu’à 1 milliard d’euros, qui sera utilisé pour des projets à l’échelle de la ville axés sur le développement durable. Cela comprend la construction de nouvelles infrastructures vertes et la construction de deux lignes de tramway.

Mais malgré les expériences positives de certaines villes, il est évident que tous les investissements ne seront pas réalisés d’ici 2026.

En conséquence, nous appelons les institutions européennes à adopter une approche pragmatique et à réaffecter une partie de leurs ressources non dépensées directement aux villes qui ont des projets prêts à l’emploi alignés sur les objectifs climatiques du plan de relance.

En parallèle, nous exhortons l’UE et nos propres gouvernements à nous aider à mettre en œuvre les ressources déjà engagées en réduisant la bureaucratie liée aux investissements urbains grâce à des réformes au niveau national.

Reconnaître la vision audacieuse des villes en matière d’action climatique

À plus long terme, en tant que dirigeants municipaux, nous restons préoccupés par les projets de l’UE pour NextGenerationEU. Certains dirigeants européens ont suggéré que ce plan pourrait constituer un moyen plus rapide et plus simple de distribuer les fonds de cohésion de l’UE.

Grâce au principe de partenariat, qui oblige l’UE à travailler avec les territoires pour réaliser des investissements de cohésion, les villes ont la réputation de développer des investissements concrets qui favorisent le développement urbain durable.

Alors que les villes continuent de concrétiser les ambitions du Green Deal européen grâce à des partenariats tels que la mission des 100 villes neutres pour le climat, il est logique de renforcer, et non d’affaiblir, le partenariat avec les villes pour mettre en œuvre les futurs programmes de l’UE, y compris la politique de cohésion.

C’est pourquoi nous sommes particulièrement préoccupés par les discussions en cours au sein de l’UE, dans lesquelles la méthode centralisée de la facilité pour la reprise et la résilience est présentée comme le mécanisme de mise en œuvre privilégié pour les futures stratégies d’investissement de l’UE. Le dispositif ne peut être considéré comme une alternative au mode de répartition de la politique de cohésion, qui place les territoires au cœur.

Dans le même temps, nous ne pensons pas qu’une stratégie européenne réaliste d’investissement climatique puisse être élaborée à travers le budget actuel de l’UE et sans considérer sérieusement les implications des règles budgétaires de l’UE qui affectent souvent négativement la capacité des administrations locales à réaliser des investissements pour l’atténuation et l’adaptation au changement climatique.

En nous concentrant sur des solutions à long terme, nous devons élever notre voix collective afin que les institutions européennes évitent l’erreur de faire de la facilité pour la reprise et la résilience le modèle des futurs programmes d’investissement de l’UE.

Compte tenu des défis climatiques auxquels l’Europe est confrontée, nous devons renforcer l’action au niveau local pour atténuer ces effets et nous y adapter.

À l’approche des élections européennes, le prochain mandat de l’UE doit faire confiance aux villes pour mettre en œuvre des initiatives vertes vitales qui peuvent sauver nos sociétés des impacts potentiellement catastrophiques du changement climatique.

Plutôt que de supprimer les investissements publics actuellement disponibles au niveau local pour l’action climatique, l’UE doit redoubler d’efforts. Parallèlement à davantage d’investissements publics, cela signifie améliorer les capitaux privés au niveau local pour les investissements climatiques via des investisseurs privés et des institutions comme la Banque européenne d’investissement.

Un exemple, estimé par l’Agence internationale de l’énergie, est que 70 % des investissements dans les énergies propres devront provenir du secteur privé pour atteindre zéro émission nette d’ici 2050.

En tant que dirigeants municipaux, nous possédons une grande expérience dans la création de partenariats public-privé solides pour stimuler le changement local. Si nous disposons du bon niveau de financement et de ressources, nous pouvons être un allié essentiel pour les prochaines institutions européennes, travaillant ensemble pour assurer la transition verte et construire un avenir meilleur pour tous.

Laisser un commentaire

18 + 12 =