Passengers arriving at the Henri Coanda International Airport pass under a Schengen Information sign, in Otopeni, near Bucharest, March 2024

Jean Delaunay

Eurovues. Le passage au numérique va-t-il vraiment simplifier la demande de visa Schengen ?

La numérisation, bien que bien intentionnée, pourrait bien entraîner davantage de complexité pour le demandeur et une charge de travail plus lourde pour le personnel consulaire, écrit Michel Dejaegher.

Le Parlement européen élabore actuellement des plans visant à réformer les procédures de demande de visa dans l’espace Schengen en passant d’un système dans lequel les voyageurs doivent faire une demande en personne pour obtenir des vignettes de visa physiques à un système numérique.

L’idée est que les voyageurs ne demanderont plus de visa individuel ; au lieu de cela, ils demanderont un visa européen via une plateforme de visa européenne, qui leur permettra de télécharger un visa électronique directement sur leur smartphone.

Tout ce que les candidats devront faire est de télécharger des copies électroniques de leurs documents de voyage ainsi que d’autres documents justificatifs, suivis du paiement des frais de visa.

Cela pourrait potentiellement simplifier considérablement le processus de demande de visa pour les voyageurs et c’est tout à l’honneur des gouvernements européens d’être parvenus à un accord de principe sur ce point.

Et, en théorie, cela ressemble à un processus de demande de visa fluide. Mais dans la pratique, je peux prévoir un certain nombre de difficultés.

Différents pays, différentes règles

Lorsqu’un seul pays introduit un processus de numérisation, vous appliquez un ensemble de règles et de réglementations et il existe une seule autorité nationale qui harmonise et contrôle les pratiques des consulats.

Ce n’est pas une tâche facile, mais elle n’atteint pas le niveau de complexité rencontré lorsqu’un tel processus de numérisation doit être mis en œuvre dans près de 30 pays différents.

En théorie, le système de visa Schengen repose sur des règles et réglementations identiques. C’est en grande partie vrai, et c’est tout un exploit, car les politiques nationales peuvent être très différentes. Il existe cependant encore de nombreuses exceptions qu’une plateforme de numérisation devra intégrer.

Un voyageur pouvant visiter plusieurs pays lors de son court séjour, la plateforme devra non seulement vérifier quel pays Schengen est compétent pour examiner la demande de visa… mais aussi enregistrer le nombre de jours passés dans chaque pays afin que le montant des dépenses financières les ressources peuvent être calculées.

Les passagers suivent les horaires à l'aéroport Nikola Tesla, à Belgrade, décembre 2009
Les passagers suivent les horaires à l’aéroport Nikola Tesla, à Belgrade, décembre 2009

Premièrement, la plateforme devra informer les demandeurs s’ils ont ou non besoin d’un visa. La plupart des dispenses de visa sont courantes.

Il existe cependant des exceptions nationales telles que l’emploi (certains États membres de Schengen n’appliquent pas l’exemption de visa si le ressortissant d’un pays tiers doit prendre un emploi), pour les équipages des compagnies aériennes et des navires, les titulaires de passeports diplomatiques ou de service et les écoliers.

Deuxièmement, une liste harmonisée des pièces justificatives doit être affichée. Jusqu’à présent, des listes consulaires communes ont été établies, mais lorsqu’on les examine, on se rend compte que ces listes sont génériques et assez vagues, alors que si ces justificatifs doivent être téléchargés par les candidats, ils doivent être très précis et limités.

Des exigences variables peuvent prêter à confusion

Les pièces justificatives ne sont pas non plus toujours les mêmes. Par exemple, les consulats français exigent une invitation formelle et sécurisée d’un membre de la famille ou d’un ami alors que d’autres États membres acceptent différents types d’invitations.

Il en va de même pour les ressources financières : le montant minimum journalier n’est pas le même pour chaque État membre de Schengen.

Et comme un voyageur peut visiter plusieurs pays lors de son court séjour, la plateforme devra non seulement vérifier quel pays Schengen est compétent pour examiner la demande de visa (compte tenu de la notion assez floue de « destination principale » où il y a place à l’appréciation), mais mais aussi enregistrer le nombre de jours passés dans chaque pays afin de pouvoir calculer le montant des ressources financières.

À l’ère des smartphones et du progrès technologique, la numérisation peut certainement constituer une avancée. Mais cela nécessitera presque certainement des prestataires de services externes pour que le processus se déroule sans problème.

un policier des frontières bulgare, reflété dans une vitre, vérifie les documents des personnes voyageant en voiture, à la frontière de Kapitan Andreevo, janvier 2011
un policier des frontières bulgare, reflété dans une vitre, vérifie les documents des personnes voyageant en voiture, à la frontière de Kapitan Andreevo, janvier 2011

Un problème connexe est que, étant donné que la plateforme a l’intention d’exiger du demandeur qu’il paie les frais de visa Schengen en ligne, des exceptions nationales aux frais communs devront être intégrées.

En bref, le processus de candidature en ligne signifiera que de nombreuses questions seront posées au candidat, ce qui le rendra très déroutant.

Certains pays demandent déjà (ou ont l’intention de demander) à des prestataires de services externes – tels que des sous-traitants – de numériser toutes les pages des documents de voyage des demandeurs de visa en trois couleurs différentes par mesure de sécurité.

Le règlement européen, tel qu’il est actuellement, prévoit uniquement une copie de la page d’identité en une seule couleur. Cependant, je ne pense pas que les gouvernements Schengen voudront réduire ce niveau de sécurité.

La route vers Schengen est pavée de bonnes intentions

J’ai le sentiment que la numérisation, bien que bien intentionnée, pourrait bien entraîner davantage de complexité pour le demandeur, ce qui signifie que les consulats pourraient être inondés de requêtes, ce qui créerait une charge de travail accrue pour le personnel consulaire.

Ainsi, soit les gouvernements Schengen pourraient permettre à des intermédiaires commerciaux non réglementés d’aider les demandeurs à un prix élevé sans aucun contrôle – soit, comme je le prévois, continuer à réglementer les prestataires de services externes pour fournir des services contrôlés de traitement des visas et d’assistance, réduisant ainsi la charge pesant sur le demandeur et le Consulat.

En effet, de nombreux pays ont déjà recours à des services d’externalisation pour fournir une assistance logistique sans jugement lors de la délivrance de visas, de passeports et de services consulaires.

L’introduction de prestataires de services externes visait à résoudre le problème des contraintes de temps imposées aux consulats et aux ambassades par le nombre croissant de candidats et la nécessité d’enregistrer leurs données biométriques, ainsi que le renforcement des mesures de sécurité dans les consulats.

La tâche fastidieuse de réception des demandeurs, d’acceptation et de gestion des demandes de visa, de vérification de l’exactitude des documents des demandeurs et de la collecte de leurs données biométriques est transférée à des prestataires de services externes.

Cela a permis aux services consulaires de se concentrer sur la tâche essentielle – accorder ou refuser la demande – plutôt que de s’enliser dans l’administration ou les interrogations liées au traitement de la demande.

À l’ère des smartphones et du progrès technologique, la numérisation peut certainement constituer une avancée. Mais cela nécessitera presque certainement des prestataires de services externes pour que le processus se déroule sans problème.

Laisser un commentaire

cinq × quatre =