A road sign with the border crossing symbol crossed out is seen at the Gorican border in Croatia, January 2023

Jean Delaunay

Eurovues. Le nouveau système d’entrée/sortie de l’UE entraînera-t-il un retard dans les voyages ?

L’EES améliorera certainement le contrôle des frontières et la gestion des migrations, mais il créera également des défis opérationnels importants pour les États membres de l’UE qui pourraient affecter l’expérience des voyageurs aux points de passage frontaliers, écrit Tony Mercer.

Au cours des dernières décennies, les gouvernements ont dû faire face à une croissance accélérée des voyages à l’échelle mondiale et à la nécessité pour leurs pays de rester compétitifs en tant que destination de choix en matière de tourisme, de commerce, d’investissement et d’éducation.

Mais ils ont également dû trouver un équilibre avec la nécessité de faire face à un environnement économique, politique, social et sécuritaire en évolution rapide, qui connaît des menaces croissantes pour la sécurité publique.

Ces priorités ont conduit au développement de nouvelles technologies biométriques et numériques, qui ont permis de rendre les services frontaliers et migratoires plus efficients, efficaces et sécurisés, tant à l’étranger qu’à l’intérieur du pays.

La garantie de l’identité est désormais au cœur de ces services.

Qu’est-ce qui va changer en octobre ?

Le système d’entrée/sortie de l’UE (EES) — qui doit entrer en vigueur en octobre pour remplacer la pratique actuelle consistant à tamponner manuellement les passeports — automatisera l’enregistrement des voyageurs en provenance de pays tiers chaque fois qu’ils franchissent une frontière extérieure de l’UE et constitue l’un de ces éléments clés. développements.

En enregistrant les empreintes digitales, l’image faciale et la date/lieu d’entrée et de sortie d’une personne, l’EES est conçu pour améliorer la qualité des contrôles aux frontières, prévenir la migration irrégulière et renforcer la sécurité.

Le système devrait également contribuer à faciliter les véritables voyages vers l’UE tout en fournissant une identification systématique et plus fiable des personnes ayant dépassé la durée de leur séjour et des migrants illégaux.

Les employés de l'aéroport installent un panneau d'information à côté des portes automatiques de contrôle des frontières non Schengen, à l'aéroport international Henri Coanda, près de Bucarest, mars 2024.
Les employés de l’aéroport installent un panneau d’information à côté des portes automatiques de contrôle des frontières non Schengen, à l’aéroport international Henri Coanda, près de Bucarest, mars 2024.

La mise en œuvre de l’EES posera toutefois des défis opérationnels aux États membres de l’UE, notamment un flux frontalier plus complexe. D’autres défis concerneront le temps de traitement supplémentaire, les pressions sur les infrastructures et l’interopérabilité.

Les États membres de l’UE adaptent déjà leurs processus pour relever ces défis. L’expérience de passage des frontières pour les ressortissants de pays tiers va changer, ce qui pourrait impliquer des délais de traitement plus longs.

Le règlement EES prévoit des programmes nationaux de facilitation pour permettre une facilitation accélérée des frontières pour les voyageurs à faible risque, préalablement contrôlés et préenregistrés. Bien que certaines autorités aient manifesté leur intérêt pour ce projet, leur priorité initiale a été la mise en œuvre d’une technologie de bornes d’auto-inscription aux points de contrôle frontaliers.

L’UE peut-elle bénéficier d’une collaboration avec des prestataires externes ?

Une option pour rationaliser le processus consisterait pour les États membres de l’UE à faire appel à des prestataires de services externes de confiance pour atténuer certains des défis découlant du nouveau système en appliquant leurs capacités d’enregistrement biométrique pour pré-enregistrer les voyageurs vers l’UE – en particulier lorsque les pressions opérationnelles posent un problème. risque de perturbation.

La collaboration avec de tels prestataires externes n’a rien de nouveau. Lorsque le rôle de la technologie biométrique dans la délivrance des visas est devenu de plus en plus important, cela a créé une pression considérable sur les ressources consulaires.

La capture biométrique nécessite une interaction physique avec les candidats, ce qui exerce une pression sur les infrastructures existantes, les ressources humaines, la portée géographique, la capacité et le financement, ainsi que la nécessité d’intégrer les systèmes et les processus commerciaux afin de garantir l’intégrité et la sécurité du processus de candidature.

Pour résoudre ces problèmes opérationnels, les gouvernements de l’UE se sont tournés vers des prestataires externes pour les aider à gérer sans jugement l’aspect de leurs services de délivrance de visa, tels que l’enregistrement biométrique (y compris la transmission sécurisée des données aux systèmes nationaux) et l’administration des demandes de visa.

Travailler avec de tels prestataires pour fournir ces services fait désormais partie intégrante des services frontaliers et migratoires dans le monde entier. Cette collaboration a allégé les pressions en matière de personnel, d’infrastructure et financières tout en rationalisant les processus.

L’EES améliorera certainement le contrôle des frontières et la gestion des migrations, mais il créera également d’importants défis opérationnels pour les États membres de l’UE qui pourraient affecter l’expérience des voyageurs aux points de passage frontaliers.

C’est là que les prestataires externes peuvent ajouter de la valeur en facilitant un processus rationalisé pour les ressortissants de pays tiers voyageant vers l’UE.

Laisser un commentaire

dix-huit − 10 =