A young Libyan girls walks by pet birds in cages hanging from a wall painted with the rebel flag in the rebel-held Benghazi, July 2011

Jean Delaunay

Eurovues. Le nouveau dialogue national en Libye est une opportunité pour les dirigeants européens de redresser la situation

Des intérêts extérieurs concurrents ont attisé les flammes de la discorde interne en Libye. Les décideurs politiques européens doivent montrer un intérêt actif pour cette nouvelle initiative, plutôt que de se rabattre de manière répétée sur les formules ratées du passé, écrit Ashraf Boudouara.

La Libye se trouve à nouveau à la croisée des chemins. Un chemin est marqué « Impasse » – c’est le chemin sur lequel nous nous trouvons.

C’est un chemin qui ne mène nulle part, car espérer que ceux qui perdront le pouvoir lors des élections – et avec eux leurs intérêts financiers – acceptent d’organiser des élections, c’est comme demander aux dindes de voter pour Noël.

Les Turquie ne le font jamais, mais c’est le processus que mène l’ONU.

L’autre voie, plus rationnelle, consiste à soutenir le nouveau dialogue national dirigé par les Libyens et récemment lancé par le prince Mohammed El Senussi, l’héritier légitime de la couronne Senussi de Libye, pour sortir de l’impasse.

S’élevant au-dessus des intérêts étroits pour réunifier notre pays divisé, ce nouveau dialogue national s’accélère et conquiert les cœurs et les esprits de toutes les factions de notre pays.

C’est la seule voie réaliste à cette intersection cruciale. Il incarne une vision patriotique centrée sur l’inclusivité, la légitimité, la gouvernance démocratique et l’identité nationale libyenne, et les Libyens attendent le soutien actif de l’Europe dans cet espoir retrouvé pour notre pays.

Une Libye en plein désarroi a également un impact sur l’avenir de l’Europe

Les échecs politiques depuis 2011 ont été sans équivoque, laissant la Libye dans le désarroi. Nous avons subi plusieurs guerres civiles. Des élections ont été promises, annulées ou reportées indéfiniment à plusieurs reprises.

De multiples gouvernements – nommés par des non-Libyens si nous acceptons d’appeler les choses telles qu’elles sont – n’ont distribué des dividendes qu’en faveur d’intérêts étroits, approfondissant ainsi les divisions plutôt que de les combler.

Des milliers de personnes ont perdu la vie à cause du manque de gouvernance, de l’incapacité d’assurer la sécurité des citoyens et du manque criant de développement économique et d’infrastructures en raison d’une corruption endémique.

Même si certains pays se sont montrés plus engagés que d’autres, il apparaît clairement que l’Europe n’a tout simplement pas de vision cohérente pour l’avenir de la Libye.

Les forces de sécurité libyennes montent la garde à Tripoli, août 2023
Les forces de sécurité libyennes montent la garde à Tripoli, août 2023

Les implications pour l’Europe sont considérables. De l’insécurité sur son flanc sud qui a vu s’implanter des éléments déstabilisateurs, à l’augmentation de la migration illégale vers le continent (2023 a vu 2 200 migrants sont morts alors qu’ils étaient en route pour atteindre les côtes européennes), à l’insécurité énergétique résultant de l’instabilité mondiale qui aurait pu être facilement compensée par l’accès aux vastes réserves de Libye (notre pays abrite 48 milliards de barils de réserves prouvées de pétrole, ce qui représente la plus grande réserve d’Afrique du Nord), la situation ne pourrait pas être plus grave pour les intérêts stratégiques européens.

Et même si certains pays se sont montrés plus engagés que d’autres, il apparaît clairement que l’Europe n’a tout simplement pas de vision cohérente pour l’avenir de la Libye. Parfois, différents pays européens, par exemple la France et l’Italie, se sont même opposés.

Un véritable dialogue populaire mené par les Libyens

Mais aujourd’hui, face à une impasse apparemment insoluble, un nouvel espoir réaliste d’un avenir meilleur s’installe rapidement dans tout le pays.

Il y a quelques semaines à peine, à l’occasion de la fête de l’indépendance de la Libye, le prince héritier El Senussi a prononcé son discours annuel. C’est devenu pour beaucoup un moment fort du calendrier du pays.

Et tandis que les années précédentes, ses paroles visaient avant tout à donner force et espoir à ses compatriotes, cette année, il l’a fait d’une manière bien plus concrète, en annonçant le lancement d’un nouveau dialogue national dirigé par la Libye.

Le prince Mohammed el Hasan el Rida el Senussi à Rome, septembre 2011
Le prince Mohammed el Hasan el Rida el Senussi à Rome, septembre 2011

Contrairement à toutes les initiatives précédentes, ce dialogue est véritablement mené par les Libyens et basé sur la base, sous la direction du prince Mohammed.

En annonçant une liste impressionnante de Libyens qui ont voyagé pour le rencontrer dans les capitales du monde entier, la mesure dans laquelle ce projet est véritablement inclusif est distinctive.

Des responsables politiques en activité aux dirigeants communautaires et anciens de tout le pays, en passant par les chefs militaires, les universitaires, les jeunes et bien d’autres, ils sont tous venus voir le prince héritier avec le même message en tête : le moment est venu de travailler ensemble. créer une Libye véritablement unie.

Que pouvons-nous apprendre de l’histoire de la Libye ?

Comme l’a rappelé le prince Mohammed aux personnes présentes, un fait important qui a été sous-estimé est que la Libye a été confrontée à des défis similaires, bien que bien sûr pas identiques, immédiatement après la Seconde Guerre mondiale.

Les ravages de plusieurs décennies de colonisation italienne, la Seconde Guerre mondiale elle-même où la Libye était un champ de bataille, dans le contexte des mêmes affiliations et fissures tribales, régionales et ethniques que vous voyez aujourd’hui, se sont combinés pour créer un paysage politique peut-être encore pire. à laquelle la Libye est confrontée aujourd’hui.

Mais immédiatement après, la Libye a trouvé une porte de sortie pour annoncer ce que l’on appelle communément aujourd’hui son ère d’or.

Il l’a fait en s’appuyant sur ses propres normes culturelles et historiques, en s’appuyant sur sa propre identité nationale, pour mettre en œuvre des processus et des constructions politiques dotés d’une légitimité intrinsèque, de la signification nationale nécessaire pour être unificateur, ainsi que des symboles et des institutions nécessaires qui ont favorisé l’unité. la loyauté et le patriotisme pour rendre possibles la réconciliation et l’édification de la nation.

Il existe aujourd’hui de nombreux modèles de monarchie constitutionnelle démocratique dans le monde… Chacun d’entre eux a évolué à partir de l’histoire, de la culture et de l’identité nationale du pays et est cohérent avec celle-ci. C’était la même chose en Libye.

Le roi de Libye Idris El Senussi, à gauche, et le prince égyptien Abdel Moneim assistent à un dîner d'État au palais royal Abdin, au Caire, en décembre 1952.
Le roi de Libye Idris El Senussi, à gauche, et le prince égyptien Abdel Moneim assistent à un dîner d’État au palais royal Abdin, au Caire, en décembre 1952.

À partir de 1949, en moins de deux ans, le dernier dialogue national est parvenu à un consensus pour adopter la Constitution de l’indépendance de 1951.

Il a mis en place une monarchie constitutionnelle démocratique, avec un parlement élu et une gouvernance représentative. Il a établi une législature bicamérale comprenant un Sénat et une Chambre des représentants, permettant aux élus d’exprimer les préoccupations de la population.

Il y avait bien sûr aussi un système judiciaire indépendant et très respecté. Ce cadre visait à garantir un équilibre des pouvoirs entre la monarchie et le pouvoir législatif, en offrant des possibilités de participation citoyenne et en favorisant un fondement démocratique.

Des élections ont eu lieu et les femmes ont été autorisées à voter, offrant ainsi aux citoyens la possibilité de participer au processus politique et d’exprimer leurs préférences. En fait, les femmes avaient le droit de voter en Libye avant en Suisse et au Portugal.

L’Europe peut encore avoir un impact positif sur la Libye

Il existe aujourd’hui de nombreux modèles de monarchie constitutionnelle démocratique dans le monde, notamment en Suède, au Royaume-Uni, en Espagne, aux Pays-Bas, au Danemark, en Norvège, en Malaisie et au Japon.

Chacun d’entre eux est issu de l’histoire, de la culture et de l’identité nationale du pays et est cohérent avec celle-ci. C’était la même chose en Libye.

Le nouveau dialogue national en Libye doit être considéré comme une opportunité pour les dirigeants européens d’avoir enfin un impact positif sur notre pays.

Jusqu’à présent, quelle que soit la mesure, les interventions étrangères ont contribué de manière significative à l’instabilité dans notre pays. Des intérêts extérieurs concurrents, notamment entre pays européens, ont attisé les flammes de la discorde interne.

Un changement de paradigme est nécessaire, en particulier parmi les pays européens, pour soutenir le nouveau dialogue national lancé par le prince héritier, une approche locale de la stabilité et du progrès en Libye, qui prend racine et possède les ingrédients nécessaires au succès.

Les décideurs politiques européens doivent montrer un intérêt actif pour cette nouvelle initiative, plutôt que de se rabattre de manière répétée sur les formules ratées du passé. Le temps d’agir est maintenant.

Laisser un commentaire

19 − 15 =