A view of a supply ship at the Edvard Grieg oil field in the North Sea, February 2016

Jean Delaunay

Eurovues. Le dernier projet norvégien d’exploitation minière des eaux profondes de l’Arctique va inévitablement couler

La décision de la Norvège d’ouvrir l’Arctique à l’exploitation minière pourrait bien être l’étincelle qui embrasera tout l’avenir de l’industrie, écrit Louisa Casson.

Industrialiser les fonds marins en pleine crise climatique est non seulement imprudent, mais cruel.

La semaine dernière, le Parlement norvégien est allé plus loin et a voté en faveur de l’exploitation minière en haute mer dans l’Arctique.

Encore une fois, un pays qui se présente sur la scène mondiale comme progressiste et champion de l’environnement sert des projets sombres et lointains pour l’avenir de la planète.

Si les gouvernements veulent sérieusement s’attaquer à la crise environnementale, nous avons besoin de bien plus que de paroles vides de sens défaites par de terribles plans.

Les profondeurs océaniques et l’Arctique comptent parmi les dernières frontières intactes du monde. Abritant une faune incroyable, les écosystèmes fragiles du sommet du monde sont également essentiels dans la lutte contre la catastrophe climatique.

Ce que les représentants norvégiens viennent de faire en approuvant des plans visant à développer une industrie dont nous n’avons pas besoin menace de perturber les écosystèmes dont nous avons le plus besoin.

Quelle transition énergétique se met en place ?

Les mineurs des fonds marins sont allés encore plus loin que le greenwashing des publicités de compensation carbone des compagnies pétrolières – non seulement en utilisant la nature pour tenter de justifier leurs plans visant à brûler encore plus de combustibles fossiles, mais en utilisant la transition verte comme seule justification de la destruction des océans.

Grâce à cette stratégie de relations publiques enivrante, l’industrie accepte les dommages environnementaux inévitables que causerait l’exploitation minière en haute mer – il devenait de plus en plus difficile de crier malgré les centaines de scientifiques mettant en garde contre les risques et Sir David Attenborough qualifiant cela de « tragédie » après tout – mais affirme que le L’extinction de la vie marine est un sacrifice nécessaire que nous devons faire pour extraire les métaux destinés aux batteries des véhicules électriques.

Un groupe restreint d’industries avec une histoire chancelante et un bilan environnemental désastreux – depuis les organismes de compensation de carbone jusqu’aux mineurs des fonds marins – tentent de prétendre qu’elles constituent la seule voie « pragmatique » vers la décarbonisation.

Les sculptures sont recouvertes de peinture orange après que des militants de Stopp oljeleting (Stop Oil Now) les ont recouvertes de peinture dans le parc de sculptures Vigeland à Oslo, novembre 2022.
Les sculptures sont recouvertes de peinture orange après que des militants de Stopp oljeleting (Stop Oil Now) les ont recouvertes de peinture dans le parc de sculptures Vigeland à Oslo, novembre 2022.

Cette logique tordue montre le consensus politique qui existe désormais dans la lutte contre le changement climatique, mais dément une dure vérité selon laquelle le mouvement climatique doit être plus attentif au type de transition énergétique qui est mise en œuvre, à mesure qu’elle s’accélère à l’échelle mondiale.

Un groupe restreint d’industries avec une histoire chancelante et un bilan environnemental désastreux – depuis les organismes de compensation de carbone jusqu’aux mineurs des fonds marins – tentent de prétendre qu’elles constituent la seule voie « pragmatique » vers la décarbonation.

Les politiciens ne doivent pas croire à ces mensonges, qui détournent l’attention des vraies solutions : réduire les émissions à la source et protéger la nature, en particulier les vastes puits de carbone, qui sont notre meilleur allié contre le dérèglement climatique.

Le permis social dissolvant des grands pollueurs

L’exploitation minière en haute mer illustre parfaitement à quoi ressemble le grattage du baril.

Tout comme la fracturation hydraulique l’a précédé, nous voyons des industries destructrices et polluantes se rendre compte que leur permis social est en train de se dissoudre et recourir à des pratiques toujours plus extrêmes pour extraire autant que possible pendant qu’elles en ont encore le temps.

Mais une fois de plus, les entreprises sous-estiment le pouvoir des gens ordinaires, soucieux du monde naturel, de mettre un terme à ces projets. Même le géant pétrolier Shell, valant plusieurs milliards de dollars, n’a pas réussi à réaliser ses projets de forage pétrolier dans l’Arctique.

Un chasseur de phoque inuit touche un phoque mort au sommet d'un iceberg en train de fondre près de l'île Ammassalik, au Groenland, en juillet 2007.
Un chasseur de phoque inuit touche un phoque mort au sommet d’un iceberg en train de fondre près de l’île Ammassalik, au Groenland, en juillet 2007.

Le tollé international – avec 119 parlementaires européens signant une lettre ouverte à leurs collègues norvégiens, leur demandant d’arrêter le processus d’ouverture, et le Conseil consultatif scientifique des académies européennes, un groupe d’académies nationales des sciences basé à Bruxelles, mettant en garde contre les « conséquences désastreuses » sur les écosystèmes marins » – ne fera que s’accentuer alors que les mineurs des fonds marins envisagent de provoquer une crise politique en soumettant la toute première demande d’exploitation minière de l’océan mondial plus tard cette année.

Ces graves avertissements ont été réitérés mercredi, alors que le Parlement européen débattait de la décision norvégienne.

L’idée d’exploiter les profondeurs de l’océan va inévitablement couler

Nous devons regarder de l’autre côté de la Terre pour trouver le courage de comprendre pourquoi le plan téméraire de la Norvège n’est pas la fin – et pourquoi cet apparent revers pour l’environnement va en réalité galvaniser une victoire globale pour protéger les profondeurs océaniques.

Dans les années 1980, des négociations étaient en cours – et ont même finalisé un traité – pour ouvrir l’Antarctique à l’exploitation minière. Si l’idée d’exploiter le pôle Sud gelé semble aujourd’hui insensée, c’est uniquement parce que la campagne à travers le monde a été stimulée par cette crise – et n’a pas cessé même après l’accord de la Convention de Wellington par les gouvernements.

La résistance incessante de l’opinion publique a finalement réussi à convaincre la France et l’Australie non seulement de s’abstenir de ratifier le traité, mais également de proposer son opposé : un moratoire historique sur l’exploitation minière et le forage dans l’Antarctique qui, en quelques années seulement, a acquis suffisamment d’élan politique pour entrer en vigueur.

L’idée d’exploiter les profondeurs océaniques connaîtra un sort similaire. Au cours des 12 mois précédant novembre 2023, le nombre de gouvernements appelant à un moratoire sur l’exploitation minière en haute mer a triplé – avec 24 gouvernements soutenant désormais cette mesure, dont quatre du G7 aux côtés de puissances latino-américaines et de nations insulaires du Pacifique.

La Norvège a choisi de s’isoler et elle paiera le prix le plus élevé : sa réputation.

Avec l’alliance improbable des constructeurs automobiles, de l’industrie de la pêche, de la grande finance et des militants autochtones tous unis pour s’opposer à la destruction des fonds marins, le projet de la Norvège visant à ouvrir l’Arctique à l’exploitation minière pourrait bien être l’étincelle qui embrasera tout l’avenir de l’industrie.

Laisser un commentaire

3 + 17 =