A player touches the ball during the women

Jean Delaunay

Eurovues. Le cas de la Super League européenne a réveillé le géant endormi

Après l’arrêt rendu en décembre par la Cour de justice de l’Union européenne, la dernière chose que veulent la FIFA et l’UEFA, c’est une fragmentation des mini-règlements imposés par les tribunaux de toute l’UE, écrit le Dr Assimakis Komninos.

« Nichée dans le conte de fées du Grand-Duché de Luxembourg », comme l’a dit un jour un commentateur, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) est le héros méconnu de l’intégration européenne.

En matière de sport, la CJUE est comme un géant endormi. Toutes les trois décennies, le terrain se réveillera et bouleversera la façon dont nous pratiquons et apprécions nos sports préférés. Ensuite, il y aura une période d’hibernation jusqu’à la prochaine éruption.

Le choc précédent s’est produit le 15 décembre 1995, lorsque la CJUE a adopté l’arrêt Bosman qui a remodelé le football européen – à mon avis, pour le pire.

Vingt-huit ans plus tard, le 21 décembre 2023, nous avons eu le choc suivant. La Cour a cette fois infligé une défaite écrasante à la FIFA et à l’UEFA dans l’affaire de la Super League européenne.

Nous avons également eu deux autres jugements le même jour, celui du Royal Anvers Football Club et celui de l’Union Internationale de Patinage, qui ont complété le tableau et ce tableau est désormais sombre pour les fédérations sportives.

Les arrêts de la Cour auront de profondes conséquences sur presque tous les autres sports et leur organisation.

De nombreuses affaires et plaintes actuellement pendantes devant la Direction générale de la concurrence (DG COMP) de la Commission européenne vont désormais prendre de l’ampleur — au grand dam des fonctionnaires — et je suis sûr qu’il y aura une énorme vague de nouveaux renvois préliminaires. sur des questions similaires sur tous les sports que vous pouvez imaginer.

De quoi s’agit-il ?

Plus sérieusement, de quoi parle le dossier de la Super League européenne ? La Cour a estimé que les règles de la FIFA et de l’UEFA subordonnant tout nouveau projet de football interclubs, tel que la Super League, à leur approbation préalable, et interdisant aux clubs et aux joueurs de participer à ces compétitions, sont illégales.

Essentiellement, le rôle et les pouvoirs de la FIFA et de l’UEFA sont en jeu.

La CJUE a estimé nécessaire de vérifier ces pouvoirs. La Cour l’a fait en s’appuyant principalement sur les règles de concurrence du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). Et ce, grâce à trois frappes.

Les supporters de Chelsea manifestent devant le stade de Stamford Bridge contre la décision de Chelsea d'être inclus parmi les clubs formant une nouvelle Super League européenne, avril 2021.
Les supporters de Chelsea manifestent devant le stade de Stamford Bridge contre la décision de Chelsea d’être inclus parmi les clubs formant une nouvelle Super League européenne, avril 2021.

La première grève est la déconstruction de l’article 165 du TFUE sur le statut particulier du sport.

La Cour a jugé en substance que l’article 165 n’a pas de « mordant » et ne peut justifier un comportement contraire à la concurrence ou aux règles des quatre libertés.

Ceux qui avaient parié sur cette disposition introduite par le traité de Lisbonne précisément pour plaire aux instances sportives seront donc déçus.

Le deuxième obstacle est le constat que la FIFA, l’UEFA et leurs associations membres sont des « entreprises » dans le sens où elles exercent des activités économiques consistant en l’organisation et la commercialisation de compétitions de football interclubs et en l’exploitation de droits médiatiques.

Elles sont donc soumises aux règles de la concurrence et, ne l’oublions pas, la FIFA et l’UEFA détiennent une position dominante, voire un monopole, dans ces activités économiques, ce qui est « incontestable » selon les termes de la Cour.

Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités

Le troisième et le plus grave reproche concerne le traitement réservé par la Cour à la FIFA et à l’UEFA en tant qu’acteurs quasi-étatiques.

En s’appuyant sur la jurisprudence applicable aux entreprises bénéficiant de droits spéciaux ou exclusifs accordés par les États membres, la CJUE a en réalité affirmé que la FIFA et l’UEFA se distinguent des autres organisations privées.

Le joueur du Real Madrid Marcelo tient le trophée de la Ligue des Champions sur la place Cibeles, devant l'hôtel de ville de Madrid, en mai 2022.
Le joueur du Real Madrid Marcelo tient le trophée de la Ligue des Champions sur la place Cibeles, devant l’hôtel de ville de Madrid, en mai 2022.

Aucun autre texte ne résume mieux cela que le paragraphe 137 de l’arrêt :

« Des exigences identiques à celles (applicables aux entreprises ayant bénéficié de droits spéciaux ou exclusifs accordés par les Etats membres) sont d’autant plus nécessaires qu’une entreprise en position dominante, par son propre comportement et non en vertu de l’octroi d’un droit exclusif ou exclusif, droits spéciaux accordés par un État membre, se place dans une situation où il est en mesure de refuser à des entreprises potentiellement concurrentes l’accès à un marché donné (…) Cela peut être le cas lorsque cette entreprise dispose de pouvoirs de réglementation et de contrôle ainsi que du pouvoir d’imposer des sanctions lui permettant pour autoriser ou contrôler cet accès, et donc un moyen différent de ceux dont disposent normalement les entreprises et qui régit la concurrence sur les mérites entre elles.

Cela veut tout dire : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. La Cour considérait la FIFA et l’UEFA comme un « État dans l’État » et se montrait très stricte. Certes, cela équivaut à une nouvelle loi.

Le statu quo est intenable

Alors qu’exige la Cour de Justice de la FIFA et de l’UEFA ? Ces demandes semblent anodines, mais la réalité est qu’elles touchent au cœur même de la manière dont les deux sont organisés : la FIFA et l’UEFA doivent mettre en place des mesures spécifiques garantissant l’absence de risque d’abus de position dominante et tout un cadre pour des critères de fond, ainsi que des règles procédurales détaillées visant à garantir que ces critères soient transparents, objectifs, précis et non discriminatoires.

La CJUE indique également clairement que le statu quo est intenable et doit changer, car, comme le dit la Cour, « au stade actuel, il est impossible de mettre en place de manière viable une compétition en dehors de l’écosystème (de la FIFA et de l’UEFA), étant donné le contrôle qu’elles exercer, directement ou par l’intermédiaire de leurs associations nationales de football membres, sur les clubs, les joueurs et d’autres types de compétitions ».

Un homme passe devant la Cour de justice européenne à Luxembourg, octobre 2015
Un homme passe devant la Cour de justice européenne à Luxembourg, octobre 2015

Quant aux droits médiatiques et à l’exploitation commerciale des droits liés aux compétitions de football, la Cour n’est pas non plus satisfaite du rôle de la FIFA et de l’UEFA, bien qu’un peu plus flexible.

En réalité, la Cour a souligné qu’elle ne se prononçait pas sur le projet de Super League européenne, mais je me demande quelle marge de manœuvre reste aux deux fédérations de football.

Tous les chemins mènent à Bruxelles

Je ne pense évidemment pas que l’affaire doive être confiée aux juges espagnols qui ont maintenant reçu leur décision.

Je crois que la voie à suivre consiste pour la Commission européenne à intervenir et à mettre en œuvre l’arrêt de la Cour dans le contexte des affaires dont elle est saisie – et je suis sûr que c’est le cas.

Et si j’étais la FIFA et l’UEFA, j’agirais rapidement et j’essaierais de résoudre ce problème de manière centralisée avec la Commission européenne.

La dernière chose qu’ils souhaitent, c’est une fragmentation des mini-réglementations imposées par les tribunaux de toute l’UE.

Les deux organisations doivent mettre en place un nouveau régime comportant des mesures nécessaires et proportionnées pour sauvegarder leurs objectifs légitimes.

Et l’idéal serait que ce nouveau régime soit approuvé par la Commission européenne sous la forme d’une décision – plus probablement d’une décision d’engagement. Le temps presse.

Laisser un commentaire

quatre × 4 =