Member of Bosnian Presidency Denis Bećirović in 2023

Jean Delaunay

Eurovues. L’avenir de la Bosnie est dans l’UE, mais elle a besoin d’aide pour y parvenir

Notre engagement et notre destin se situent au sein de l’UE, mais la rapidité de notre cheminement vers l’adhésion aura un impact direct sur la démocratie et le niveau de vie de nos citoyens, écrit Denis Bećirović, membre de la présidence de la Bosnie-Herzégovine.

Depuis des décennies, les Bosniaques et les Herzégovine attendent de bonnes nouvelles de Bruxelles. Mes compatriotes, qui ne sont pas étrangers aux malheurs, ont toujours su que le chemin vers l’adhésion à l’Union européenne n’est pas sans obstacles importants.

Au contraire, le parcours de la Bosnie-Herzégovine a été un écho de ses problèmes intérieurs, et des années d’absence de progrès dans les projets d’adhésion de l’UE ont fait que beaucoup ont failli perdre tout espoir, malgré leur sentiment personnel d’appartenance à la grande famille européenne.

Tout cela a changé et mon pays est désormais sur le point d’ouvrir des négociations d’adhésion avec Bruxelles – la dernière étape qui mènera finalement à une adhésion à part entière.

Aucune des deux parties ne peut laisser passer cette opportunité de nous unir enfin sous la même bannière, surtout pas au milieu du conflit le plus sanglant sur le sol européen depuis la Seconde Guerre mondiale. Près de trois décennies après une guerre épouvantable dans leur propre pays, les Bosniaques et les Herzégovine savent parfaitement quels sont les enjeux.

Négociations imminentes – avec une mise en garde

Plusieurs États membres de l’UE ont fortement plaidé en faveur de l’ouverture de négociations avec la Bosnie-Herzégovine (BiH) dès décembre 2023, alignant ainsi leur voie sur celle de l’Ukraine et de la Moldavie.

Cependant, le Conseil européen a finalement suivi la recommandation conditionnelle de la Commission européenne.

De cette manière, un message a été transmis à la Bosnie-Herzégovine selon lequel une décision sur l’ouverture des négociations est imminente, suite aux progrès supplémentaires qui doivent être réalisés dans les mois à venir.

Le drapeau de l'Union européenne est projeté sur le bâtiment de la Bibliothèque nationale de Sarajevo, octobre 2022
Le drapeau de l’Union européenne est projeté sur le bâtiment de la Bibliothèque nationale de Sarajevo, octobre 2022

Dans le même temps, il convient de noter que la Bosnie-Herzégovine, malgré de nombreux obstacles internes, a réalisé des progrès significatifs dans le processus d’intégration européenne.

Un ensemble de lois importantes ont été adoptées par le Parlement de l’État et le Conseil des ministres. La présidence de la Bosnie-Herzégovine a approuvé une série de décisions cruciales et ratifié de nombreux accords qui renforcent la coopération régionale et la voie européenne du pays.

De nouveaux retards pourraient avoir un prix

L’ouverture des négociations d’adhésion constituerait un signal politique important démontrant la volonté de l’UE d’entamer un processus avec la Bosnie-Herzégovine qui aboutirait à des réformes substantielles et visibles.

Ce processus aurait sans aucun doute un effet sociétal positif et signifierait également la reconnaissance et la valorisation des progrès réalisés sur la voie européenne.

D’un autre côté, de nouveaux retards et une attente prolongée contribueront inévitablement à une perte d’enthousiasme et, surtout, éroderont la confiance des citoyens dans la crédibilité de l’intégration européenne.

Je pense que le Conseil européen de mars offrira à la Bosnie-Herzégovine l’occasion de démontrer son attachement aux valeurs européennes – une chance de renforcer et d’approfondir notre interdépendance et notre coopération mutuelles.

Johann Sattler, chef de la mission de l'UE, tend la main au président du Conseil des ministres de Bosnie-Herzégovine, Zoran Tegeltija, à Sarajevo, octobre 2022.
Johann Sattler, chef de la mission de l’UE, tend la main au président du Conseil des ministres de Bosnie-Herzégovine, Zoran Tegeltija, à Sarajevo, octobre 2022.

Selon une enquête menée en mai et juin de l’année dernière, 73,3 % des citoyens soutiennent l’adhésion de la Bosnie-Herzégovine à l’UE.

Cela représente un consensus fondamental solide pour la mise en œuvre de réformes sur la voie européenne, un élément sur lequel Bruxelles ne devrait pas hésiter à capitaliser.

Je pense que le Conseil européen de mars offrira à la Bosnie-Herzégovine l’occasion de démontrer son attachement aux valeurs européennes – une chance de renforcer et d’approfondir notre interdépendance et notre coopération mutuelles.

L’UE apprend de ses erreurs

Les principaux responsables du blocus actuel de la voie européenne de la Bosnie-Herzégovine sont les « anti-européens » nationaux.

Ils se montrent peu préoccupés par l’adhésion à l’UE car ils comprennent que l’entrée dans l’union implique le respect des règles et normes de l’UE.

L’environnement juridique européen signifierait pour beaucoup d’entre eux la perte des privilèges existants et, pour certains, la perte de liberté car ils sont associés à des activités criminelles et à la corruption.

Il est tout aussi important que l’UE évite de commettre de nouvelles erreurs de calcul concernant la Bosnie-Herzégovine.

Parmi les erreurs majeures commises par l’UE figurent sa réticence à mettre en œuvre de manière cohérente les principes et normes européens en Bosnie-Herzégovine ; une politique indulgente envers les politiciens destructeurs qui menacent ouvertement l’Accord de paix de Dayton et la Constitution de la Bosnie-Herzégovine ; et une réticence à sanctionner les politiciens extrémistes qui menacent la paix en Bosnie-Herzégovine et dans la région élargie des Balkans occidentaux.

Si Bruxelles avait adopté une position plus décisive au cours des dix dernières années, la Bosnie-Herzégovine aurait été épargnée par de nombreuses crises et cette partie de l’Europe aurait été beaucoup plus stable.

Un membre du protocole ajuste le drapeau de la Bosnie-Herzégovine avant son arrivée à un sommet de l'UE à Bruxelles, juin 2022
Un membre du protocole ajuste le drapeau de la Bosnie-Herzégovine avant son arrivée à un sommet de l’UE à Bruxelles, juin 2022

Si Bruxelles avait adopté une position plus décisive au cours des dix dernières années, la Bosnie-Herzégovine aurait été épargnée par de nombreuses crises et cette partie de l’Europe aurait été beaucoup plus stable.

Cependant, certains éléments indiquent qu’un changement est en train de se produire. Après mes visites en 2023 aux sièges de l’OTAN et de l’UE à Bruxelles, ainsi que mes voyages ultérieurs à Paris, Berlin, Washington et Londres, je suis convaincu que le soutien de l’Occident à la Bosnie-Herzégovine prend de l’ampleur.

Lors de ma visite en République fédérale d’Allemagne, j’ai parlé avec le chancelier Olaf Scholz et j’ai reçu des messages clairs et sans équivoque affirmant le soutien de l’Allemagne à la Bosnie-Herzégovine.

Des messages encourageants m’ont également été transmis par le président français Emmanuel Macron. Lors des discussions à l’Élysée, le président Macron a apporté son soutien sans faille à la préservation de l’indépendance, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Bosnie-Herzégovine.

Les actes anticonstitutionnels doivent cesser

Et la Bosnie-Herzégovine a besoin davantage du même type de soutien. Dans la période à venir, l’UE devrait soutenir plus vigoureusement et plus concrètement les forces pro-européennes et démocratiques du pays.

Il ne faut pas oublier que les forces pro-russes et séparatistes au sein de la Republika Srpska (RS) entravent intentionnellement les voies européennes et euro-atlantiques de mon pays.

Depuis six mois maintenant, il y a une attaque ouverte contre les dispositions fondamentales de l’accord de paix de Dayton de 1995 – dont une partie constitue la constitution de facto de la Bosnie-Herzégovine – et contre l’ordre constitutionnel du pays.

La situation est extrêmement grave. Il ne s’agit pas seulement de mon évaluation personnelle, mais aussi d’une déclaration souvent répétée par presque tous les principaux dirigeants occidentaux.

Si les tentatives visant à détruire l’accord de paix de Dayton ne sont pas stoppées, l’inaction pourrait être interprétée comme un encouragement à passer à la prochaine phase de tensions croissantes, qui pourrait conduire à la déstabilisation de l’ensemble de la région.

Des membres locaux du Russian Night Wolves Motorcycle Club défilent lors d'un défilé marquant l'anniversaire de la Republika Srpska à Istocno Sarajevo, le 9 janvier 2022.
Des membres locaux du Russian Night Wolves Motorcycle Club défilent lors d’un défilé marquant l’anniversaire de la Republika Srpska à Istocno Sarajevo, le 9 janvier 2022.

Dans cette optique, l’Occident devrait mettre un terme à tous les actes anti-accord de paix de Dayton et à tous les actes anticonstitutionnels, le premier d’entre eux étant la célébration prochaine de la « Journée de la RS » le 9 janvier dans cette entité bosniaque, un jour férié que la Cour constitutionnelle de Bosnie-Herzégovine a jugé discriminatoire et anticonstitutionnelle.

Malgré des décisions de justice concluantes et contraignantes, les dirigeants de l’entité persistent à la commémorer illégalement, perpétuant ainsi une attaque périlleuse et systématique contre l’accord de paix de Dayton et contre l’avenir de la Bosnie-Herzégovine.

Si les tentatives visant à détruire l’accord de paix de Dayton ne sont pas stoppées, l’inaction pourrait être interprétée comme un encouragement à passer à la prochaine phase de tensions croissantes, qui pourrait conduire à la déstabilisation de l’ensemble de la région.

Sachant ce qu’il sait aujourd’hui après près de deux ans de guerre entre la Russie et l’Ukraine, l’Occident peut et doit empêcher l’acte d’agression du Kremlin de déclencher des conflits dans les Balkans occidentaux et au-delà en Europe.

Notre destin réside dans l’UE

Depuis l’indépendance du pays en 1992, l’avenir de la Bosnie-Herzégovine est intimement lié à celui de l’Europe.

Si l’UE démontre sa volonté de tirer parti des avantages géopolitiques, économiques et culturels de la Bosnie-Herzégovine, elle en bénéficiera, tout comme notre pays.

Compte tenu de l’évolution de la dynamique géopolitique, il est urgent que l’UE envisage stratégiquement une approche accélérée et plus adaptable de sa politique d’élargissement concernant la Bosnie-Herzégovine et le reste des pays de la région.

En outre, l’accélération du cheminement de la Bosnie-Herzégovine vers une adhésion à part entière à l’UE représenterait non seulement un lien économique et politique renforcé, mais également l’établissement d’une nouvelle forme de solidarité et de valeurs partagées essentielles à l’identité européenne dans son ensemble.

Notre engagement et notre destin se situent au sein de l’UE, et la rapidité de notre cheminement vers l’union aura un impact direct sur la démocratie et le niveau de vie de nos citoyens.

La Bosnie-Herzégovine est au cœur de l’Europe et sa place légitime est au sein de l’UE.

Laisser un commentaire

cinq + 17 =