People using an age verification app, illustration

Jean Delaunay

Eurovues. L’approche brutale des outils de vérification de l’âge ne rendra pas Internet plus sûr

Les « solutions » technologiques proposées ne peuvent pas résoudre des problèmes sociétaux en réalité beaucoup plus complexes, écrivent Ella Jakubowska et Viktoria Tomova.

Aimez-vous faire défiler les bobines Instagram ou regarder des vlogs sur YouTube ? Bientôt, vous devrez peut-être donner vos informations d’identification personnelles à des personnes comme Mark Zuckerberg pour continuer à le faire.

La semaine dernière, une consultation publique menée par le régulateur irlandais des médias, Coimisiún na Meán, sur son code de sécurité en ligne a donné lieu à des critiques de la part d’organisations de la société civile et d’experts en technologie concernant ses exigences en matière d’obligations dangereuses de vérification de l’âge.

Cette tendance à bloquer l’accès à Internet en réponse aux préoccupations concernant les contenus illégaux et « préjudiciables » en ligne, et plus particulièrement le code de sécurité en ligne du régulateur irlandais des médias, inquiète les experts en matière de protection de la vie privée comme nous.

Les « solutions » technologiques proposées ne peuvent pas résoudre des problèmes sociétaux qui sont en réalité beaucoup plus complexes.

Cependant, les décideurs politiques du monde entier ne reconnaissent pas la menace de surveillance et le risque pour la vie privée de chacun en ligne que pose l’utilisation de ces systèmes.

Contrairement à ce qu’affirme le régulateur irlandais, les experts ont montré que des outils tels que la vérification de l’âge peuvent nuire davantage aux enfants que le code vise à protéger.

Les solutions technologiques rapides ne garantiront jamais la sécurité numérique

Les Nations Unies et l’UNICEF soulignent tous deux que les enfants ont droit à la liberté d’expression et à l’accès à l’information en ligne.

Comme les adultes, les enfants utilisent Internet à des fins éducatives et de divertissement, pour explorer leur identité, leur sexualité ou pour s’engager politiquement.

Ainsi, des mesures telles que celles proposées par le code irlandais de sécurité en ligne pourraient avoir pour conséquence de limiter ou de contrôler l’accès des jeunes à des services en ligne légitimes.

Une enquête de 2023 a montré que 56 % des jeunes en Europe considèrent leur anonymat comme crucial pour leur militantisme et pour s’organiser politiquement entre pairs. Les outils de vérification de l’âge s’appuient sur une collecte massive de données nuisibles qui menacent la vie privée et la sécurité de chacun.

Pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas soumettre leurs données sensibles, ils peuvent être exclus des espaces numériques.

Une femme passe devant un kiosque à journaux dans le hall principal du Palais de Justice à Bruxelles, en mai 2021.
Une femme passe devant un kiosque à journaux dans le hall principal du Palais de Justice à Bruxelles, en mai 2021.

Par conséquent, des solutions technologiques aussi rapides ne garantiront jamais la sécurité numérique. Pourtant, avec une vérification généralisée de l’âge, les jeunes pourraient être découragés de ce type de participation démocratique en ligne – voire même complètement exclus.

Pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas soumettre leurs données sensibles, ils peuvent être exclus des espaces numériques.

EDRi, aux côtés de nombreuses autres organisations de la société civile, lutte contre la surveillance biométrique dans le cadre de la loi européenne sur l’intelligence artificielle et contre le profilage des comportements des enfants en ligne dans la loi européenne sur les services numériques.

Pourtant, avec ce nouveau code contraignant, le régulateur irlandais des médias s’apprête à obliger de nombreuses grandes entreprises technologiques à traiter ces données sensibles à grande échelle, afin de prédire l’âge des personnes.

Beaucoup de ces entreprises étant sous juridiction irlandaise, l’impact de ce code se fera sentir dans toute l’Europe, affectant des millions de personnes utilisant des services comme Instagram et YouTube.

Les pays d’Europe prennent le train en marche

L’Irlande n’est pas le seul pays où les États tentent d’imposer l’utilisation massive de la vérification de l’âge sans considérer à quel point ces outils eux-mêmes peuvent être invasifs et risqués.

En janvier, le Conseil des ministres espagnol a approuvé un plan visant à protéger les enfants contre la visualisation de contenus pornographiques en ligne.

Cependant, pour ce faire, l’application proposée nécessitera la numérisation de données biométriques et la collecte de données personnelles telles que les données du passeport. Cela serait techniquement très compliqué et nécessiterait de s’assurer qu’aucune information supplémentaire ne soit partagée.

Il existe une montagne de preuves démontrant qu’on ne peut pas faire confiance aux grandes entreprises technologiques et aux États pour gérer les données les plus privées des gens et veiller à leur sécurité numérique.

Trop se concentrer sur la vérification de l’âge peut conduire à ignorer les problèmes fondamentaux qui facilitent ou exacerbent les préjudices en ligne, mettant en évidence une tendance plus large des États à se précipiter pour accepter des lois qui mettent la confiance dans une technologie défectueuse et entre les mains d’entreprises à but lucratif.

un écran d'ordinateur portable affichant le site Web d'AgeID, un système de vérification de l'âge pour le « blocage du porno » en ligne prévu par le gouvernement britannique
un écran d’ordinateur portable affichant le site Web d’AgeID, un système de vérification de l’âge pour le « blocage du porno » en ligne prévu par le gouvernement britannique, juillet 2019

Le Royaume-Uni étudie également des solutions technologiques pour vérifier l’âge des personnes accédant à certaines pages Web. En Italie, un contrôle parental a été imposé sur les appareils mobiles des enfants.

Et les législateurs belges ont récemment approuvé la stratégie de l’UE pour la sécurité des enfants en ligne, qui comprend un effort pour davantage de vérification de l’âge.

Nous voulons tous nous sentir en sécurité et nous le voulons pour nos enfants et nos jeunes frères et sœurs. De nombreux contenus préjudiciables sont partagés en ligne et se retrouvent sur nos appareils grâce aux systèmes de recommandation toxiques qui définissent le modèle commercial des quelques grandes entreprises technologiques qui dominent l’espace en ligne.

Cependant, trop se concentrer sur la vérification de l’âge peut conduire à ignorer les problèmes fondamentaux qui facilitent ou exacerbent les préjudices en ligne, mettant en évidence une tendance plus large des États à se précipiter pour accepter des lois qui mettent la confiance dans une technologie défectueuse et entre les mains d’entreprises à but lucratif.

Violer les droits existants n’aidera personne

La question de la sécurité en ligne n’est pas aussi simple que le prétendent les créateurs d’outils de vérification de l’âge. Les recherches menées sur notre réseau ont révélé que toutes les formes courantes de vérification de l’âge présentent de sérieux inconvénients en termes de confidentialité et de sécurité.

Bloquer l’accès à Internet peut empêcher les jeunes et leurs parents de prendre des décisions éclairées sur ce qu’ils veulent voir, tout en donnant aux grandes entreprises technologiques encore plus de pouvoir pour décider de ce que nous pouvons et ne pouvons pas voir en ligne.

Il est très important que les médias sociaux et autres plateformes adoptent une approche qui protège les données personnelles, la vie privée et l’autonomie en ligne de chacun. Les solutions alternatives consistent à rendre les profils privés par défaut, à proposer des comptes enfants, à placer des avertissements sur les contenus potentiellement sensibles ou à demander aux utilisateurs de résoudre une énigme qu’un jeune enfant ne serait pas en mesure de résoudre sont autant de moyens moins invasifs de contribuer à la sécurité en ligne.

Lorsqu’ils sont combinés, ils peuvent toujours être efficaces, tout en évitant l’approche brutale des outils de vérification de l’âge.

Face à la pression croissante visant à lutter contre les risques pour la santé mentale et le bien-être des enfants que pose l’utilisation (abusive) d’Internet, les législateurs se tournent de plus en plus vers la vérification de l’âge.

Toutefois, le secteur en plein essor de la vérification de l’âge dans l’UE à lui seul devrait rapporter 4 milliards d’euros d’ici 2028. Les législateurs ne doivent pas ignorer les intérêts financiers évidents de ceux qui développent et vendent ces outils, ni le conflit d’intérêts qu’ils pourraient créer pour les parties prenantes impliquées dans le domaine. débat politique.

Les législateurs doivent plutôt adopter une approche globale et prudente de la sécurité en ligne. Même s’il comporte bien sûr des risques, Internet présente également des avantages fantastiques pour les jeunes : apprendre, se connecter avec les autres et se découvrir.

Empêcher les jeunes de pouvoir profiter de ces opportunités serait une perte énorme – et nuirait également aux adultes et à l’avenir démocratique que nous essayons de construire. Nous avons besoin de l’anonymat en ligne pour le journalisme, la dénonciation, l’accès aux soins de santé reproductive et LGBTQ+ et bien plus encore.

L’UE dispose déjà de lois strictes sur la vie privée et la protection des données, que la plupart des méthodes actuelles de vérification de l’âge ne respectent pas. Ceci est très préoccupant, car la vie privée et la protection des données en ligne sont un moyen de garantir la sécurité : la violation de ces droits ne rendra pas Internet plus sûr.

Cela ne créera pas non plus le genre d’adultes résilients et autonomes de demain que nous souhaitons tous que les enfants d’aujourd’hui deviennent.

Laisser un commentaire

15 + deux =