Eurovues.  L’Amérique laisse tomber l’Afrique en ne prenant pas la COP28 au sérieux

Milos Schmidt

Eurovues. L’Amérique laisse tomber l’Afrique en ne prenant pas la COP28 au sérieux

Les décisions de Washington signalent encore largement le statu quo aux autres pays du Nord – et si les États-Unis ne sont pas prêts à joindre le geste à la parole lorsqu’il s’agit de financement climatique, alors il est très possible que d’autres pays riches emboîtent le pas, Abdoulie. Ceesay écrit.

L’accord historique conclu le mois dernier lors de la COP28, sous la direction du Dr Sultan Al Jaber, visant à rendre opérationnel le Fonds pour les pertes et dommages a constitué un pas en avant capital. Après tout, le fonds est une bouée de sauvetage pour les pays en développement ravagés par le changement climatique.

Cependant, l’enthousiasme a été freiné par l’iniquité flagrante des engagements financiers, notamment de la part des États-Unis.

Le contraste est saisissant et troublant. Les Émirats arabes unis et le Royaume-Uni se sont manifestés en promettant d’importantes contributions de 100 millions de dollars (92,9 millions d’euros) et 60 millions de dollars (55,8 millions d’euros), respectivement.

À l’opposé, les États-Unis, la plus grande économie mondiale et l’un des principaux émetteurs historiques, n’ont contribué qu’à hauteur de 24,5 millions de dollars (22,8 millions d’euros), un montant qui ne peut être décrit que comme dérisoire et embarrassant d’insuffisance.

En tant que dirigeant africain, je dois exprimer ma profonde déception et ma profonde inquiétude. La contribution de Washington reflète un mépris inquiétant pour l’ampleur de la crise à laquelle sont confrontés les pays vulnérables au changement climatique.

C’est une incapacité à reconnaître le fardeau disproportionné que supportent ces pays – un fardeau largement créé par l’industrialisation et la prospérité des nations les plus riches.

Mais il ne s’agit pas seulement d’un manque de fonds ; c’est un manque flagrant de leadership moral et de responsabilité mondiale.

Après tout, les décisions de Washington signalent encore largement le statu quo aux autres pays du Nord – et si les États-Unis ne sont pas prêts à joindre le geste à la parole lorsqu’il s’agit de financement climatique, alors il est très possible que d’autres pays riches suivent. costume.

Il n’y a pas d’autre façon de le dire : l’Amérique laisse tomber l’Afrique.

Manquement inadmissible et flagrant à la responsabilité

Les pays africains ne représentent que 3,9 % des émissions mondiales, mais subissent des crises induites par le climat liées à l’insécurité alimentaire, aux déplacements et aux catastrophes naturelles plus fréquemment et plus durement que partout ailleurs dans le monde.

Les 429 millions de dollars (400 millions d’euros) alloués à ce fonds constituent un point de départ bienvenu pour l’Afrique et les autres pays en développement qui subissent le plus gros du changement climatique.

Pourtant, étant donné la taille et la richesse relatives des pays en développement, cela est inadmissible et constitue un manquement flagrant à nos responsabilités. Même l’Allemagne et l’UE ont engagé respectivement 100 millions de dollars (92,9 millions d’euros) et 245 millions de dollars (228 millions d’euros).

Dans le nouveau domaine de la diplomatie climatique, les États-Unis prennent tragiquement du retard sur les Émirats arabes unis et d’autres pays qui font davantage pour s’affranchir de leur dépendance aux combustibles fossiles et investir dans les énergies propres.

Le président américain Joe Biden ne parvient pas à la COP28 et, dans son pays, il ne parvient toujours pas à mettre en œuvre l’action climatique qu’il avait promise lors de sa campagne de 2020.

Le président Joe Biden salue alors qu'il monte à bord de Marine One pour quitter la pelouse sud de la Maison Blanche, décembre 2023
Le président Joe Biden salue alors qu’il monte à bord de Marine One pour quitter la pelouse sud de la Maison Blanche, décembre 2023

Les Émirats arabes unis ont investi 23,8 milliards de dollars (22,1 milliards d’euros) en Afrique entre 2016 et 2020, ce qui en fait le deuxième pays derrière la Chine. Et déjà lors de cette COP, les Émirats arabes unis ont annoncé aujourd’hui un fonds de financement climatique de 30 milliards de dollars (27,9 milliards d’euros) – distinct des pertes et dommages – qui les aidera à atteindre leur objectif de tripler les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables d’ici 2030.

D’un autre côté, le président américain Joe Biden saute la COP28 et, dans son pays, il ne parvient toujours pas à mettre en œuvre l’action climatique qu’il avait promise lors de sa campagne de 2020.

Par exemple, l’administration Biden s’est engagée à atteindre zéro émission nette d’ici 2050 et à arrêter les forages sur les terres fédérales. Pourtant, depuis son élection, il n’a pas réussi à faire adopter la législation d’urgence sur le climat qui rende le premier possible possible – et quant au second, il a approuvé plus de permis de forage pétrolier et gazier que son prédécesseur Donald Trump.

L’Europe aussi pourrait faire un peu plus

Il est clair que la voie à suivre nécessite plus que des gestes symboliques ; cela exige une réponse profonde et engagée, à la mesure de l’ampleur de la crise à laquelle nous sommes confrontés.

Cela signifie que les États-Unis et les autres grandes économies doivent non seulement reconnaître leur rôle central dans cette crise, mais aussi agir de manière décisive et substantielle pour assurer une transition juste. Leurs contributions doivent refléter leurs capacités et leur responsabilité historique.

Même si leur contribution a dépassé celle des États-Unis, davantage (…) pourrait être fait. Au-delà de leurs contributions financières, les États membres de l’UE devraient réfléchir à la manière dont les politiques visant à atteindre zéro émission nette d’ici 2050 pourraient avoir un impact négatif sur l’Afrique.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'exprime lors d'une session lors du sommet COP28 des Nations Unies sur le climat à Dubaï, en décembre 2023.
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’exprime lors d’une session lors du sommet COP28 des Nations Unies sur le climat à Dubaï, en décembre 2023.

Pour l’UE, il s’agissait d’une opportunité d’utiliser son expertise et son leadership en matière de technologies climatiques et d’établir une nouvelle norme en matière de financement climatique.

Même si leur contribution a dépassé celle des États-Unis, il est possible d’en faire davantage, comme par exemple dans le cadre de l’entreprise commune de la France et du Kenya pour le climat. Au-delà de leurs contributions financières, les États membres de l’UE devraient réfléchir à la manière dont les politiques visant à atteindre zéro émission nette d’ici 2050 pourraient avoir un impact négatif sur l’Afrique.

Par exemple, des appels ont été lancés lors de la COP28 pour exempter l’Afrique de la taxe carbone prévue par l’UE – qui imposerait des droits de douane sur les importations – car cela pourrait dévaster les économies africaines et placer les mesures punitives au-dessus des mesures constructives.

Volonté politique collective et puissance financière nécessaires

En fin de compte, l’Afrique est à l’avant-garde de la crise climatique : même si nous en assumons l’essentiel du fardeau, nous abritons également de nombreuses solutions.

Par exemple, l’Afrique possède une richesse incroyable en ressources inexploitées et un grand potentiel en matière d’énergie renouvelable comme l’énergie solaire.

Nous avons tous les outils dont nous avons besoin ; nous avons simplement besoin de la volonté politique collective et de la puissance financière pour réaliser ce potentiel.

En fin de compte, le succès de la COP28 et l’efficacité du Fonds pour les pertes et dommages dépendent d’une véritable solidarité mondiale et d’une action équitable. Il est temps pour les États-Unis d’intensifier leurs efforts et de faire preuve du leadership que l’on attend d’une nation de sa stature.

Il ne s’agit pas seulement de finances ; il s’agit de justice, d’équité et de garantie d’un avenir durable pour toutes les nations, quelle que soit leur taille ou leur richesse.

Alors que nous célébrons les réalisations de la COP28, profitons également de ce moment pour catalyser un engagement mondial plus profond et plus équitable en faveur de la lutte contre le changement climatique.

Laisser un commentaire

14 + dix-huit =