A tractor with trailers transports bales of straw from a field near Dachau, August 2009

Milos Schmidt

Eurovues. L’agroécologie est la seule voie à suivre

Nous sommes d’accord sur le fait que l’Europe doit garder les agriculteurs et leurs besoins au premier plan. La seule façon d’y parvenir est d’évoluer vers une transformation du système alimentaire basée sur une agriculture durable ancrée dans les principes agroécologiques, écrit Sandra Uwera Murasa.

Les agriculteurs de toute l’Europe ont monté leurs tracteurs et sont descendus dans la rue pour protester contre l’inflation, la concurrence étrangère et le coût de la lutte contre le changement climatique.

Même si les manifestations ont joué un rôle important en faisant entendre la voix des agriculteurs auprès des décideurs politiques, ce qui est réellement nécessaire, ce sont des politiques et des incitations qui soutiennent la transition vers l’agroécologie à l’échelle mondiale. Et la politique européenne peut jouer un rôle pour y parvenir.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) affirme que l’agroécologie « cherche à optimiser les interactions entre les plantes, les animaux, les humains et l’environnement tout en prenant en considération les aspects sociaux qui doivent être pris en compte pour un système alimentaire durable et équitable ».

Mais en termes simples, il s’agit d’une pratique, d’une science et d’un mouvement visant à provoquer une transformation fondamentale des systèmes agroalimentaires, à lutter contre la pauvreté rurale et à s’adapter au changement climatique.

Un monde dans lequel chacun décide de son avenir

Par exemple, l’agroécologie promeut des pratiques agricoles qui réduisent les émissions, recyclent les ressources et donnent la priorité aux chaînes d’approvisionnement locales.

Il permet une agriculture résiliente au climat, qui soutient la conservation de la faune, et exploite la nature pour accomplir le travail le plus difficile, comme la pollinisation des cultures et la lutte contre les ravageurs.

Enfin, et c’est tout aussi important, cela place les agriculteurs et les communautés au premier plan, renforçant leur capacité à adapter les pratiques agricoles adaptées aux conditions socio-économiques et environnementales spécifiques de leurs zones locales.

Nous recommandons que l’Europe réplique et s’oriente vers l’agroécologie. Les gouvernements nationaux doivent fournir des incitations économiques et des subventions aux agriculteurs et aux entreprises qui cultivent des matières premières de manière durable.

Des ouvriers récoltent des légumes verts à Craftsbury, Vermont, mai 2012
Des ouvriers récoltent des légumes verts à Craftsbury, Vermont, mai 2012

Fairtrade International, une organisation multipartite à but non lucratif fondée en 1997 avec pour mission de promouvoir des conditions commerciales plus équitables, a adopté une politique agricole durable liée à la production agricole (principalement destinée aux chaînes d’approvisionnement internationales) qui met au premier plan les principes agroécologiques et l’agriculture. centre.

Fairtrade croit en un monde dans lequel tous les producteurs peuvent bénéficier de moyens de subsistance sûrs et durables, réaliser leur potentiel et décider de leur avenir.

Nos politiques prônent des marchés et un commerce équitables, des prix pour les producteurs qui permettent au moins un revenu et des salaires décents et soutiennent la substitution des pesticides chimiques et synthétiques par des alternatives agroécologiques.

Cela se fait en exigeant l’adoption de pratiques agroécologiques parmi les agriculteurs et les travailleurs certifiés Fairtrade. Il investit également dans l’éducation et la formation pour accroître les connaissances des agriculteurs dans ce domaine. De plus, nous soutenons les incitations aux pratiques agroécologiques, notamment l’agriculture biologique, l’agroforesterie, le reboisement ou la non-déforestation.

Les politiques de l’UE doivent répondre à un ensemble clair d’objectifs

Nous recommandons que l’Europe réplique et s’oriente vers l’agroécologie. Les gouvernements nationaux doivent fournir des incitations économiques et des subventions aux agriculteurs et aux entreprises qui cultivent des matières premières de manière durable.

L’Union européenne doit poursuivre des partenariats de chaîne d’approvisionnement et des accords contractuels qui ne nuisent pas aux producteurs locaux, mais qui intègrent plutôt des indicateurs de durabilité liés aux revenus des agriculteurs, aux conditions de travail et aux prix équitables, et au minimum, à des prix supérieurs au coût de production.

Ce qui est apparu, c’est que les agriculteurs ont du mal à couvrir leurs coûts. Cela est dû à un système de subventions défectueux qui récompense les agriculteurs en fonction de la quantité – la superficie des terres qu’ils possèdent – ​​et non en termes de qualité des aliments produits.

Une pompe d'irrigation hydrate un champ de maïs à l'aide d'une pompe de relevage d'eau près du fleuve Pô à Guastalla, juin 2022
Une pompe d’irrigation hydrate un champ de maïs à l’aide d’une pompe de relevage d’eau près du fleuve Pô à Guastalla, juin 2022

Cela comprend une réforme de la politique agricole commune (PAC) qui fixerait, entre autres éléments importants, des objectifs clairs et rigoureux qui obligeraient les États membres à rendre des comptes au moyen d’indicateurs opérationnels répondant aux défis environnementaux et sociétaux, tels que le déséquilibre des pouvoirs existant, y compris le commerce déloyal.

En outre, les politiques de l’UE doivent soutenir la création de marchés locaux et territoriaux pour l’agroécologie, la conception d’infrastructures et d’autres installations de transformation alimentaire, des stratégies de commercialisation et des marchés publics reliant les marchés des petits exploitants.

De plus, l’UE doit soutenir la formation dans le domaine des connaissances agroécologiques. Cela devrait inclure le recours à des pratiques plus durables et plus résilientes, la promotion du partage des connaissances entre agriculteurs et des services de conseil pour soutenir les agriculteurs dans les transitions agroécologiques.

L’agroécologie doit être à l’origine du changement qui s’annonce

L’agroécologie n’est pas nouvelle. La discipline scientifique remonte aux années 1930 et s’est ensuite développée en un ensemble de pratiques à partir des années 1970.

Cette question a retenu l’attention en 2018 lorsque José Graziano da Silva, directeur général de la FAO, lors d’une réunion à Rome avec des représentants de 70 pays, a appelé à « un changement transformateur vers une agriculture et des systèmes alimentaires durables basés sur l’agroécologie ».

Les raisons derrière les protestations des agriculteurs qui ont traversé l’UE, d’Est en Ouest, sont nombreuses, mais ce qui est apparu, c’est que les agriculteurs ont du mal à couvrir leurs coûts.

Cela est dû à un système de subventions défectueux qui récompense les agriculteurs en fonction de la quantité – la superficie des terres qu’ils possèdent – ​​et non en termes de qualité des aliments produits.

De plus, l’impact de l’agriculture industrialisée se fait sentir, notamment en raison de ses conditions de travail précaires et de son impact environnemental et climatique massif.

Nous sommes d’accord sur le fait que l’Europe doit garder les agriculteurs et leurs besoins au premier plan. La seule façon d’y parvenir est d’évoluer vers une transformation du système alimentaire basée sur une agriculture durable ancrée dans les principes agroécologiques.

Laisser un commentaire

cinq + 19 =