Worker levels the ground at a solar plant in Soroti about 300 kilometers east of Uganda capital Kampala, June 2016

Jean Delaunay

Eurovues. L’Afrique a besoin d’une voix unifiée sur le changement climatique

Une voix unifiée sur la scène internationale peut aider l’Afrique à parvenir à un avenir durable, écrit Hassanein Hiridjee.

La COP 28 du mois dernier et le premier Sommet africain sur le climat qui l’a précédé, qui a donné lieu à la Déclaration de Nairobi, ont souligné l’importance et l’influence croissantes de l’Afrique sur la scène internationale.

Au cours de la nouvelle année, il faudra faire davantage pour promouvoir une transition énergétique équitable, soutenue par les technologies vertes et donnant la priorité aux communautés rurales et urbaines.

Ce sont des enjeux importants pour l’Afrique et plus largement pour les pays du Sud.

Lors de la COP 28, j’ai été enthousiasmé par l’engagement manifesté par les chefs d’État et les chefs d’entreprise en faveur du Sud et de son rôle de plus en plus central dans les discussions.

Cependant, le moment est venu d’entendre une voix plus unifiée sur le continent, exigeant que les nations développées non seulement respectent leurs engagements actuels et comblent les déficiences passées, mais qu’elles augmentent également de manière significative leurs contributions financières aux efforts d’action climatique de l’Afrique.

Je félicite les dirigeants africains pour le rôle qu’ils ont joué en obtenant des engagements plus importants en faveur du financement climatique et en fournissant le fonds pour les pertes et dommages. Mais le poids de la voix de l’Afrique est supérieur à la somme de ses parties.

Et les points de vue et les besoins du continent se sont concentrés sur des questions spécifiques, quoique importantes, telles que l’élimination ou la réduction progressive des combustibles fossiles.

Nos besoins sont vastes, mais le potentiel pour y répondre est incroyable

L’UE, le G77 plus la Chine et l’Alliance des petits États insulaires faisaient partie des blocs de négociation unifiés représentant les points de vue et les priorités de leurs pays. Au-delà des États-nations, les industries mondiales se sont également rassemblées pour protéger leurs intérêts.

Les Africains comprennent mieux que quiconque les défis du continent. Nous savons qu’une approche universelle laissera de côté nos communautés rurales et urbaines pauvres si les partenariats et les infrastructures adéquats ne sont pas en place.

Une jeune fille utilise son téléphone portable tout en le rechargeant à l'énergie solaire dans une maison à Harare, décembre 2019.
Une jeune fille utilise son téléphone portable tout en le rechargeant à l’énergie solaire dans une maison à Harare, décembre 2019.

Dans l’ensemble du Sud, il s’agit d’un point commun essentiel : nos besoins en infrastructures sont vastes et il existe un potentiel incroyable pour y répondre en exploitant le secteur privé national et international.

Et lorsqu’ils sont remis en question, les partenariats public-privé africains font preuve d’ingéniosité.

Lors du déploiement du vaccin contre la COVID-19, l’agence de santé publique du Nigeria s’est associée aux producteurs locaux de glace carbonique et à UPS pour livrer les vaccins aux communautés rurales. Chez elle à Madagascar, AXIAN Energy fournit aux communautés rurales des mini-réseaux solaires, fournissant ainsi aux villages ruraux du pays une énergie propre accessible.

Des mesures légitimes prises ailleurs sont indispensables en Afrique

Une voix unie de l’Afrique peut inciter la communauté internationale à prendre des engagements plus concrets pour le continent. Des entreprises comme la mienne comprennent que l’Afrique regorge d’un potentiel inexploité.

Nous pouvons mettre en valeur le pouvoir des entreprises et des partenaires locaux, qui ont l’ambition et l’esprit d’entreprise nécessaires pour apporter la révolution verte aux communautés rurales et urbaines.

Un ouvrier installe un panneau solaire dans un parc solaire photovoltaïque situé à la périphérie de la ville côtière de Lamberts Bay, Afrique du Sud, mars 2016.
Un ouvrier installe un panneau solaire dans un parc solaire photovoltaïque situé à la périphérie de la ville côtière de Lamberts Bay, Afrique du Sud, mars 2016.

Nous pouvons aider la communauté internationale à repenser et à reconfigurer son approche en matière d’investissement dans les projets et les entreprises africaines.

Mais nous avons également besoin que la communauté internationale établisse une feuille de route plus claire qui aborde les problèmes structurels qui empêchent les projets renouvelables de se concrétiser.

Cela peut inclure le développement de mécanismes qui atténuent les risques supportés par les entreprises et débloquent les investissements, tels que la protection des paiements, le soutien aux coûts initiaux et les conditions de financement plus flexibles – toutes des mesures légitimes prises dans les pays développés – mais absentes de l’agenda international lorsqu’il s’agit de l’Afrique. .

Les entreprises africaines peuvent et veulent faire plus

La nécessité de promouvoir une transition énergétique plus équitable est plus que jamais vitale.

La croissance rapide de la population et de l’économie aura pour conséquence que 90 millions de personnes supplémentaires en Afrique auront besoin d’accéder à une électricité abordable chaque année d’ici 2030, soit trois fois plus qu’aujourd’hui.

Les partenariats public-privé africains sont les mieux placés pour mettre en œuvre les projets clés nécessaires pour répondre à cette demande tout en gardant les pays sur la bonne voie pour atteindre leurs objectifs climatiques mondiaux.

Les entreprises africaines peuvent et veulent faire plus – un engagement démontré par mes pairs de l’Africa Business Leaders Coalition, lorsque nous avons récemment signé un plan politique lors de la COP28 appelant à des interventions qui favorisent le secteur privé africain.

Une voix plus unifiée pour l’Afrique peut garantir que le rôle de ses entreprises en tant que catalyseur majeur du changement figure en tête de l’agenda international.

Laisser un commentaire

deux + 2 =