Electricity poles are seen in the countryside outside Lyon, September 2022

Milos Schmidt

Eurovues. La stratégie industrielle propre de l’Europe exige davantage d’investissements stratégiques

Une stratégie industrielle propre et compétitive n’est pas seulement une nécessité ; c’est un impératif stratégique. Et en tant que tel, cela nécessite que des moyens financiers soient fournis, écrit Hernan del Valle.

À l’approche d’élections cruciales, les Européens sont aux prises avec une crise du coût de la vie et une anxiété accrue quant à la santé de notre planète.

L’agenda climatique de l’UE doit perdurer et donner l’impression qu’il apporte des réponses à nos préoccupations les plus urgentes plutôt que de les affaiblir.

Placer une transformation industrielle propre au cœur du consensus économique et politique européen est donc impératif.

Il est crucial d’opérer une transition industrielle alimentée par les énergies renouvelables et axée sur l’efficacité énergétique et matérielle pour parvenir à une plus grande autonomie stratégique, stimuler la croissance économique et promouvoir la compétitivité.

Pourtant, la récente réduction du financement de la plateforme Technologies stratégiques pour l’Europe (STEP) par l’UE envoie non seulement de mauvais signaux d’investissement, mais met également en péril la vision européenne d’une base industrielle florissante qui améliore le bien-être des citoyens.

Pour favoriser une résilience plus profonde, une stratégie industrielle globale doit également relever le double défi de la décarbonation de l’industrie lourde et du déploiement accéléré des technologies propres.

Les objectifs de décarbonation pour cette décennie, 2040 et au-delà, servent de marqueurs cruciaux, exigeant une économie européenne agile, réactive à la concurrence mondiale et résiliente aux changements politiques.

On craint cependant de plus en plus que la lutte contre la concurrence mondiale avec les aides d’État ne risque de provoquer l’émergence d’une Europe industrielle à deux vitesses, favorisant les pays les plus riches.

Cela finirait par affaiblir le marché unique européen et sa capacité à garantir des conditions de concurrence équitables pour les producteurs nationaux.

Nous avons besoin de filières industrielles qui respectent l’autonomie des États membres, exploitent l’utilité de l’ensemble du bloc et imitent la coopération trouvée dans d’autres chaînes de valeur comme la construction automobile et aéronautique.

L’innovation comme pierre angulaire

Le Net Zero Industry Act (NZIA) de l’UE – en cours de finalisation ce mois-ci – devrait fournir le cadre réglementaire permettant à l’innovation dans les technologies propres de prospérer en rationalisant l’accès au marché et en réduisant les goulots d’étranglement dans la candidature des projets.

Cela permettrait une production accrue d’électrolyseurs pour l’industrie lourde et soutiendrait les fabricants de batteries et de véhicules électriques face à une concurrence croissante.

À court terme, la transition vers une économie décarbonée exige une adoption accélérée de l’électrification. Le déploiement de pompes à chaleur économes en énergie pour les habitations et les entreprises montre des tendances encourageantes.

Une main-d’œuvre qualifiée est également essentielle. Les pénuries critiques de main-d’œuvre pour les installateurs électriciens, essentiels à la transition, ont atteint 96 000 rien qu’en Allemagne. Il est devenu urgent de remédier aux déficits de formation dans tous les secteurs.

Un technicien installe une série de panneaux solaires sur un toit, août 2022
Un technicien installe une série de panneaux solaires sur un toit, août 2022

En nous appuyant sur les acquis déjà réalisés, nous devons accélérer le déploiement des énergies renouvelables et moderniser les réseaux électriques européens.

Le soutien aux nouvelles technologies de captage du carbone et à l’augmentation du stockage du CO2 constitue une avancée positive dans la lutte contre les émissions inévitables.

Il est tout aussi logique de prévenir la pollution en premier lieu par des mesures circulaires robustes, estimées à 12 milliards d’euros d’ici 2030.

Une main-d’œuvre qualifiée est également essentielle. Les pénuries critiques de main-d’œuvre pour les installateurs électriciens, essentiels à la transition, ont atteint 96 000 rien qu’en Allemagne. Il est devenu urgent de remédier aux déficits de formation dans tous les secteurs.

Les investissements intelligents façonnent les marchés

Il est essentiel de tirer parti de la force du marché intérieur pour donner à l’industrie propre européenne un élan compétitif.

Alors que les budgets publics sont mis à rude épreuve, l’Europe doit se concentrer sur le type de technologies stratégiques qui offrent les meilleurs rendements, peuvent être rapidement mises à l’échelle et réduisent la dépendance à l’égard des chaînes d’approvisionnement mondiales.

Les coûts d’investissement liés aux technologies de réduction des émissions de carbone sont considérablement réduits grâce à des dépenses intelligentes du secteur public. Les marchés publics, qui représentent en moyenne 14 % des budgets des pays de l’UE, sont un outil négligé dans la transition.

Les politiques publiques et les investissements… jouent un rôle clé dans l’élaboration des marchés, en alignant les investissements privés pour soutenir la décarbonation de l’industrie.

Les bobines d'acier sont prêtes à être transportées dans une aciérie du plus grand producteur allemand Thyssenkrupp Steel Europe à Duisburg, mai 2023.
Les bobines d’acier sont prêtes à être transportées dans une aciérie du plus grand producteur allemand Thyssenkrupp Steel Europe à Duisburg, mai 2023.

En outre, les règles en matière de marchés publics doivent garantir que l’empreinte carbone soit un critère essentiel dans les appels d’offres publics afin d’égaliser les règles du jeu et de créer une demande pour des produits industriels plus propres.

Élargir l’application du Fonds d’innovation de l’UE pour soutenir les mesures de déploiement aiderait également à atteindre les objectifs de production intérieure de l’Europe, avec des fonds supplémentaires provenant des revenus du système d’échange de quotas d’émission de l’UE pour remplir le pot.

D’autres mécanismes de financement devraient être étudiés plus en détail, tels que des incitations basées sur le marché, telles que les contrats sur différence, qui peuvent garantir des coûts énergétiques fixes aux fabricants en période d’incertitude.

Les politiques publiques et les investissements jouent donc un rôle clé dans l’élaboration des marchés, en alignant les investissements privés pour soutenir la décarbonisation de l’industrie.

Plus de financement, pas moins

Les budgets existants ne peuvent pas faire grand-chose.

De nouveaux instruments financiers, comme un Fonds d’investissement dans les technologies propres, soutiendraient un plan industriel européen et assureraient la cohésion économique.

Cependant, le 1er février, les dirigeants de l’UE ont annoncé qu’ils réduiraient le financement du STEP de 10 milliards d’euros à 1,5 milliard d’euros, tout en réduisant de 2 milliards d’euros supplémentaires les autres investissements dans le développement et le climat.

Ce n’est pas le moment de prendre du recul. L’identification des opportunités de financement pour les technologies propres à travers le cadre financier pluriannuel sera essentielle pour garantir que le Green Deal de l’UE dispose du budget nécessaire pour être mis en œuvre.

Cela devrait être un engagement de la prochaine Commission européenne et défendu par les États membres, conscients de l’impact des politiques de l’UE sur son rôle de leader mondial en matière de climat.

L’Europe se trouve à un moment charnière de son évolution industrielle. Une stratégie industrielle propre et compétitive n’est pas seulement une nécessité ; c’est un impératif stratégique. Et à ce titre, cela nécessite des moyens financiers.

En respectant les compétences des États membres et en favorisant une approche collaborative, l’Europe peut non seulement décarboner son industrie lourde, mais également être à la pointe du monde en matière d’innovation dans les technologies propres.

Il est temps de transformer ces aspirations en actions, en garantissant que l’avenir industriel de l’Europe soit à la fois écologiquement durable et compétitif à l’échelle mondiale.

Laisser un commentaire

2 + 13 =