Italian Premier Giorgia Meloni shares a light moment as she welcomes European Commission President Ursula von der Leyen in Rome, January 2024

Jean Delaunay

Eurovues. « La nouvelle Ursula » : comment von der Leyen a appris à arrêter de s’inquiéter et à aimer Meloni

En soutenant ceux qui prônent l’érosion de la démocratie, VDL s’aligne désormais sur des personnalités qui se présentent comme des européistes par excellence, prêts à guider l’Europe à travers ses futurs défis politiques. Qu’est-ce qui pourrait mal tourner, écrit Giorgios Samaras.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, se trouve actuellement dans un état d’anxiété, et il est facile de comprendre pourquoi.

De la nomination controversée de son allié Markus Pieper à un poste de 17 000 euros par mois, à son influence décroissante au sein de l’UE et de son parti, l’Union chrétienne-démocrate d’Allemagne (CDU), sa campagne ne se déroule pas comme prévu.

De plus, sa récente discorde avec Manfred Weber, le leader du Parti populaire européen (PPE), complique encore les choses.

À première vue, ses chances de décrocher une nouvelle victoire lors du prochain vote des députés européens en tant que favori du PPE peuvent encore paraître prometteuses.

Cependant, sa popularité autrefois inébranlable a diminué. Malgré ces défis, elle semble conserver quelques stratégies potentielles, quoique sinistres, dans son arsenal.

Appelle-moi Ursula

Von der Leyen s’est lancé dans un rebranding plutôt non conventionnel. « Ursula 2024 » semble présenter des similitudes frappantes avec l’UKIP de Nigel Farage, évidentes dans ses couleurs, sa rhétorique et son ton.

Elle veut remodeler son image avant les élections européennes en mettant l’accent sur les valeurs, la famille et, bien sûr, en s’engageant (encore plus) à soutenir l’Ukraine.

Son nouveau programme s’est dévoilé en direct à Maastricht dans la soirée du 29 avril, grâce au débat électoral de Politico. Pourtant, l’intrigue s’est encore épaissie au cours du discours.

La coalition imminente entre le PPE et l’ECR ne fait que solidifier le glissement inquiétant du Parlement vers la droite, qui se produit précisément au moment où l’intégration des idéologies d’extrême droite est évidente.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'exprime lors d'une session au Parlement européen à Strasbourg, avril 2024
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s’exprime lors d’une session au Parlement européen à Strasbourg, avril 2024

La « nouvelle » Ursula a lancé une bombe, suggérant ouvertement pour la première fois que la grande coalition du Parlement européen entre le PPE et le S&D (Socialistes et Démocrates) pourrait s’effondrer, ouvrant la voie à une alliance inattendue avec l’extrême droite.

La mention du groupe des Conservateurs et Réformistes européens (ECR) constitue la première indication claire que von der Leyen et le centre-droit européen sont sur le point de s’aligner sur un groupe qui, outre les Frères néo-fascistes d’Italie, comprend l’ELAM chypriote. (l’homologue néo-nazi d’Aube dorée), le parti d’extrême droite espagnol Vox et le parti semi-autoritaire Droit et Justice ou PiS de Pologne.

Tu as un ami en moi

Le PPE réfléchit actuellement à son approche concernant le vote des députés européens à l’issue des élections européennes. Si les chiffres s’alignent favorablement, le PPE envisagera de former une coalition avec l’ECR.

Cette coalition, ainsi que l’autre groupe d’extrême droite au Parlement, Identité et Démocratie, devraient contrôler collectivement plus d’un quart des sièges au Parlement européen.

Le lien entre les factions opposées n’est autre que la Première ministre italienne Giorgia Meloni, dont l’influence à Bruxelles s’étend rapidement. En plus d’assumer la présidence d’ECR, elle s’est déclarée candidate aux prochaines élections européennes.

Meloni reconnaît le potentiel d’influence politique en Europe, qui pourrait se traduire par une influence significative à travers le continent. Sa position idéologique suggère une volonté de rallier les forces européennes, même celles à tendance autoritaire.

Meloni reconnaît le potentiel d’influence politique en Europe, qui pourrait se traduire par une influence significative à travers le continent. Sa position idéologique suggère une volonté de rallier les forces européennes, même celles à tendance autoritaire.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, à gauche, s'entretient avec le Premier ministre italien Giorgia Meloni lors d'une table ronde lors d'un sommet de l'UE à Bruxelles, en mars 2024.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, à gauche, s’entretient avec le Premier ministre italien Giorgia Meloni lors d’une table ronde lors d’un sommet de l’UE à Bruxelles, en mars 2024.

Meloni reconnaît le potentiel d’influence politique en Europe, qui pourrait se traduire par une influence significative à travers le continent. Sa position idéologique suggère une volonté de rallier les forces européennes, même celles à tendance autoritaire.

En février, elle a persuadé son allié, le Hongrois Viktor Orbán, de renoncer à ses hésitations à activer une aide financière à l’Ukraine. En échange, ses fonds européens gelés ont été débloqués, soulignant l’adhésion du PPE aux hommes forts autoritaires.

L’UE a sans vergogne approuvé et encouragé la collaboration entre les éléments voyous au sein du bloc. La liberté éhontée accordée à des personnalités comme Meloni de manipuler les communications et de forger certaines de ces alliances est non seulement préoccupante mais carrément scandaleuse.

Von der Leyen a trouvé une nouvelle amie en la personne de Meloni et elle ne peut cacher son enthousiasme. Et pourquoi le ferait-elle ? La survie politique semble être son seul mantra, quel qu’en soit le prix. Ils ont aussi beaucoup de points communs.

Von der Leyen semble prête à mettre en péril son héritage déjà controversé, tandis que son parcours au cours des cinq dernières années révèle non seulement des positions idéologiques minces, mais aussi un paysage rempli de scandales, de corruption, de lobbying gouvernemental pro-israélien et d’efforts incessants pour démanteler l’UE, une Union européenne cruciale. droits humains. Et on ne peut guère s’attendre à ce qu’elle s’arrête là.

Trop de peur ?

La coalition imminente entre le PPE et l’ECR ne fait que solidifier le glissement inquiétant du Parlement vers la droite, qui se produit précisément au moment où l’intégration des idéologies d’extrême droite est évidente.

Cette normalisation est soulignée par une corruption endémique et rapidement suivie par des alliances avec des entités que l’UE cherchait auparavant à expulser en raison de leur mépris flagrant des principes démocratiques et, notamment, de leurs liens avec la Russie.

Pendant des années, les centristes européens ont propagé la peur face au spectre imminent de l’extrême droite. Ce que beaucoup d’électeurs ignoraient, c’est que la menace émergerait de leurs propres rangs.

Même ces derniers temps, von der Leyen a fait des déclarations audacieuses selon lesquelles elle n’aurait jamais envisagé de collaboration avec l’extrême droite. Pourtant, sa position n’englobait visiblement que certaines factions tandis que d’autres restaient sous son radar.

L’alliance entre le PPE et le S&D semblait inébranlable, mais elle est désormais sérieusement menacée.

La coalition imminente entre les alliés de Meloni et le PPE annonce une ère sombre dans l’élaboration des politiques européennes, caractérisée par du vitriol xénophobe, une position anti-LGBTQ dangereuse, l’accent mis sur les guerres culturelles et une résurgence des échos néo-fascistes du passé des Frères d’Italie.

Von der Leyen est sur le point d’assurer sa survie politique, mais à quel prix ? En soutenant ceux qui prônent l’érosion de la démocratie, elle s’aligne désormais sur des personnalités qui se présentent comme des européistes par excellence, prêts à guider l’Europe à travers ses futurs défis politiques.

Qu’est ce qui pourrait aller mal?

Laisser un commentaire

5 × deux =