Italian PM Giorgia Meloni and Abdul Hamid Dbeibeh, a prime minister of Libya under the Government of National Unity, review the honour guard in Tripoli, May 2024

Jean Delaunay

Eurovues. La nouvelle stratégie africaine de l’Italie est-elle un modèle pour l’Europe ?

Le plan Mattei, élaboré en Italie, ne représente pas seulement une initiative politique mais une fenêtre d’opportunité pour redéfinir le rôle de l’Europe en Afrique et dans le monde, écrit Maddalena Procopio.

La Première ministre italienne Giorgia Meloni et les récentes visites de son cabinet en Libye, à la suite des accords migratoires entre l’Union européenne, la Tunisie et l’Égypte – largement défendus par Meloni elle-même – ont donné l’impression que la nouvelle stratégie africaine de l’Italie, connue sous le nom de Plan Mattei, est se concentre uniquement sur la migration.

Cependant, cette vision est trompeuse et ne tient pas compte de la portée globale du plan et de ses implications plus larges tant pour l’Italie que pour l’Europe.

S’il est crucial de lutter contre la migration irrégulière en améliorant les conditions socio-économiques locales, le plan Mattei transcende les simples préoccupations migratoires et représente potentiellement un changement crucial dans l’approche de l’Europe à l’égard de l’Afrique.

Le plan incarne une tentative de recalibrage stratégique des relations de l’Italie avec l’Afrique, en phase avec l’évolution du paysage géopolitique caractérisé par une concurrence accrue pour les marchés et les ressources énergétiques.

Le plan Mattei est ce dont l’Europe a besoin pour trois raisons essentielles.

Partenariats de collaboration et avantages pour les communautés locales

Premièrement, le plan fait allusion à une reconceptualisation de la « coopération au développement » liant les objectifs de développement aux intérêts de l’industrie et devrait rester bien concentré sur ce point sans disperser les fonds.

Les fonds de développement seraient utilisés non seulement pour répondre aux besoins sociaux des Africains, mais également pour améliorer le climat d’investissement, jetant ainsi les bases essentielles d’un engagement économique durable.

Cette approche… remet en question le discours paternaliste sur l’aide au développement dans les relations Europe-Afrique, qui a fait l’objet de critiques avec la montée en puissance d’acteurs internationaux plus transactionnels comme la Chine et la Russie.

La Première ministre italienne Giorgia Meloni, en haut au centre, pose avec les dirigeants et dignitaires africains au Sénat pour le début du sommet Italie-Afrique, à Rome, décembre 2023.
La Première ministre italienne Giorgia Meloni, en haut au centre, pose avec les dirigeants et dignitaires africains au Sénat pour le début du sommet Italie-Afrique, à Rome, décembre 2023.

Par exemple, les améliorations du système d’eau devraient viser à bénéficier aux communautés locales tout en répondant aux demandes de l’agro-industrie. De même, les programmes d’enseignement technique répondent aux besoins éducatifs locaux tout en favorisant le développement des compétences pertinentes pour l’industrie.

Cette approche se traduit potentiellement par un partenariat public-privé qui atténue les risques d’investissement, s’éloignant des méthodes traditionnelles centrées sur les donateurs et reconnaissant les intérêts partagés entre l’Italie et les pays africains.

Il remet en question le discours paternaliste sur l’aide au développement dans les relations Europe-Afrique, qui a fait l’objet de critiques avec la montée en puissance d’acteurs internationaux plus transactionnels comme la Chine et la Russie.

Rome devrait ouvrir la voie

Deuxièmement, le plan Mattei fait allusion à une vérification cruciale de la réalité de la capacité réelle de l’Europe à s’engager efficacement avec l’Afrique, en mettant l’accent sur des approches pragmatiques et fondées sur les compétences, ancrées dans les atouts établis du secteur privé et de la société civile italienne.

En donnant la priorité aux secteurs dans lesquels l’Italie excelle, tels que l’agriculture et l’énergie, le plan atténue le risque d’écarts entre les aspirations politiques et la mise en œuvre sur le terrain.

Cela permet aux acteurs italiens de rivaliser plus efficacement dans un contexte de concurrence internationale croissante pour les ressources de l’Afrique, en évitant les pièges de stratégies plus larges et moins fondées comme le Global Gateway de l’UE.

L’approche italienne pourrait ouvrir la voie à un modus operandi européen différent en Afrique, s’éloignant de la domination d’une seule grande puissance… vers un cadre de collaboration dirigé par les puissances moyennes européennes.

La Première ministre italienne Giorgia Meloni arrive pour assister à une conférence de presse à Mdina, en septembre 2023.
La Première ministre italienne Giorgia Meloni arrive pour assister à une conférence de presse à Mdina, en septembre 2023.

Une grande stratégie décidée en grande partie à Bruxelles, qui peine à s’aligner sur les réalités du marché. Cependant, l’absence d’une grande stratégie du Plan Mattei le rend hautement complémentaire à des initiatives telles que le Global Gateway.

Troisièmement, l’approche italienne pourrait ouvrir la voie à un modus operandi européen différent en Afrique, s’éloignant de la domination d’une seule grande puissance comme la France pour s’orienter vers un cadre de collaboration dirigé par des puissances moyennes européennes telles que l’Italie, l’Espagne, le Portugal et les pays nordiques et européens. Pays d’Europe de l’Est.

Ces puissances moyennes peuvent mettre en commun leur expertise au sein d’initiatives telles que le Global Gateway, reconnaissant le potentiel d’une action collective pour obtenir un plus grand impact.

L’image relativement moins controversée de l’Italie en Afrique lui permet de diriger cette nouvelle approche, agissant potentiellement comme un pont entre l’Europe et d’autres acteurs internationaux, tels que les monarchies du Golfe, qui ont manifesté leur intérêt à soutenir le plan Mattei.

Une fenêtre d’opportunité est grande ouverte

Le succès du plan Mattei pour l’Italie et l’Europe dépend de solides stratégies d’engagement à plusieurs niveaux. Une communication efficace doit être une priorité en Italie, en Europe et en Afrique. Le prochain rapport d’étape du comité de pilotage du Plan Mattei, attendu d’ici le 30 juin, devrait démontrer de premiers résultats.

Au niveau national, la centralisation de la gestion du plan au sein du bureau du Premier ministre était une décision stratégique visant à aligner les intérêts nationaux sur les objectifs de politique étrangère. Toutefois, une gouvernance inclusive est cruciale, tout comme la mobilisation de l’expertise de diverses parties prenantes.

C’est en Europe que résident les fortunes du plan Mattei plus que partout ailleurs. Un dialogue proactif avec les institutions de l’UE et les États membres est essentiel pour obtenir un soutien et favoriser la coopération.

Le gouvernement italien devrait promouvoir activement la création d’une coalition européenne pour identifier les synergies entre les stratégies africaines et avec le Global Gateway.

Sans une approche collective européenne, le plan Mattei peut faire quelques pas, mais il ne gagnera pas le marathon. Avec l’Afrique, une communication complète et claire sur les objectifs du plan est cruciale aux niveaux national, sous-régional et continental.

Sur le plan international, l’Italie devrait poursuivre sa coopération avec ses partenaires mondiaux, en tirant parti de sa présence moins imposante en Afrique pour réconcilier l’Europe avec les acteurs du Sud. Grâce à sa présidence du G7, l’Italie peut coopérer davantage sur les intérêts mutuels en Afrique, tels que le développement des infrastructures et l’énergie verte.

En fin de compte, le plan Mattei ne représente pas seulement une initiative politique mais une fenêtre d’opportunité pour redéfinir le rôle de l’Europe en Afrique et dans le monde.

Laisser un commentaire

16 − sept =