Palestinians displaced by the Israeli air and ground offensive on the Gaza Strip sit at a makeshift tent camp in Khan Younis, June 2024

Jean Delaunay

Eurovues. La Journée mondiale des réfugiés en 2024 est-elle simplement symbolique ou concerne-t-elle de véritables droits humains ?

Un profond décalage entre l’opinion publique et les agendas politiques jette de sérieux doutes sur la sincérité et l’efficacité de l’engagement de l’Europe en faveur de la Journée mondiale des réfugiés, écrivent Luigi Achilli, Stephanie Acker et Caitlin Procter.

Depuis sept décennies, des enfants palestiniens sont nés et ont grandi en tant que réfugiés.

Alors que de nombreux jeunes de 18 ans en Europe terminent leurs études secondaires et se dirigent vers l’université, les jeunes de 18 ans à Gaza ont vécu six guerres différentes (2008-2009, 2012, 2014, 2021, 2022 et 2023).

Depuis octobre, les écoles de Gaza ont été utilisées comme abris pour héberger les personnes déplacées, et nombre d’entre elles ont même été la cible de bombardements. Face à un accès humanitaire extrêmement limité à Gaza au cours des huit derniers mois, les groupes communautaires, les ONG et les organisations humanitaires persévèrent à fournir une éducation aux jeunes malgré les circonstances difficiles.

Cependant, en raison du manque de fournitures, les efforts sont entravés. Pour les enfants plus âgés, ceux qui sont sur le point de devenir adultes, il n’y aura pas d’examens finaux cet été ni de diplômes scolaires.

Chacune des universités de Gaza a été détruite et les perspectives d’enseignement supérieur à Gaza n’existent plus.

Les malheurs des réfugiés palestiniens remontent loin

Chaque année, la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, suscite une réflexion mondiale sur le sort des réfugiés. Elle est présentée comme une célébration de la résilience et une opportunité d’exhorter les décideurs politiques à agir.

La Journée mondiale des réfugiés a débuté en 2001 pour commémorer l’adoption de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, définissant les droits et les protections des réfugiés.

Cependant, le déplacement des réfugiés palestiniens est antérieur à cette convention. Depuis plus de 75 ans, les enfants palestiniens ont grandi en tant que réfugiés et, au cours des huit derniers mois, plus de 1,7 million de Palestiniens ont de nouveau été déplacés de leurs foyers à Gaza.

À partir de 1946 et jusqu’en 1948, des centaines de milliers de Palestiniens ont été expulsés de force de leurs foyers lors de la création de l’État d’Israël, cherchant refuge dans d’autres régions de Palestine, ainsi qu’en Jordanie, en Syrie, au Liban, en Égypte et au-delà. .

Bien que le droit au retour soit soutenu par huit branches du droit international et que l’adhésion d’Israël à l’ONU soit subordonnée à l’adhésion à la résolution 194, aucun de ces droits fondamentaux n’a été respecté.

Un groupe de réfugiés palestiniens marchent le long de la route poussiéreuse reliant Jérusalem au Liban, transportant avec eux leurs enfants et leurs affaires, novembre 1948.
Un groupe de réfugiés palestiniens marchent le long de la route poussiéreuse reliant Jérusalem au Liban, transportant avec eux leurs enfants et leurs affaires, novembre 1948.

En 1948, la résolution 194 de l’ONU accordait aux Palestiniens trois droits fondamentaux : le choix de retourner dans leurs foyers d’origine, la restitution et l’indemnisation de leurs pertes.

Bien que le droit au retour soit soutenu par huit branches du droit international et que l’adhésion d’Israël à l’ONU soit subordonnée à l’adhésion à la résolution 194, aucun de ces droits fondamentaux n’a été respecté.

Au lieu de cela, la population de réfugiés palestiniens n’a fait qu’augmenter et aujourd’hui, près de 40 % de cette population sont des enfants. Ces familles et individus ont été déplacés à plusieurs reprises, disposent de soins de santé, d’éducation, d’opportunités économiques, de liberté de mouvement limités et n’ont pas accès aux droits humains fondamentaux.

Un profond décalage entre la sincérité et l’agenda

La situation des Palestiniens à Gaza retient à juste titre l’attention du monde entier aujourd’hui, mais depuis 17 ans, le blocus imposé par Israël et l’Égypte a provoqué une destruction massive de la vie civile et des infrastructures à Gaza.

Les soignants ont lutté sans cesse pour subvenir aux besoins fondamentaux de leurs familles tout en étant incapables de les protéger contre des blessures graves ou la mort. Certains jeunes adultes ont donc décidé de ne pas avoir d’enfants du tout. Tout cela s’est produit avant octobre de l’année dernière.

Des décennies de recherche ont méticuleusement documenté la privation, la résilience et la résistance des enfants palestiniens déplacés. Personne ne peut regarder en arrière et dire qu’il ne sait pas ce qui arrive à ces générations de jeunes qui ont grandi dans des déplacements forcés.

Malgré les preuves évidentes de leurs difficultés, la réponse de l’Europe à la crise des réfugiés est un paradoxe de solidarité et de silence.

Les campus à travers l’Europe multiplient leur soutien aux réfugiés, mais de nombreux gouvernements européens, soutenant ostensiblement la Journée mondiale des réfugiés, font taire activement le plaidoyer en faveur des réfugiés palestiniens.

Cela va au-delà de la simple inaction, révélant une tendance à réprimer les mouvements de solidarité critiques qui contestent la crise actuelle à Gaza. De telles divergences révèlent un profond décalage entre l’opinion publique et les agendas politiques, jetant de sérieux doutes sur la sincérité et l’efficacité de l’engagement de l’Europe en faveur de la Journée mondiale des réfugiés.

Les journées commémoratives ont leur place, mais seulement si elles s’accompagnent d’une prise de décision concrète et fondée sur des données probantes pour trouver des solutions justes et durables pour les familles et les communautés déplacées, leur permettant de rentrer chez elles et de vivre dans la dignité.

Quand les enfants palestiniens peuvent chanter, danser et faire la fête, non pas parce que la guerre est terminée, mais parce qu’ils ont marqué le but de la victoire, réussi leur examen de mathématiques, obtenu une nouvelle paire de chaussures, ou simplement parce que c’est un autre jour, et c’est ce que font les enfants par défaut. , nous pourrons alors en toute bonne conscience faire des proclamations de justice, de paix et d’empathie à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés.

Laisser un commentaire

4 + 3 =