EIB headquarters in Kirchberg, Luxembourg

Milos Schmidt

Eurovues. La Banque européenne d’investissement n’est pas un leader dans la transition verte

En tant que président, Calviño doit au minimum s’engager à consulter les personnes touchées par les projets de la BEI dans le cadre de leur conception et à garantir ou à proposer des solutions aux impacts environnementaux et sociaux négatifs de ses investissements, écrit Sutharee Wannasiri.

Le récent commentaire de la présidente de la Banque européenne d’investissement, Nadia Calviño, pour L’Observatoire de l’Europe, selon lequel la valeur de la BEI est de réduire les risques liés aux investissements verts pour les investisseurs privés, s’appuie sur les objectifs plus larges déclarés par la BEI de devenir un leader de la finance verte et de soutenir des projets à grande échelle pour résoudre les problèmes mondiaux, y compris, mais sans s’y limiter, le changement climatique.

Même si cela peut paraître une noble ambition, les communautés touchées par les projets de la BEI savent que l’histoire est bien plus complexe : la BEI a déjà révélé à maintes reprises qu’elle n’était pas équipée pour mener une transition verte.

La BEI a un piètre bilan en matière de sélection d’investissements viables.

En fait, le problème le plus fréquemment soulevé par les communautés locales touchées par les projets soutenus par la BEI auprès de son mécanisme de plainte (46 % de toutes les plaintes) est que la banque n’a pas fait preuve de diligence raisonnable adéquate sur les projets en premier lieu.

Un projet de lignes électriques que personne ne veut entreprendre

En tant qu’avocat chez Accountability Counsel, j’ai été témoin de ce phénomène au Népal, où les communautés demandent justice pour les préjudices causés par un projet d’énergie renouvelable soutenu par la BEI.

Pour ce projet, personne n’a consulté, ni même averti, certains membres de la communauté vivant sur le tracé prévu pour la ligne de transport d’électricité.

En fait, pour certains, la première fois qu’ils ont appris qu’une ligne électrique à haute tension allait traverser leur territoire, c’est lorsqu’ils ont vu des gens marquer le tracé déjà décidé avec de la peinture rouge.

Compte tenu du respect inégal de la BEI de ses propres règles et de son incapacité à se tenir responsable des dommages causés par ses projets, comment la banque peut-elle être réellement équipée pour sélectionner des projets verts et réduire les risques pour le secteur privé ?

Un Népalais accroche des bougies pour les faire sécher, à Katmandou, décembre 2011.
Un Népalais accroche des bougies pour les faire sécher, à Katmandou, décembre 2011.

Lorsque les membres de la communauté ont fait part de leurs inquiétudes concernant la perte de terres, de moyens de subsistance et de forêts – sans parler d’une violation totale du droit des peuples autochtones au consentement libre, préalable et éclairé (CLIP) – les forces de sécurité népalaises ont eu recours à la violence.

En 2021, le processus de responsabilisation indépendant de la BEI a confirmé ce que les communautés savaient déjà : que le projet n’était pas conforme aux propres règles de la BEI.

Pourtant, trois ans après ce constat, la BEI n’a toujours pas remis le projet en conformité ni réparé les dommages causés.

Pourquoi financer les récidivistes du climat ?

La deuxième plainte la plus fréquemment formulée à l’encontre des projets de la BEI (représentant 43 % de l’ensemble des plaintes) est qu’ils causent des dommages à l’environnement.

Cela constitue non seulement un problème pour les communautés qui vivent à proximité de ces projets, mais cela mine également les ambitions climatiques de la BEI.

Une analyse menée par mon organisation a révélé que les banques multilatérales comme la BEI financent souvent les récidivistes de violations des droits de l’homme et de l’environnement.

En tant que présidente, Mme Calviño doit au minimum s’engager à consulter les personnes touchées par les projets de la BEI dans le cadre de leur conception et à garantir ou à proposer des solutions aux impacts environnementaux et sociaux négatifs de ses investissements.

Le personnel de sécurité monte la garde devant le bureau du président à Katmandou, mai 2009
Le personnel de sécurité monte la garde devant le bureau du président à Katmandou, mai 2009

Par exemple, la Nepal Electricity Authority (NEA) a mis en œuvre au moins 20 projets hydroélectriques et énergétiques à travers le pays.

Les personnes concernées ont déposé des plaintes contre neuf projets différents de la NEA, démontrant une tendance de la NEA en matière de compensations inadéquates et de consultations inappropriées, d’évaluations d’impact environnemental et social erronées et de mépris des droits collectifs des communautés autochtones.

Compte tenu du respect inégal de la BEI de ses propres règles et de son incapacité à se tenir responsable des dommages causés par ses projets, comment la banque peut-elle être réellement équipée pour sélectionner des projets verts et réduire les risques pour le secteur privé ?

Une chance de changer de cap pour le mieux est là

Il existe une opportunité de changer de cap pour le mieux, la BEI ayant récemment nommé deux nouveaux dirigeants : Calviño comme président et Vasco Amaral Cunha comme nouveau responsable de son mécanisme de traitement des plaintes.

En tant que présidente, Mme Calviño doit au minimum s’engager à consulter les personnes touchées par les projets de la BEI dans le cadre de leur conception et à garantir ou à proposer des solutions aux impacts environnementaux et sociaux négatifs de ses investissements.

M. Cunha, pour sa part, devrait se concentrer uniquement sur la garantie que le mécanisme de plainte de la BEI soit à la hauteur de ses objectifs, à savoir produire « des résultats justes et durables pour tous ».

Au cours de l’année prochaine, cela nécessitera de mettre à jour le mandat et les procédures du mécanisme de plainte afin de tenir la BEI responsable de manière adéquate de ses ambitions climatiques. Dans l’immédiat, Cunha peut remettre sur les rails le dossier de la ligne de transmission au Népal.

Les communautés ont demandé à plusieurs reprises au mécanisme de traitement des plaintes de la BEI et à la direction de la BEI de faciliter un dialogue de bonne foi entre les communautés concernées et la Nepal Electricity Authority. Cunha peut commencer son nouveau mandat en ouvrant enfin ce dialogue.

Si Calviño et son équipe espèrent faire de la BEI un leader dans le domaine de la finance verte, ils devraient commencer par s’assurer que les propres projets de la BEI ne font pas partie du problème.

Dans le cas contraire, la BEI poursuivra le greenwashing du secteur privé et la transition verte restera une illusion.

Laisser un commentaire

deux + 1 =