Chinese honor guards stand at attention after welcoming Russia

Jean Delaunay

Eurovues. Kleptocrates déguisés en démocratie : Pékin et Moscou parlent de lutte contre la corruption à l’ONU

Redéfinir des termes comme anti-corruption, droits de l’homme, démocratie et intégrité – même lorsqu’ils sont manifestement fallacieux – fournit à la Chine le prétexte pour imiter les mécanismes de bonne gouvernance tout en émoussant les efforts visant à demander des comptes aux régimes autoritaires, écrit Elaine Dezenski.

Des représentants de centaines de pays se sont réunis le mois dernier lors d’une conférence des Nations Unies à Atlanta, en Géorgie, pour discuter des efforts mondiaux visant à lutter contre la corruption.

Même si l’événement, qui a réuni plus de 3 000 participants, n’a guère fait l’actualité locale, il s’est avéré être une excellente occasion pour les régimes autoritaires de brouiller un problème qui affecte négativement la vie et les moyens de subsistance de milliards de personnes.

Les objections fallacieuses de l’Azerbaïdjan visaient à limiter la participation des militants anti-corruption, tandis que les représentants de la Chine, de la Russie et de l’Arabie saoudite ont parlé de l’importance de la transparence et ont même refusé de donner refuge aux flux financiers illicites.

Il y a eu des moments divertissants : un panel russe sur la lutte contre la corruption a consacré toute une heure à discuter de la difficulté de choisir un gagnant de son concours de jeunesse, dans le style des années 1990, pour la meilleure affiche ou vidéo anti-corruption.

La Chine a distribué des « petites boîtes rouges » aux autres panélistes après une discussion particulièrement fade sur la manière dont les universitaires peuvent contribuer aux efforts de lutte contre la corruption – un panel au cours duquel le modérateur russe a semblé faire une demande ouverte pour un plus grand « financement » de la Chine.

Tout cela s’ajoute à une tendance inquiétante et bien plus vaste qui se manifeste pleinement : la démocratisation de la kleptocratie.

Pékin se félicite

Cependant, le point culminant du double discours autoritaire a été sans aucun doute la Chine et sa présentation auto-satisfaisante de l’intégrité au sein de son initiative notoirement corrompue de la Ceinture et de la Route.

Il s’agissait d’un tour de force de soixante minutes, vantant les différents « principes de haut niveau » et les « positions fermes » sur le renforcement de l’intégrité, sans jamais proposer une seule action concrète pour répondre concrètement – ​​ou même admettre – aux scandales de corruption massifs provoqués par Le décaissement opaque par la Chine d’un billion de dollars en dépenses pour la BRI.

Au lieu d’agir, le panel chinois a poussé des platitudes faibles et non crédibles : « Chaque projet de construction sera achevé avec intégrité. Chaque centime de fonds publics sera bien dépensé. Toute personne corrompue sera traduite en justice.

Apparemment, le Parti communiste chinois est désormais disponible pour aider le monde à mettre fin au mauvais comportement de la Chine au cours de la dernière décennie de la BRI.

Des responsables de la sécurité marchent avec des chiens sur la place Tiananmen lors de la cérémonie d'ouverture du Forum de la Ceinture et de la Route à Pékin, en octobre 2023.
Des responsables de la sécurité marchent avec des chiens sur la place Tiananmen lors de la cérémonie d’ouverture du Forum de la Ceinture et de la Route à Pékin, en octobre 2023.

Apparemment, le Parti communiste chinois est désormais disponible pour aider le monde à mettre fin au mauvais comportement de la Chine au cours de la dernière décennie de la BRI.

Pékin n’a apporté aucun soutien à ses affirmations, tout en notant qu’« un sondage d’opinion montre que 97,4 % des Chinois sont satisfaits des progrès dans la lutte contre la corruption ».

Pour renforcer les revendications d’intégrité des projets mondiaux de la BRI, des responsables publics du Cambodge, du Kazakhstan et de l’Arabie Saoudite ont partagé la scène avec l’inspecteur en chef de la China State Construction Engineering Corporation (CSCEC), qui a proposé que l’entreprise publique « montre(s) ) tolérance zéro envers des actes tels que la corruption, la fraude et la collusion », malgré les allégations généralisées de corruption contre la CSCEC dans les projets de la BRI en Zambie, en Guyane, en Géorgie, aux Philippines, au Pakistan ou en Hongrie.

L’exclusion de la CSCEC par la Banque mondiale en 2019 semble constituer à elle seule un acte de courage multilatéral approprié et efficace.

« Un monde plus équitable et plus prospère pour tous » ?

Le récit absurde s’est approfondi avec le discours d’ouverture du panel sur l’intégrité de la BRI de Ghada Waly, directrice exécutive de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, l’agence des Nations Unies qui supervise et protège la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies contre la corruption.

Plus de 180 pays ont signé la convention, y compris l’adoption par la Chine en 2006.

Waly, le plus haut responsable anti-corruption de l’ONU, a partagé la scène avec des responsables chinois pour annoncer que « l’Initiative la Ceinture et la Route trace la voie vers un monde plus équitable et plus prospère pour tous ».

S’il est compréhensible que les discussions de l’ONU reflètent un certain niveau de diplomatie et de respect, il n’est certainement pas impossible de dire la vérité, ou du moins de s’abstenir de paraître inconscient de la réalité.

Un motocycliste passe devant des moutons sur une route nouvellement construite à Haripur, au Pakistan, en décembre 2017.
Un motocycliste passe devant des moutons sur une route nouvellement construite à Haripur, au Pakistan, en décembre 2017.

Compte tenu des niveaux stupéfiants de corruption signalés dans les pays de la BRI, Waly a raté l’occasion de dénoncer la BRI pour ce qu’elle est devenue : une décennie d’accords douteux, de corruption à grande échelle, de projets vaniteux, de termes et conditions opaques et d’infrastructures défaillantes. , y compris dans son pays d’origine, l’Égypte.

S’il est compréhensible que les discussions de l’ONU reflètent un certain niveau de diplomatie et de respect, il n’est certainement pas impossible de dire la vérité, ou du moins de s’abstenir de paraître inconscient de la réalité.

Le double langage de la Chine en matière d’intégrité fait bien sûr partie d’une campagne plus large visant à étendre son influence politique et économique en incitant l’ONU et d’autres bureaucraties internationales à adopter des platitudes encore plus vides de sens qui permettent à la Chine (et à d’autres) de continuer à exporter leurs propres termes d’accord. , règles, normes et standards à travers le monde.

J’ai désespérément besoin d’une conversation honnête

Adopter le langage populaire et précieux des démocraties libérales occidentales en redéfinissant des termes comme anti-corruption, droits de l’homme, démocratie et intégrité – même lorsqu’ils sont manifestement fallacieux – fournit à la Chine le prétexte pour imiter les mécanismes de bonne gouvernance tout en émoussant les efforts visant à maintenir un régime autoritaire. régimes responsables.

Un document de la BRI intitulé « Réalisations et perspectives du renforcement de l’intégrité de la Ceinture et de la Route » affirme que « l’intégrité est le « résultat » moral et la « ligne rouge » juridique de la coopération dans le cadre de la Ceinture et de la Route ».

Plus loin dans le même document, nous voyons pourquoi la notion chinoise d’intégrité manque de sens : « Nous devons… respecter le droit de chacun de choisir sa propre manière de lutter contre la corruption. »

En d’autres termes, aucun pays ne peut juger les méthodes utilisées par un autre pays pour lutter contre la corruption, même si ces méthodes ne donnent aucun résultat.

Soyons clairs, dénigrer une agence des Nations Unies n’annulera pas le blanchiment actuel du programme mondial de lutte contre la corruption. Il est grand temps que les gouvernements dénoncent le double langage.

Pour que la CNUCC ait un réel poids – et génère des résultats suffisamment bons pour les informations locales du soir – il est temps que les signataires de la CNUCC se tiennent mutuellement responsables, en commençant par une conversation honnête.

Laisser un commentaire

20 − 3 =