Delilah, a Tosa mix rescued from the Korean meat market, in San Francisco, CA, March 2015

Jean Delaunay

Eurovues. Il est temps de se rallier à la position audacieuse de la Corée du Sud visant à mettre fin à l’industrie de la viande canine.

Avec la nouvelle interdiction imposée par Séoul sur l’industrie de la viande de chien, nous avons l’impression d’avoir allumé une lueur d’espoir : mettre fin à cette industrie en Corée du Sud est désormais une réalité, écrit Kitty Block.

Chaque année, en Corée du Sud, environ un million de chiens sont confrontés à un triste sort, élevés et abattus pour se nourrir.

Cependant, après des décennies de travail de sensibilisation et de politique publique à l’échelle nationale, et alors que les défenseurs coréens des animaux se font plus entendre que jamais, le parlement sud-coréen vient d’adopter une interdiction historique sur l’élevage, l’abattage et la vente de chiens et de viande de chien destinés à la consommation.

Cette décision monumentale n’est pas seulement un triomphe pour la Corée du Sud, mais crée également un précédent qui pourrait se répercuter dans tous les pays où le commerce de la viande de chien et de chat persiste.

Alors que la Corée du Sud se lance dans ce voyage transformateur, une autre partie du monde est témoin de progrès pour les animaux.

En Europe, des initiatives décourageant la chasse aux trophées ont gagné du terrain en Belgique, en France et en Italie.

Il est désormais temps pour l’Europe de s’unir et de rallier le soutien public, privé et international pour plaider en faveur d’un monde plus compatissant.

Une cruauté inquiétante s’étend au-delà de la souffrance animale

Pour comprendre l’importance de la décision de la Corée du Sud, nous devons reconnaître la longue histoire de consommation de viande de chien dans le pays.

Même si la plupart des Coréens sont consternés à l’idée de manger du chien et n’en consomment pas, pour une petite minorité des générations les plus âgées, cela reste une habitude culinaire, en particulier pendant les mois les plus chauds de l’année.

Mais tout comme les conditions dans lesquelles vivent les animaux d’élevage industriel de toutes sortes, les conditions que ces animaux endurent dans les fermes intensives sont pénibles.

Des chiens sont vus dans une cage dans une ferme canine à Pyeongtaek, Corée du Sud, juin 2023
Des chiens sont vus dans une cage dans une ferme canine à Pyeongtaek, Corée du Sud, juin 2023

Ils sont confinés dans de petites cages métalliques stériles, exposés aux éléments et reçoivent juste assez de nourriture pour survivre. Ces conditions horribles provoquent des maladies généralisées et une détresse mentale chez les chiens, dont beaucoup présentent des signes de maladie, de dépression, de malnutrition sévère et des comportements anormaux.

La manière dont ces animaux sont abattus est encore plus inquiétante, l’électrocution étant la méthode la plus courante.

En Chine, en Indonésie, en Inde et au Vietnam, les chiens de compagnie et les chiens errants sont volés et brutalement battus à mort avec des gourdins en métal ou en bois.

La cruauté s’étend au-delà de la souffrance des animaux et constitue une menace sérieuse pour la santé humaine, car le commerce de la viande de chien a été associé à des épidémies de trichinose, de choléra et de rage.

Une occasion unique d’écrire l’histoire

Ces dernières années, la question de la viande de chien est devenue une sorte de test décisif pour les attitudes et pratiques sociales et culturelles en Corée du Sud.

Un sondage Humane Society International/Nielsen de 2023 a révélé que 86 % de la population s’abstient de consommer de la viande de chien et que 57 % soutiennent une interdiction de l’industrie de la viande de chien.

Notamment, la majorité des individus de moins de 30 ans n’ont jamais consommé de viande de chien, ce qui témoigne d’un changement de perspective générationnel.

La Corée du Sud saisit une opportunité unique d’entrer dans l’histoire et de devenir un leader mondial en mettant fin à une pratique qui persiste depuis des générations.

Ce moment historique marque non seulement la fin de l’ère de la viande de chien dans le pays, mais constitue également un exemple pour d’autres pays confrontés à des appels nationaux et internationaux similaires au changement.

Une femme fait du vélo sous les cerisiers en pleine floraison dans un parc de Séoul, avril 2023
Une femme fait du vélo sous les cerisiers en pleine floraison dans un parc de Séoul, avril 2023

La loi récemment adoptée représente un tournant décisif dans le cheminement du pays vers un avenir plus compatissant. Ce moment historique marque non seulement la fin de l’ère de la viande de chien dans le pays, mais constitue également un exemple pour d’autres pays confrontés à des appels nationaux et internationaux similaires au changement.

Le chemin vers la fin de l’industrie de la viande de chien en Corée du Sud a commencé, et la mise en œuvre d’une interdiction impliquera une période d’élimination progressive de trois ans au cours de laquelle les entreprises de viande de chien seront fermées avec le soutien du gouvernement pour permettre aux travailleurs de se tourner vers des moyens de subsistance alternatifs.

La limitation de l’indemnisation aux seuls éleveurs de viande canine légalement enregistrés, alors qu’il existe des centaines d’élevages illégaux, ainsi que les conditions spécifiques d’indemnisation constitueront la base de nombreux débats politiques au cours des prochaines semaines.

Avec la mise en œuvre de cette nouvelle interdiction, la participation à l’élevage, à l’abattage ou à la vente de viande de chien à partir de 2027 entraînerait des peines d’emprisonnement ou des amendes.

Un avenir où l’unité triomphe de la tradition

Quelques années après que Humane Society International a commencé à travailler pour dénoncer et contester l’industrie de la viande de chien en Corée du Sud, je me suis rendu là-bas à deux reprises — d’abord en 2015 et de nouveau en 2017 — pour me joindre à des collègues de Corée du Sud, du Canada, du Royaume-Uni et du Les États-Unis poursuivent la fermeture des élevages de viande de chien.

Ce fut une expérience difficile, mais malgré les conditions dont nos équipes ont été témoins, cela a également été un moment réconfortant et transformateur dans notre plaidoyer.

Nos équipes locales et mondiales se sont attachées à apporter des solutions aux propriétaires et aux travailleurs agricoles, en les aidant à abandonner l’élevage de chiens.

Mettre fin à l’industrie de la viande canine en Corée du Sud est désormais une réalité. Plus que tout, la résistance dirigée par la Corée contre la viande de chien a joué un rôle déterminant pour nous amener à ce point.

Des militants végétariens sud-coréens portant des masques de chien organisent un rassemblement contre la culture sud-coréenne consistant à manger de la viande de chien à Séoul, en juillet 2020.
Des militants végétariens sud-coréens portant des masques de chien organisent un rassemblement contre la culture sud-coréenne consistant à manger de la viande de chien à Séoul, en juillet 2020.

Nous avons pu travailler avec des agriculteurs pour fermer avec succès 18 élevages de viande canine, en développant une expertise mondiale et locale en collaboration avec des agriculteurs à la recherche d’une stratégie de sortie.

La transformation nécessite un partenariat plutôt qu’une imposition. Nous pouvons combler le fossé en offrant un soutien, des alternatives et un dialogue ouvert.

La nouvelle interdiction sur la viande de chien offre une voie à suivre pour les éleveurs de chiens, les abatteurs et les restaurateurs : ils peuvent demander une compensation et, après examen, un soutien gouvernemental pourrait être proposé pour faciliter la transition ou la fermeture de ces entreprises.

En travaillant main dans la main avec toutes les parties intéressées, nous pouvons non seulement répondre aux préoccupations immédiates, mais aussi ouvrir la voie à un avenir plus compatissant et durable, dans lequel l’unité triomphe de la tradition.

Nous avons allumé une lueur d’espoir

Avec ces résultats, nous avons l’impression d’avoir allumé une lueur d’espoir. L’appel à la collaboration du gouvernement souligne la responsabilité collective partagée dans l’avènement d’un changement positif pour les animaux.

Mettre fin à l’industrie de la viande canine en Corée du Sud est désormais une réalité. Plus que tout, la résistance dirigée par la Corée contre la viande de chien a joué un rôle déterminant pour nous amener à ce point.

L’impératif moral de soulager la souffrance des animaux transcende les frontières nationales.

Alors que nous assistons à l’avancée courageuse de la Corée du Sud vers une plus grande compassion, l’Europe peut s’unir non seulement pour plaider en faveur de l’adoption de cette législation historique, mais aussi pour déclencher des mouvements de transformation similaires aux quatre coins du monde, sur toute la gamme des questions de protection des animaux.

C’est un cri de ralliement pour que l’humanité reconnaisse collectivement la valeur intrinsèque de tous les êtres vivants et lutte pour un monde où la gentillesse triomphe de la cruauté.

Laisser un commentaire

10 − 6 =