Eurovues.  Il est temps de ramener les Biélorusses dans la famille européenne à laquelle ils appartiennent

Jean Delaunay

Eurovues. Il est temps de ramener les Biélorusses dans la famille européenne à laquelle ils appartiennent

La place de la Biélorussie dans la famille européenne n’est pas qu’un rêve ; c’est un destin que nous, en tant que nation, nous engageons à réaliser. Nous cherchons à rejoindre le reste de l’Europe en tant que démocratie à part entière, incarnant les valeurs européennes de liberté, d’égalité et de fraternité, écrit Sviatlana Tsikhanouskaya.

Depuis près de trois décennies, ma nation est aux mains d’un dictateur pro-russe qui gouverne par la peur et nie notre identité de pays européen composé de peuples libres.

Notre lutte pour la liberté et la démocratie en Biélorussie n’est pas seulement une lutte contre le régime oppressif d’Alexandre Loukachenka et les ambitions impériales russes, mais un voyage pour nous ramener en Europe.

Cette semaine, je suis à Bruxelles pour renforcer les liens de la Biélorussie démocratique avec nos partenaires européens. Au cours de cette visite, j’ai pris la parole au Conseil des Affaires étrangères devant les ministres de l’UE et j’ai inauguré la deuxième réunion du Groupe consultatif UE-Biélorussie, une plateforme de dialogue entre les forces démocratiques biélorusses et l’Union européenne.

Je suis convaincu que nous pouvons construire de nouveaux partenariats qui nous rapprocheront de la liberté.

Il n’y a pas d’Europe sans une Biélorussie libre

Les progrès récents dans les négociations de l’Union européenne avec l’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie sont pour nous une lueur d’espoir. Cela prouve que l’Europe est plus qu’un terme géographique : c’est un symbole de démocratie, de liberté et de respect des droits de l’homme.

Comme l’a dit un jour Victor Hugo : « On peut prendre position contre l’invasion d’une armée ; on ne peut pas prendre position contre l’invasion d’une idée ». L’idée d’une Europe unie et démocratique est une force imparable, et la Biélorussie fait partie intégrante de cette vision.

L’Europe ne sera pas complète sans une Biélorussie libre – et elle ne sera pas sûre tant que nous n’aurons pas éliminé le dictateur qui est complice des crimes de guerre russes en Ukraine et coupable de crimes contre son propre peuple.

Des partisans de l'opposition biélorusse, vus à travers un vieux drapeau national biélorusse, brandissent des téléphones alors qu'ils se rassemblent sur la place de l'Indépendance à Minsk, en août 2020.
Des partisans de l’opposition biélorusse, vus à travers un vieux drapeau national biélorusse, brandissent des téléphones alors qu’ils se rassemblent sur la place de l’Indépendance à Minsk, en août 2020.

L’Europe ne sera pas complète sans une Biélorussie libre – et elle ne sera pas sûre tant que nous n’aurons pas éliminé le dictateur qui est complice des crimes de guerre russes en Ukraine et coupable de crimes contre son propre peuple.

Il continuera à menacer nos voisins si rien n’est fait pour y remédier. Mais Loukachenka n’est pas l’égal des Biélorusses, tout comme notre peuple n’est pas l’égal des Russes.

En effet, la clé pour libérer le potentiel du Bélarus est entre les mains de sa population. Nous avons été témoins de l’esprit indomptable des Biélorusses qui, malgré la brutalité et la répression, continuent d’exiger le changement.

C’est cet esprit qui finira par démanteler les chaînes de la tyrannie. La liberté ne sera pas refusée.

Le régime de la terreur peut être renversé par le bastion de la démocratie

Malgré les répressions en cours, les Biélorusses persistent à défier la tyrannie du régime.

Au moins 1 500 prisonniers politiques souffrent dans les conditions les plus inhumaines, et même en exil, les militants ne sont pas en sécurité, car le régime cible nos familles et nos amis restés au Bélarus.

Les ONG ont été dissoutes, les partis politiques et les médias indépendants criminalisés et la société civile a été contrainte de s’installer à l’étranger.

Dans une telle atmosphère de terreur, le régime envisage d’organiser des « élections parlementaires » en février. Je suis convaincu que l’UE les considérera comme rien de plus qu’une imposture.

L’UE, en tant que bastion de la démocratie, doit se tenir aux côtés de la Biélorussie, non seulement en paroles, mais aussi en actes. Des sanctions contre le régime, un soutien à la société civile et une voie claire pour l’intégration future de la Biélorussie à l’Europe sont essentiels.

Des policiers donnent des coups de pied à un manifestant lors d'une manifestation de masse suite à l'élection présidentielle à Minsk, en août 2020.
Des policiers donnent des coups de pied à un manifestant lors d’une manifestation de masse suite à l’élection présidentielle à Minsk, en août 2020.

Nous nous souvenons tous des élections de 2020 : malgré ma victoire, Loukachenka s’est accroché au pouvoir, a vendu son pays à la Russie et m’a contraint à l’exil avec des centaines de milliers de Biélorusses.

Alors que nous poursuivons notre combat pour la liberté, la solidarité internationale est cruciale. L’UE, en tant que bastion de la démocratie, doit se tenir aux côtés de la Biélorussie, non seulement en paroles, mais aussi en actes.

Des sanctions contre le régime, un soutien à la société civile et une voie claire pour l’intégration future de la Biélorussie à l’Europe sont essentiels.

Les Biélorusses doivent voir une perspective européenne. Ils doivent entendre et sentir qu’ils sont de nouveau les bienvenus en Europe. Nous devons leur montrer l’alternative au monde russe.

Parler de l’adhésion de la Biélorussie à l’UE serait prématuré, mais nous pouvons maintenant commencer à rédiger l’accord d’association afin qu’il soit prêt au moment où il pourra être signé par le gouvernement légitime de la Biélorussie.

J’encourage également l’UE à nommer un envoyé spécial auprès des forces démocratiques biélorusses pour porter notre coopération à un nouveau niveau, comme cela a été fait par la France, la Suède, la Pologne, la Lituanie, l’Estonie et bientôt les États-Unis.

Ce n’est pas qu’un rêve, c’est notre destin

Je crois que notre victoire est inévitable. Je veux que mes enfants grandissent en tant qu’Européens et fiers Biélorusses – en liberté, dans leur propre pays.

La place de la Biélorussie dans la famille européenne n’est pas qu’un rêve ; c’est un destin que nous, en tant que nation, nous engageons à réaliser.

Nous cherchons à rejoindre le reste de l’Europe en tant que démocratie à part entière, incarnant les valeurs européennes de liberté, d’égalité et de fraternité.

Tel est notre engagement solennel : construire une Biélorussie prospère qui ne soit pas seulement une partie de l’Europe mais un brillant exemple du triomphe de la démocratie et de la puissance durable de l’esprit humain pour surmonter tous les obstacles.

Laisser un commentaire

3 × 1 =