Goalkeeper lays on the pitch during the Europa League Final match at the Stade de Lyon, May 2018

Milos Schmidt

Eurovues. Il est temps d’atteindre un objectif climatique radical – en imposant au sport une législation verte

Chaque compétition, course et médaille doit se justifier, au-delà du simple ajout aux annales croissantes de l’histoire du sport. Dans le cas contraire, notre inaction resterait dans l’histoire comme l’objectif le plus désastreux de l’humanité, écrit Isabel Schatzschneider.

La poussière toxique est à peine retombée à la suite du Super Bowl de 2024 – ou plutôt du « Super Pollueur », dont la publicité à elle seule a émis autant de dioxyde de carbone que 100 000 Américains.

Mais des millions d’autres fans de sport se préparent désormais à injecter encore plus de poison dans l’atmosphère en se rendant aux courses ultra-toxiques de F1, ainsi qu’à l’Euro 2024 et aux Jeux olympiques de Paris.

Alors que l’UE a ciblé les secteurs de la construction, de l’énergie, de l’alimentation et des transports pour atteindre ses ambitieux objectifs climatiques, l’empreinte carbone liée aux voyages et à la publicité pour les événements sportifs est négligée.

Oui, des mesures sont prises par l’industrie du sport pour passer au vert – par exemple, de nombreuses associations sportives ont profité de la COP28 à Dubaï pour se concentrer sur leurs projets de développement durable.

Même l’UEFA, l’instance dirigeante du football européen, a déclaré qu’elle visait à faire de l’Euro le championnat européen le plus durable de tous les temps.

Mais il est temps de devenir réaliste.

S’engager à « passer au vert » est loin d’être suffisant

On estime que les matches de football gonflés de l’UEFA 2024-25, culminant avec l’Euro organisé dans toute l’Allemagne, amèneront les équipes et leurs supporters à accumuler environ deux milliards de miles aériens, soit l’équivalent de plus de 4 000 voyages aller-retour vers la Lune, soit près d’un demi-million de tonnes. des émissions de gaz à effet de serre.

Et ce greenwashing ne se limite pas à l’UEFA.

Les organisateurs des Jeux olympiques de Paris de cet été les présentent comme les « Jeux les plus verts de tous les temps » : ce mois-ci seulement, ils ont déclaré un nouveau précédent environnemental en utilisant des sites existants ou temporaires pour la plupart des événements et en se concentrant sur des constructions à faibles émissions de carbone pour les autres.

Compte tenu de l’ampleur et de l’urgence de la crise climatique, les dirigeants du monde doivent prendre la décision radicale d’inscrire les lunettes de sport dans une législation verte avant qu’il ne soit trop tard.

Un spectacle de lumière est projeté sur l'Arc de Triomphe lors des célébrations du Nouvel An sur les Champs Elysées à Paris, janvier 2024
Un spectacle de lumière est projeté sur l’Arc de Triomphe lors des célébrations du Nouvel An sur les Champs Elysées à Paris, janvier 2024

Mais leurs efforts sont une bataille perdue d’avance contre la réalité inconfortable selon laquelle 15,3 millions de personnes – soit plus du double du taux d’occupation normal de Paris – utiliseront une combinaison toxique de moyens de transport pour visiter la capitale française en août.

Compte tenu de l’ampleur et de l’urgence de la crise climatique, les dirigeants du monde doivent prendre la décision radicale d’inscrire les lunettes de sport dans une législation verte avant qu’il ne soit trop tard.

Après tout, il a été prouvé à maintes reprises qu’essayer de culpabiliser les gens pour qu’ils mènent la lutte en faveur du développement durable ne fonctionne pas. C’est pourquoi les engagements des organisateurs sportifs de « passer au vert » doivent être ancrés dans des lois convenues à l’échelle mondiale qui surveillent et contrôlent leur empreinte carbone rampante.

Personne n’essaye d’être un rabat-joie

Les politiques de l’Union européenne visant à créer des transports « sûrs, durables et connectés » doivent désormais servir d’inspiration pour imposer des restrictions de transport lors de ces rassemblements mondiaux de plus en plus nombreux (il suffit de penser à la Coupe du monde 2026 de la FIFA, organisée dans 16 villes et trois pays).

La proposition est simple : mettre en place des quotas fixes d’émissions de carbone pour tous les grands événements sportifs. Les fans et les équipes verraient leurs miles aériens – et leurs émissions de carbone personnelles et collectives – rationnées. Les organisateurs d’événements sportifs et les stades doivent également se voir attribuer des plafonds d’émission et des objectifs pour rendre leurs stades plus durables.

Bien sûr, il y aura une éruption bruyante et inévitable de tollés et de chants de « rabat-joie » de la part des fans qui considèrent ces spectacles comme des événements de vie ou de mort.

Il existe un énorme potentiel pour que l’industrie mondiale du sport, qui pèse plus de 500 milliards d’euros, utilise son argent et sa puissance internationale pour apporter des changements importants et vitaux en matière de développement durable, conformément aux objectifs climatiques mondiaux.

Un fan américain brandit un drapeau de son pays avant le début du match de Coupe du monde entre les Pays-Bas et les États-Unis, à Doha, en décembre 2022.
Un fan américain brandit un drapeau de son pays avant le début du match de Coupe du monde entre les Pays-Bas et les États-Unis, à Doha, en décembre 2022.

Mais pour rallier les supporters, les dirigeants du monde doivent également montrer au public, sans équivoque, pourquoi les événements sportifs sont rationnés.

Faire connaître l’empreinte carbone des événements sportifs de manière aussi visible que les avertissements sanitaires sur les paquets de cigarettes – ou le nombre de calories sur les menus et les unités d’alcool sur les boissons – est également une étape clé pour intégrer cette législation au sport durable.

Tout comme pour le tabac ou l’alcool, il faut avertir les gens de voyager de manière responsable – ou pas du tout.

Les mesures visant à rationner les transports et les émissions autour des événements sportifs ne visent pas à freiner l’esprit du sport, mais à protéger la planète pour que les générations futures puissent en profiter de manière responsable.

Ils feraient également de la nécessité la mère de l’invention et obligeraient les organismes sportifs à proposer des innovations durables pour les stades et les transports.

Le changement doit donc être correctement qualifié de « participation éco-consciente » – pour garder les fans sceptiques.

Nous devons apprendre à jouer de manière responsable

Après tout, il existe un énorme potentiel pour que l’industrie mondiale du sport, qui pèse plus de 500 milliards d’euros, utilise son argent et sa puissance internationale pour apporter des changements importants et vitaux en matière de développement durable, conformément aux objectifs climatiques mondiaux.

Par exemple, lors du même sommet de la COP où les organisateurs sportifs ont prêté leur allégeance verte, 197 pays ont signé le Consensus historique des Émirats arabes unis – un pilier de l’action climatique mondiale qui donne une orientation claire aux pays et aux industries – sur la manière de maintenir 1,5°C à portée d’ici. « s’éloigner » des combustibles fossiles, tripler la capacité d’énergie renouvelable d’ici 2030 et transformer le financement climatique mondial.

Mais comme l’a récemment déclaré le président de la COP, le Dr Sultan Al-Jaber, à l’Association internationale de l’énergie à Paris, « les gouvernements et toutes les parties concernées (doivent) être honnêtes et transparents quant aux coûts et aux compromis impliqués » pour atteindre un tel objectif.

Dans l’ensemble, cela signifie que le gouvernement, les industries et les individus devront faire des sacrifices pour éviter un réchauffement planétaire mettant fin à l’immunité des partis qui ont longtemps résisté au changement.

Bien entendu, transformer l’industrie du sport ne sera pas facile. Mais l’objectif ultime est plus simple : créer un avenir durable où le plaisir du sport et la santé de notre planète sont en harmonie.

Chaque compétition, course et médaille doit se justifier, au-delà du simple ajout aux annales croissantes de l’histoire du sport.

Dans le cas contraire, notre inaction resterait dans l’histoire comme l’objectif le plus calamiteux de l’humanité.

Laisser un commentaire

19 + 10 =