A medical professional removes the cryostorage sheath from a container for an embryo at a laboratory in Shenzhen, October 2018

Jean Delaunay

Eurovues. En matière de génomique, réduire les risques avec la Chine ne suffit pas

Il ne s’agit pas d’attiser les flammes du technoprotectionnisme, mais de sauvegarder les droits fondamentaux à la vie privée, à la sécurité et à une gouvernance éthique face à des dangers réels et présents, écrivent cinq députés.

Dans le paysage des relations UE-Chine, la doctrine de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, consistant à « réduire les risques et non au découplage », est devenue un principe central.

Cette approche souligne le manque de stratégie cohérente de l’Union européenne à l’égard de la Chine – tentant de trouver un équilibre entre l’engagement et la sauvegarde de ses intérêts, tout en échouant à répondre de manière plus globale à l’ampleur des menaces et des défis posés par le régime totalitaire.

En outre, même si la réduction des risques cherche elle-même à favoriser une position pragmatique sur les fronts économique et diplomatique, il est impératif de reconnaître que certains secteurs nécessitent une action plus définitive.

Le domaine de la génomique, avec ses profondes implications en matière de confidentialité, de sécurité et de normes éthiques, illustre les domaines dans lesquels le découplage se fait attendre.

Que savez-vous de la collecte de données génétiques ?

L’implication d’entités liées à l’État chinois dans l’arène mondiale de la génomique, en particulier le géant de la génétique BGI Group, a suscité d’importantes inquiétudes. Les révélations sur la collecte de données génétiques ont mis en évidence l’écheveau complexe de risques en matière de confidentialité, d’éthique et de sécurité associés à la collecte et à l’analyse de l’ADN par des entités liées au gouvernement chinois.

Les entreprises chinoises comme BGI sont tenues de partager toutes les données avec les autorités de Pékin lorsque cela est demandé en vertu de la loi nationale sur le renseignement. Il n’existe aucun contrôle ni mécanisme permettant aux entreprises de lutter contre une telle demande.

Une telle obligation s’applique également à Mindray, un fabricant d’équipements médicaux et de surveillance des patients basé à Shenzhen qui dessert déjà plus de 660 hôpitaux européens et 60 % de toutes les institutions médicales. Tout comme BGI, il collecte des données sensibles sur les soins de santé et les données biologiques des citoyens européens.

Des avertissements bien documentés émanant d’experts en renseignement et en sécurité (ont détaillé) comment les données génétiques, sous couvert de recherche et de développement, pourraient être utilisées à des fins qui contrastent fortement avec les valeurs et les intérêts de sécurité de l’UE.

Un voyageur pousse ses bagages sous de grands drapeaux chinois suspendus au plafond de l'aéroport international de Shenzhen Bao'an à Shenzhen, en octobre 2018.
Un voyageur pousse ses bagages sous de grands drapeaux chinois suspendus au plafond de l’aéroport international de Shenzhen Bao’an à Shenzhen, en octobre 2018.

De telles appréhensions s’appuient sur des avertissements bien documentés d’experts en renseignement et en sécurité détaillant comment les données génétiques, sous couvert de recherche et de développement, pourraient être utilisées à des fins qui contrastent fortement avec les valeurs et les intérêts de sécurité de l’UE.

L’intérêt spécifique des autorités chinoises pour le profilage génomique des groupes ethniques afin de faire progresser les objectifs de surveillance de l’État et la politique à l’encontre des populations vulnérables a déjà été révélé.

En outre, il existe des inquiétudes fondées quant à savoir si « la politique génomique de la Chine répond aux exigences éthiques fondamentales de non-malfaisance, de bienfaisance, de justice et de véracité ». Nous prenons du retard.

Les récentes mesures prises par les États-Unis, notamment l’initiative du président Biden visant à renforcer les contrôles sur les flux de données américaines vers la Chine et la Russie et la loi bipartite BIOSECURE qui interdirait aux sociétés chinoises de génomique de conclure des contrats fédéraux, illustrent une reconnaissance croissante des risques associés à un accès sans entrave aux données sensibles. données.

Les données génétiques sont « le nouvel or »

L’Europe a subi les conséquences d’une dépendance excessive à l’égard d’entités extérieures, en particulier dans les domaines critiques pour la sécurité nationale et le bien-être public. Alors que l’UE cherche des alternatives à l’énergie russe pour garantir sa sécurité et son autonomie, un recalibrage similaire est nécessaire dans le domaine de la génomique.

L’utilisation abusive potentielle des données génétiques par des États adverses nous rappelle brutalement les risques associés à la dépendance à l’égard de fournisseurs à haut risque et à l’expertise dans des domaines d’importance stratégique.

Dans ce contexte, l’UE doit réévaluer sa position en matière de réduction des risques, exclure progressivement les fournisseurs à haut risque de ses infrastructures critiques, y compris les secteurs de la santé et de la génomique, et réfléchir aux avantages d’un découplage complet du secteur de la génomique.

Pour les adversaires étrangers, les données ADN sont « le nouvel or », et Pékin soutient directement ses « champions nationaux », BGI et MGI, dans le but d’atteindre la domination industrielle mondiale d’ici 2049.

La sortie d'un séquenceur d'ADN, sans date
La sortie d’un séquenceur d’ADN, sans date

Les enjeux sont extrêmement élevés ; Les données génétiques et sanitaires, de par leur nature même, détiennent la clé pour comprendre les aspects les plus intimes de la biologie humaine, animale et végétale. La génomique stimulera la médecine personnalisée et mènera à des percées dans le traitement de nouvelles maladies.

Pour les adversaires étrangers, les données ADN sont « le nouvel or », et Pékin soutient directement ses « champions nationaux », BGI et MGI, dans le but d’atteindre la domination industrielle mondiale d’ici 2049.

Nonobstant les dépendances sanitaires et économiques auxquelles l’Europe serait confrontée une fois que la Chine dominerait ce secteur, l’utilisation abusive potentielle de ces données pourrait avoir des conséquences considérables, allant de la surveillance et du ciblage d’individus en fonction de leur profil génétique à des individus génétiquement améliorés ou à des virus modifiés.

La dignité humaine, la vie privée et l’État de droit sont tous en jeu

Des rapports en provenance de Chine montrent que Pékin essaie déjà, et que la complicité de BGI dans la surveillance massive des citoyens chinois et dans l’autorisation du génocide ouïghour a été sans relâche révélée.

Qualifiée par le Pentagone de « société militaire chinoise », la présence continue de BGI à travers l’Europe devrait accroître l’urgence pour les Européens d’adopter une approche plus prudente. Il ne s’agit pas d’attiser les flammes du technoprotectionnisme, mais de sauvegarder les droits fondamentaux à la vie privée, à la sécurité et à une gouvernance éthique face aux dangers réels et présents.

L’UE, guidée par son engagement en faveur de la dignité humaine, de la vie privée et de l’État de droit, doit établir des cadres réglementaires solides et des contrôles de sécurité spécifiquement adaptés au secteur de la génomique.

Une boîte de laboratoire contenant des embryons ayant reçu une injection de protéine Cas9 et d'ARNsg PCSK9 est vue dans un laboratoire de Shenzhen, octobre 2018.
Une boîte de laboratoire contenant des embryons ayant reçu une injection de protéine Cas9 et d’ARNsg PCSK9 est vue dans un laboratoire de Shenzhen, octobre 2018.

La recommandation de l’UE l’année dernière en faveur d’une évaluation des risques liés à la biotechnologie ou la toute première stratégie jamais publiée par l’OTAN sur la biotechnologie et les technologies d’amélioration humaine sont de bons premiers pas, mais les chercheurs, les entreprises et les citoyens du secteur de la génomique restent exposés.

À cette fin, l’UE, guidée par son engagement en faveur de la dignité humaine, de la vie privée et de l’État de droit, doit établir des cadres réglementaires solides et des contrôles de sécurité spécifiquement adaptés au secteur de la génomique.

Cela peut inclure des processus de contrôle stricts, des limitations sur l’exportation de données, des audits sur place des entreprises dont le siège se trouve dans des pays adversaires étrangers et la promotion d’alternatives basées dans l’UE pour la recherche et l’analyse génomique.

L’UE peut également suivre l’exemple canadien pour renforcer la sécurité de la recherche en interdisant le financement de projets de recherche sensibles liés à l’une des 103 entités étrangères qui présentent un risque pour sa sécurité nationale.

Nous devons protéger nos citoyens

Étant donné que la génomique couvre de nombreux domaines, nous devons également garantir l’alignement entre les secteurs public et privé afin de protéger les citoyens et les entreprises de l’UE.

Des restrictions plus strictes pour Mindray, BGI et MGI dans notre secteur public seront inutiles si ces mêmes entités peuvent accéder au marché européen via le secteur privé. Nous devons avertir les principaux acteurs industriels européens tels qu’Eurofins et Oxford Nanopore, qui s’associent à MGI Tech et BGI Group, des risques pour la sécurité nationale liés à la collaboration avec des sociétés de génomique liées à l’État chinois.

Cela souligne également la nécessité urgente pour la Commission européenne de renforcer sa capacité unique d’analyse du renseignement afin d’acquérir de meilleurs renseignements, de cartographier les dépendances et d’intervenir contre les menaces à la sécurité économique de l’Union.

La voie à suivre est sans aucun doute complexe, pleine de nuances diplomatiques et de considérations économiques. Toutefois, dans le domaine de la génomique, l’UE et ses États membres doivent donner la priorité à la protection de leurs citoyens, de leur santé et de leurs informations génétiques.

Le découplage, dans ce contexte, n’est pas seulement une question de sécurité, mais aussi une question de respect des valeurs sur lesquelles l’UE est bâtie.

Laisser un commentaire

11 + un =