Scientists in a lab, illustration

Jean Delaunay

Eurovues. En faisons-nous assez pour les femmes de couleur dans la science ?

Créer des espaces pour les femmes africaines dans le domaine scientifique nécessite des ressources. En plus du financement, nous avons besoin de l’adhésion de leurs pairs masculins pour les aider à construire des espaces sûrs où elles puissent s’épanouir, écrit Pauline Gerrard.

Chaque année, à l’approche du 22 mars, nombreux sont ceux qui, en Europe et dans le monde, anticipent la Journée mondiale de l’eau avec des sentiments mitigés.

Même si les 365 jours précédents ont presque toujours été marqués par des progrès dans le rôle et le statut des femmes qui protègent l’eau douce à l’échelle mondiale, cette journée offre également un moment pour réfléchir à la direction que nous prendrons à partir de maintenant.

Tout en dirigeant un programme annuel visant à responsabiliser les femmes africaines en début de carrière dans le domaine des sciences de l’eau douce, j’ai de nombreuses réflexions sur le sujet.

En ce qui concerne la condition des femmes dans les domaines STEM, le tableau est complexe, parfois déroutant, parfois préoccupant, mais finalement plein d’espoir.

L’UNESCO rapporte que moins de 30 % des chercheurs dans le monde sont des femmes.

En Europe, l’écart semble se réduire un peu plus rapidement, mais lorsque les Nord-Américains jettent un coup d’œil au paysage américain, on constate que les femmes de couleur sont encore clairement sous-représentées.

En Afrique, cependant, l’histoire est beaucoup plus nuancée qu’on pourrait le penser et suggère un potentiel passionnant.

Une étude de 2022 a révélé que 47 % des diplômés des universités africaines en sciences, technologies, ingénierie et mathématiques, au niveau du premier cycle et de la maîtrise, sont des femmes. Le continent bénéficie de la plus forte proportion de femmes diplômées en STEM au monde.

Il y a certes lieu de se réjouir, mais cela soulève la question suivante : avec un taux de diplomation aussi élevé, pourquoi seulement un tiers des chercheurs africains sont-ils des femmes ?

Les stéréotypes et la violence demeurent incontrôlés

L’adhésion culturelle à des rôles de genre traditionnels stricts signifie que les jeunes filles ont tendance à être accablées par davantage de tâches domestiques, ce qui leur laisse moins de temps pour les efforts éducatifs.

Lorsque les jeunes femmes obtiennent des opportunités d’éducation, elles sont orientées vers des filières non STEM et des professions traditionnellement stéréotypées en matière de genre.

Les informations faisant état de harcèlement et d’agressions sexuelles incontrôlées de la part de pairs masculins et d’enseignants obligent souvent les jeunes femmes à quitter les établissements d’enseignement supérieur avant d’avoir terminé leurs études supérieures.

Passer à côté de 50 % des nouvelles théories potentielles, des nouvelles découvertes, des nouvelles innovations, ainsi que des nouvelles solutions aux questions qui concernent les humains et les environnements d’eau douce sont des lacunes dans la recherche africaine qui doivent être comblées de toute urgence.

La scientifique médicale Melva Mlambo travaille au séquençage d'échantillons d'omicrons de COVID-19 au centre de recherche Ndlovu à Elandsdoorn, décembre 2021.
La scientifique médicale Melva Mlambo travaille au séquençage d’échantillons d’omicrons de COVID-19 au centre de recherche Ndlovu à Elandsdoorn, décembre 2021.

Les pressions exercées par la famille pour trouver un partenaire et fonder une famille, associées à des environnements d’apprentissage négatifs, contribuent grandement à empêcher les femmes africaines de briser le plafond de verre dans les carrières scientifiques.

Le manque de modèles féminins forts dans les domaines STEM signifie encore moins de soutien et d’inspiration pour réussir.

Mais pourquoi est-ce important ?

Les femmes offrent une perspective unique de résolution de problèmes. Il n’est pas surprenant que les pays ayant des femmes à la tête de l’État, comme beaucoup d’autres en Europe, aient eu les réponses initiales les plus efficaces à la pandémie de COVID-19.

Passer à côté de 50 % des nouvelles théories potentielles, des nouvelles découvertes, des nouvelles innovations, ainsi que des nouvelles solutions aux questions qui concernent les humains et les environnements d’eau douce sont des lacunes dans la recherche africaine qui doivent être comblées de toute urgence.

Alors, quelle est la solution ?

Créer des espaces et reconnaître le travail extraordinaire accompli par les femmes

J’ai pu constater par moi-même la puissance des programmes destinés à fournir une expérience et une formation aux femmes africaines en début de carrière dans le domaine scientifique.

Ils ont la possibilité de voyager à l’étranger, de réseauter, de présenter leurs recherches et d’avoir une idée du paysage scientifique international. Ces compétences peuvent ensuite être reformulées et transformées dans leur pays d’origine.

L’importance de créer des espaces où les femmes africaines dans le domaine scientifique peuvent apprendre à se connaître, maintenir des contacts en ligne, créer des réseaux et agir comme source d’inspiration et de soutien les unes pour les autres et pour les nouvelles générations ne peut être sous-estimée.

J’ai eu d’innombrables conversations avec ces jeunes femmes scientifiques sur l’équilibre entre travail et vie privée et sur leur désir de fonder une famille et de faire carrière.

Mais bien entendu, créer des espaces pour les femmes africaines dans le domaine scientifique nécessite des ressources. En plus du financement, nous avons besoin de l’adhésion de leurs pairs masculins pour les aider à construire des espaces sûrs où elles puissent s’épanouir.

Il faut également reconnaître le travail extraordinaire qu’accomplissent les femmes et la manière dont nous pouvons apprendre tant d’elles.

Ainsi, aujourd’hui, alors que nous réfléchissons au chemin parcouru, n’oublions pas tout le chemin qu’il nous reste à parcourir pour soutenir une génération émergente de femmes scientifiques des eaux douces, et le rôle que nous devons tous jouer.

Laisser un commentaire

dix-huit − dix-huit =