The Eiffel Tower is reflected in a puddle as people walk past at the Trocadero square, in Paris, October 2023

Milos Schmidt

Eurovues. Des monuments historiques comme la Tour Eiffel pourront-ils un jour être véritablement verts ?

On suppose généralement que les vieux bâtiments historiques sont probablement inefficaces, consomment plus d’énergie et nécessitent beaucoup d’entretien. Cependant, la Tour Eiffel est un exemple que je voudrais souligner, prouvant que cela n’est pas obligatoire, écrit Cristina Gamboa.

L’une des plus grandes joies des villes anciennes d’Europe réside dans l’histoire et la beauté des bâtiments, qui témoignent depuis des centaines d’années de la construction.

Dans mon rôle, je relève les différents styles de bâtiments et les touches de détail qui rappellent une époque de l’histoire.

Mais ce que je remarque aussi, c’est à quel point ils ont été construits pour les climats pour lesquels ils étaient destinés et à quel point ils pourraient être résilients à la réalité d’un climat changeant.

Alors que la rhétorique sur le changement climatique devient dominante, on me demande plus fréquemment que jamais quel rôle nos bâtiments historiques ont dans notre lutte pour y faire face.

La création d’un bâtiment nécessite beaucoup de choses, surtout si l’on pense à son cycle de vie complet : les matériaux, la construction, l’électricité et le combustible nécessaires pour le rendre fonctionnel, sans parler de l’entretien.

Nos nouveaux bâtiments sont de plus en plus construits en tenant compte du climat. Mais qu’en est-il des bâtiments anciens et historiques comme la Tour Eiffel ou le Parlement hongrois ? Existe-t-il un moyen pour qu’eux aussi soient des solutions climatiques, peut-être même plus que leurs homologues modernes ?

Un drone lumineux survole près de la Tour Eiffel à Paris, décembre 2023
Un drone lumineux survole près de la Tour Eiffel à Paris, décembre 2023

Traditionnellement, celles-ci reposaient souvent sur des pratiques non durables, mais depuis que l’industrie du bâtiment a réalisé qu’elle contribuait à près de 40 % des émissions mondiales de CO2, elle a commencé à évoluer : de la réutilisation de matériaux et de l’approvisionnement en produits de construction à plus faible empreinte carbone à la garantie d’une quantité suffisante d’énergie renouvelable. sources d’énergie et la mise en œuvre de toits verts comme solutions de refroidissement naturel.

Nos nouveaux bâtiments sont de plus en plus construits en tenant compte du climat. Mais qu’en est-il des bâtiments anciens et historiques comme la Tour Eiffel ou le Parlement hongrois ?

Existe-t-il un moyen pour qu’eux aussi soient des solutions climatiques, peut-être même plus que leurs homologues modernes ?

On suppose généralement que les vieux bâtiments historiques sont probablement inefficaces, consomment plus d’énergie et nécessitent beaucoup d’entretien. Cependant, la Tour Eiffel est un exemple que je voudrais souligner et qui prouve que cela n’est pas obligatoire.

Nos bâtiments doivent devenir « verts »

J’étais à Paris ce mois-ci pour le Forum mondial sur les bâtiments et le climat et je me tenais sous la Tour Eiffel, émerveillé par sa structure emblématique.

Construit il y a 135 ans et conçu pour être démantelé peu de temps après, il demeure, plus d’un siècle plus tard, l’une des attractions touristiques les plus célèbres et les plus populaires d’Europe.

Ses deux turbines à axe vertical se trouvent au deuxième niveau de la tour, à environ 122 mètres au-dessus du sol, dans une position qui maximise la capture du vent, fournissant son électricité – ce que vous ne remarquerez pas car elles sont peintes de la même couleur que le reste de la tour. structure en fer.

Il est également jonché de lumières LED et d’un panneau solaire thermique qui alimente ses restaurants et magasins. Qui l’aurait pensé ?

Alors que Paris se prépare à accueillir les Jeux olympiques cet été, les yeux du climat seront tournés vers les organisateurs pour déterminer dans quelle mesure cet événement historique peut être durable, en particulier si l’on considère la multitude de ses constructions et l’efficacité croissante des bâtiments modernes.

Le président du comité d'organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024, Tony Estanguet, remet les médailles olympiques et paralympiques de Paris 2024 à la Tour Eiffel, à Paris, en février 2024.
Le président du comité d’organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024, Tony Estanguet, remet les médailles olympiques et paralympiques de Paris 2024 à la Tour Eiffel, à Paris, en février 2024.

Nous devons garantir que les bâtiments soient « d’un vert profond ». Cela ne fait aucun doute. En effet, l’industrie du bâtiment a le pouvoir de changer la manière dont nous pouvons lutter efficacement contre le changement climatique.

Mais étonnamment, comme le prouve la Tour Eiffel, les bâtiments existants peuvent faire partie de la solution et créer un précédent.

Alors que Paris se prépare à accueillir les Jeux olympiques cet été, les yeux du climat seront tournés vers les organisateurs pour déterminer dans quelle mesure cet événement historique peut être durable, en particulier si l’on considère la multitude de ses constructions et l’efficacité croissante des bâtiments modernes.

Heureusement, 95 % des sites olympiques de Paris sont des bâtiments existants. La question est donc de savoir comment les moderniser pour améliorer leur efficacité énergétique et quelle quantité d’énergie renouvelable sera utilisée pour alimenter ces bâtiments.

Cela aura sans aucun doute un impact positif bien plus important que des pratiques potentiellement plus visibles comme l’interdiction des plastiques non réutilisables.

Les bâtiments emblématiques devraient inspirer un véritable changement

Partout en Europe, il existe différentes approches en matière de bâtiments écologiques, ce qui est logique dans un continent avec huit climats différents et différents financements au niveau national pour décarboner.

Alors que des accords tels que la Déclaration de Chaillot — signée la semaine dernière par 70 pays de l’UE pour accélérer la décarbonation des bâtiments — et la directive sur la performance énergétique des bâtiments adoptée cette semaine par le Parlement européen stimuleront la coopération et renforceront la mise en œuvre de l’action climatique, il n’existe toujours pas de norme universelle garantissant que le secteur du bâtiment progresse vers l’environnement. Un alignement plus fort est donc nécessaire pour garantir les progrès.

Des monuments historiques comme la Tour Eiffel prouvent que même ces bâtiments emblématiques construits à une époque différente peuvent adopter la durabilité.

Alors que l’Europe s’efforce d’écologiser ses bâtiments, elle doit s’en inspirer pour mieux collaborer et partager les meilleures pratiques en vue d’un véritable changement.

Laisser un commentaire

6 − 2 =