A woman holds up her hand with a sticker that reads: "We March, we aren

Jean Delaunay

Eurovues. Des femmes sont assassinées dans les Balkans occidentaux et il est temps d’agir

Les institutions et les décideurs politiques des Balkans occidentaux peuvent jouer un rôle central pour sauver la vie des femmes – potentiellement plus de 50 par an. Pourtant, aujourd’hui, dans les Balkans occidentaux, une femme est tuée presque chaque semaine, écrivent Alex Chen et Tanja Domi.

Le 17 avril, le président du Kosovo, Vjosa Osmani, a déclaré une journée de deuil national pour commémorer toutes les femmes et filles tuées par féminicide.

Cette semaine-là, deux femmes kosovares, Gjyljeta Ukella et Erona Cokli, ont été tuées par leurs maris, portant le nombre de cas de féminicide à 55 depuis 2010, dans un pays de seulement 1,8 million d’habitants.

Ce n’est pas le problème d’un seul pays. Le nombre de femmes et de filles assassinées dans les Balkans occidentaux est tragiquement en augmentation.

Le féminicide, défini comme le meurtre sexiste de femmes et de filles, est la forme la plus extrême de violence contre les femmes. Dans les Balkans occidentaux, la violence sexiste – en particulier le fémicide – reste une menace grave et de grande envergure.

En 2020 et 2021, plus de 100 femmes ont été tuées dans les Balkans occidentaux, dont environ la moitié étaient originaires de Serbie. Les femmes âgées de 46 à 55 ans étaient les plus susceptibles d’être victimes de fémicide, avec 20 % des victimes ayant moins de 30 ans.

La moitié des victimes de féminicide ont été tuées par leur mari ou ex-mari, ainsi que dans leur propre maison ou appartement.

Bien que les féminicides aient été documentés dans le monde entier, les Balkans occidentaux sont particulièrement sensibles à ce phénomène tragique.

Alors que les normes patriarcales de genre sont profondément ancrées dans la région, les déséquilibres de pouvoir entre hommes et femmes sont particulièrement marqués au niveau national et dans le secteur public. L’écart salarial entre les sexes varie de 20 à 39 %, le statut socio-économique des femmes étant loin derrière celui des hommes.

Pourquoi le fémicide est-il particulièrement répandu dans les Balkans occidentaux ?

Les Balkans occidentaux sont uniques en raison de leur héritage de guerre, d’insécurité économique et de violences sexuelles contre les femmes liées aux conflits. Ces facteurs ont contribué à un environnement de pauvreté, de conflits et de traumatismes intergénérationnels, dans lequel la violence domestique est largement acceptée comme faisant partie du statu quo.

Des études ont montré que les femmes ayant un statut socio-économique inférieur ont tendance à être confrontées à davantage de violence domestique. Compte tenu de l’insécurité économique dans les Balkans occidentaux et du statut socio-économique relativement inférieur des femmes par rapport aux hommes, il n’est pas surprenant qu’il y ait une augmentation des féminicides et de la violence domestique dans la région.

Comme les survivantes reçoivent peu de soutien ou de protection juridique, peu de femmes dénoncent les brutalités commises à leur encontre. Selon une étude de l’OSCE, près de la moitié des femmes bosniaques ont été victimes de violences, et 84 % des cas ne sont pas signalés.

Des manifestants brandissent des banderoles appelant à la fin du féminicide lors d'une marche en soutien aux femmes à l'occasion de la Journée internationale de la femme, à Belgrade, en mars 2024.
Des manifestants brandissent des banderoles appelant à la fin du féminicide lors d’une marche en soutien aux femmes à l’occasion de la Journée internationale de la femme, à Belgrade, en mars 2024.

Parmi les pays des Balkans occidentaux, les écarts importants entre les sexes en matière de rémunération et de taux de participation au marché du travail se font le plus sentir au Kosovo, en Macédoine du Nord et en Bosnie-Herzégovine.

Avec leurs taux de pauvreté plus élevés et leur manque de ressources, dans ces pays, la violence domestique est particulièrement en augmentation.

En outre, le féminicide dans les Balkans occidentaux est exacerbé par l’histoire de violences sexuelles contre les femmes liées aux conflits.

Alors que le corps des femmes est devenu la cible de viols lors des conflits armés yougoslaves dans les années 1990, ils ont continué à être objectivés, sexualisés et maltraités au XXIe siècle.

Plus de la moitié des femmes de Bosnie-Herzégovine ont survécu à des violences conjugales ou à toute autre forme de maltraitance depuis l’âge de 15 ans.

Les survivantes de viols en temps de guerre continuent d’être confrontées à la marginalisation et à la discrimination, le corps des femmes étant toujours présenté comme des « territoires » ethnonationaux conçus pour être conquis par des hommes tout-puissants qui n’ont que peu ou pas de responsabilité pour leur conduite criminelle.

La violence laissée sans papiers et rendue invisible

Malgré les stratégies nationales de lutte contre la violence domestique, il existe peu de protection institutionnelle pour les victimes dans les Balkans occidentaux.

Il existe peu de refuges pour victimes de violence domestique dans la région et les services publics destinés aux survivants sont gravement sous-développés. Les lois visant à lutter contre la violence domestique restent mal appliquées.

Comme les survivantes reçoivent peu de soutien ou de protection juridique, peu de femmes dénoncent les brutalités commises à leur encontre. Selon une étude de l’OSCE, près de la moitié des femmes bosniaques ont été victimes de violences, et 84 % des cas ne sont pas signalés.

Encore moins de cas de féminicides font la une des journaux nationaux ou internationaux. En août 2023, un tireur bosniaque a retransmis en direct sur Instagram le meurtre de son ex-partenaire, Nizama Hećimović (…) Pourtant, des dizaines, voire des centaines, de cas supplémentaires de féminicide dans les Balkans occidentaux restent largement non documentés.

Des gens montent dans un tramway aux heures de pointe à Sarajevo, décembre 2016
Des gens montent dans un tramway aux heures de pointe à Sarajevo, décembre 2016

De 2020 à 2023, 139 cas de féminicide ont été documentés en Serbie, en Albanie et au Monténégro.

Cela signifie que 26 femmes sur un million dans ces pays ont été tuées au cours de cette période. Cependant, en raison de problèmes de sous-déclaration, le nombre réel de féminicides est probablement beaucoup plus élevé.

Encore moins de cas de féminicides font la une des journaux nationaux ou internationaux.

En août 2023, un tireur bosniaque a retransmis en direct sur Instagram le meurtre de son ex-partenaire, Nizama Hećimović. Trois mois plus tard, une autre femme bosniaque a été assassinée chez elle par son ex.

Bien que ces cas aient été dûment signalés, des dizaines, voire des centaines, de cas supplémentaires de féminicide dans les Balkans occidentaux restent largement non documentés.

Les décideurs politiques peuvent-ils faire quelque chose ?

Le féminicide dans les Balkans occidentaux constitue non seulement un problème majeur en matière de droits humains, mais également une crise de santé publique émergente. Sans une interdiction immédiate du cycle de violence par les institutions, cette épidémie se poursuivra sans relâche, et même s’accentuera.

Le fémicide doit être reconnu comme une infraction pénale grave par la législation nationale, et une formation sensible au genre utilisant les « meilleures pratiques » doit être dispensée aux juges et aux procureurs dans le cadre de la formation juridique requise.

Des organisations de la société civile telles que le Réseau des femmes du Kosovo et le Centre autonome des femmes de Belgrade fournissent actuellement un soutien juridique aux femmes victimes de violences basées sur le genre.

Cependant, une mise en œuvre plus forte des droits et des protections des femmes est nécessaire de toute urgence au niveau national.

Pour commencer, des refuges contre la violence domestique, des lignes d’assistance téléphonique, des soins psychosociaux et des formations professionnelles doivent être créés ou développés pour les femmes et les enfants dans chaque pays.

Les organisations de la société civile et les refuges contre la violence domestique doivent être financés et formés à la collecte de données en partenariat avec les agences gouvernementales, afin d’obtenir une évaluation plus précise de la prévalence de la violence sexiste dans la région.

Les parlements des Balkans occidentaux doivent prendre des mesures énergiques pour élaborer une législation qui incite la police, les travailleurs sociaux, les procureurs et les juges à adopter une approche centrée sur les victimes en matière d’accès à la justice.

Un enquêteur de la police détient des éléments de preuve sur le lieu de l'attaque à Cetinje, août 2022
Un enquêteur de la police détient des éléments de preuve sur le lieu de l’attaque à Cetinje, août 2022

Sur le plan national, les parlements des Balkans occidentaux doivent prendre des mesures énergiques pour élaborer une législation qui incite la police, les travailleurs sociaux, les procureurs et les juges à adopter une approche centrée sur les victimes en matière d’accès à la justice. Cela doit inclure l’application légale des ordonnances de protection et le suivi des affaires ouvertes de violence domestique par les services de police.

Les ministères de la Justice de la région doivent également adopter des mesures sensibles au genre pour recycler les policiers, les procureurs et les juges, et promulguer des lois pour protéger les victimes de violences basées sur le genre. Les droits d’accès à l’aide juridique et aux conseils psychologiques doivent également être codifiés dans la législation pour les victimes de violences basées sur le genre.

Sur le plan mondial, les agences de développement international devraient aider les gouvernements et les ONG des Balkans occidentaux à financer ces programmes nécessaires et ces formations sensibles au genre. Les organisations internationales devraient financer des campagnes de sensibilisation du public sur le fémicide et sur la manière dont les victimes de violence domestique peuvent obtenir de l’aide au sein des communautés, en le traitant comme une crise de santé publique émergente dans les Balkans occidentaux.

Au nom de ceux qui ont été tués, arrêtons ce cycle de mort et de tragédie

En reconnaissant le fémicide comme une infraction pénale grave, en développant les refuges et les soins psychosociaux, et en soutenant la collecte de données et le suivi des cas ouverts de violence domestique, les institutions et les décideurs politiques des Balkans occidentaux peuvent jouer un rôle central pour sauver la vie des femmes – potentiellement plus de 50 par an.

Si ces mesures étaient adoptées, 500 femmes pourraient être sauvées du fémicide dans les Balkans occidentaux au cours de la prochaine décennie.

Pourtant, aujourd’hui, une femme meurt presque chaque semaine dans les Balkans occidentaux, et ce chiffre ne fait qu’augmenter.

Des mesures doivent être prises immédiatement pour mettre un terme au cycle de la violence domestique : faute de quoi, cela entraînerait davantage de morts et de tragédies.

Au nom de Gjyljeta Ukella, Erona Cokli et bien d’autres encore, il est temps pour les décideurs politiques des Balkans occidentaux de lutter dès maintenant contre le féminicide. L’inaction n’est pas une option.

Laisser un commentaire

onze + 1 =