Bellotas in Naco, Sonora, June 2011

Milos Schmidt

Eurovues. Dans notre lutte contre la crise climatique, rien n’a plus d’impact que la graine elle-même

En collaborant plus étroitement, les secteurs semenciers publics et privés peuvent débloquer de nouvelles solutions créatives qui pourraient, en fait, atteindre l’objectif d’éradiquer la faim contre toute attente, écrit Michael Keller.

Les 7 milliards de dollars (6,4 milliards d’euros) promis lors des récentes négociations sur le climat de la COP28 pour transformer les systèmes alimentaires mondiaux indiquent clairement que les gouvernements et les philanthropes reconnaissent l’urgence de la crise climatique et ses implications pour la sécurité alimentaire.

Le financement contribuera dans une certaine mesure à atteindre les objectifs de la Déclaration des Émirats sur l’agriculture durable, les systèmes alimentaires résilients et l’action climatique, soutenue par plus de 159 pays.

Cela contribuera également à combler le déficit d’investissement dans la science et l’innovation pour résoudre le dilemme complexe du maintien de la population sans nuire à la planète.

Mais l’investissement n’est qu’une pièce du puzzle. Dans les discussions sur la transformation des systèmes alimentaires, le rôle des semences est largement absent et il s’agit d’un grave oubli.

Aucun intrant agricole n’a plus d’impact sur le renforcement de la résilience climatique que les semences elles-mêmes.

Les semences ont aussi besoin de financement pour prospérer

Trop souvent, le plus grand défi consiste à intensifier l’innovation semencière et à la faire bénéficier de millions de petits exploitants agricoles.

Par conséquent, pour parvenir aux améliorations nécessaires de la productivité agricole d’ici 2030 et au-delà, il faut des partenariats créatifs et collaboratifs qui tirent parti du meilleur des secteurs public et privé et intensifient les initiatives existantes.

Lorsqu’il s’agit de faire progresser les dernières cultures défiant le climat et de garantir que les petits exploitants agricoles ont accès à ces semences améliorées, les secteurs public et privé jouent des rôles complémentaires.

En premier lieu, le déploiement de l’innovation agricole à grande échelle nécessite certainement un financement durable et important, qui ne peut être fourni aux niveaux requis ni par le secteur public ni par le secteur privé seul.

Les investissements mutualisés peuvent contribuer à accélérer les programmes de sélection végétale de bout en bout afin de développer rapidement de nouvelles variétés qui résistent mieux aux températures plus élevées, à la rareté de l’eau et aux nouvelles menaces parasitaires.

Une femme coupe des plants de tomates dans une serre à Lutherstadt Wittenberg, avril 2014
Une femme coupe des plants de tomates dans une serre à Lutherstadt Wittenberg, avril 2014

De toute évidence, l’industrie peut mobiliser des financements supplémentaires – et souvent plus rapidement – ​​qui renforcent les investissements publics réalisés par les gouvernements et les agences de développement.

Certaines estimations estiment que le secteur privé pourrait combler plus de la moitié du déficit de financement annuel de 2 500 milliards de dollars (2 290 milliards d’euros) nécessaire pour atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies, notamment l’éradication de la faim.

Le secteur semencier privé, par exemple, investit 10 milliards de dollars (9,17 milliards d’euros) par an dans la recherche et le développement de plus de 80 cultures.

Les investissements mutualisés peuvent contribuer à accélérer les programmes de sélection végétale de bout en bout afin de développer rapidement de nouvelles variétés qui résistent mieux aux températures plus élevées, à la rareté de l’eau et aux nouvelles menaces parasitaires.

Une augmentation de la productivité des cultures est possible

Deuxièmement, les secteurs public et privé offrent différentes formes d’expertise et de connaissances qui, lorsqu’elles sont partagées, peuvent combler les lacunes du pipeline d’innovation afin de garantir que les semences soient améliorées et adaptées en fonction des besoins uniques des agriculteurs, en particulier ceux des pays en développement.

La recherche financée par des fonds publics, telle que celle menée par le CGIAR, joue un rôle essentiel dans la fourniture d’une science qui sert des objectifs mondiaux tels que la réduction de l’insécurité alimentaire et de la pauvreté, sans le fardeau des pressions commerciales.

Le secteur semencier privé, quant à lui, peut compléter et étendre ce travail pour assurer la livraison du dernier kilomètre en acheminant ces semences améliorées sur le marché et en garantissant un approvisionnement régulier.

Les rendements des cultures primaires ont augmenté globalement de 50 % au cours des deux dernières décennies malgré la perte de 130 millions d’hectares de terres arables.

Champs de la ferme Picadillly à Winchester, NH, avril 2007
Champs de la ferme Picadillly à Winchester, NH, avril 2007

Les entreprises semencières collectent des informations pratiques grâce à des contacts réguliers avec les agriculteurs, les détaillants, les commerçants et les transformateurs. Cette connaissance du marché se traduit ensuite par des objectifs de sélection ciblés pour relever des défis spécifiques liés au climat.

La sélection de légumes, par exemple, est très segmentée et, par conséquent, il existe des milliers de variétés de tomates innovantes sur le marché, ce qui maximise les chances des agriculteurs de trouver une variété qui prospère dans leurs conditions locales.

Étant donné que l’un des objectifs de la nouvelle feuille de route élaborée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) est une augmentation de 2,3 % de la productivité des cultures dans les pays à faible revenu d’ici 2050, le secteur mondial des cultures doit travailler ensemble pour parvenir à une intensification durable et à une commercialisation durable. livraison.

Nous savons que c’est possible. Les rendements des cultures primaires ont augmenté globalement de 50 % au cours des deux dernières décennies malgré la perte de 130 millions d’hectares de terres arables. C’est le genre d’ambition à laquelle nous avons réfléchi lorsque nous avons lancé notre nouveau partenariat avec le CGIAR.

Enfin, les secteurs public et privé ont un accès précieux aux acteurs clés, des instituts de recherche nationaux aux associations semencières, ce qui ajoute à la valeur que chacun offre indépendamment.

Donner aux semences la place qui leur revient

Le secteur semencier peut rassembler l’industrie autour de questions préconcurrentielles pour soutenir la durabilité à long terme.

C’est l’objectif du projet Seed Resilience récemment lancé au Rwanda, l’un des signataires de la Déclaration des Émirats, avec l’association à but non lucratif Fair Planet.

Grâce à des essais de variétés de cultures améliorées et certifiées, le projet vise à identifier les meilleures semences les plus récentes pour offrir aux agriculteurs rwandais le plus grand choix et les meilleures chances d’amélioration des rendements malgré les défis du changement climatique.

Des partenaires publics et à but non lucratif dispenseront ensuite une formation aux bonnes pratiques agricoles afin d’optimiser les bénéfices de l’utilisation de semences améliorées.

La Coalition Seeds-for-Food, un partenariat public-privé-civique, est une autre initiative qui mobilisera des actions en faveur de systèmes semenciers inclusifs.

Transformer les systèmes alimentaires à travers le monde pour garantir que personne ne soit laissé de côté dans la course vers la carboneutralité nécessite un financement durable, mais il faut également que toutes les parties adoptent de nouvelles méthodes de travail.

Les prochaines négociations sur le climat auront lieu dans moins d’un an. D’ici là, les décideurs politiques doivent donner aux semences la place qui leur revient dans les discussions sur la transformation des systèmes alimentaires et l’action climatique.

Et en collaborant plus étroitement, les secteurs semenciers public et privé peuvent débloquer de nouvelles solutions créatives qui pourraient, en fait, atteindre l’objectif d’éradiquer la faim contre toute attente.

Laisser un commentaire

18 − 3 =