Rule of law in the EU, illustration

Jean Delaunay

Eurovues. Dans l’UE, le recul persistant de l’État de droit continue d’affaiblir nos démocraties

Même dans les pays dotés de fortes traditions démocratiques, de graves menaces pèsent sur les institutions, les processus et les libertés qui sous-tendent des sociétés libres et ouvertes. Et si rien n’est fait, les dommages causés à la démocratie pourraient être pratiquement impossibles à réparer, écrivent Eleanor Brooks et Jonathan Day.

Malgré son importance pour une société libre et démocratique, la situation de l’État de droit se détériore dans l’ensemble de l’UE. Même dans les pays dotés de fortes traditions démocratiques,

Nous attendons de nos dirigeants qu’ils écoutent nos opinions et suivent les règles comme tout le monde. C’est la raison d’être de l’État de droit et c’est le fondement de nos démocraties.

Mais la combinaison du déclin des normes démocratiques et de la perspective de voir des partis d’extrême droite entrer au gouvernement en Europe menace d’affaiblir ces fondements démocratiques, comme nous le constatons déjà.

Comme le détaille le rapport sur l’état de droit 2024 de Liberties, des violations de l’état de droit ont été observées aux quatre coins de l’UE. Il n’est pas trop tard pour inverser cette tendance, mais l’UE doit agir de toute urgence avant que le déclin de l’État de droit ne devienne permanent.

La vision globale est décevante

Le rapport souligne une tendance générale des gouvernements à ignorer le contrôle démocratique, ce qui constitue une menace à des degrés divers pour la démocratie selon les pays.

Dans des démocraties bien établies, comme la Belgique, la France, l’Allemagne et les Pays-Bas, ces violations constituent généralement des violations qui ne constituent pas une menace existentielle pour la démocratie.

Les autorités de ces pays peuvent systématiquement restreindre ou arrêter des militants pour le climat ou abuser des technologies de surveillance lors de manifestations, par exemple. Mais aucun de leurs gouvernements n’a eu recours à une réécriture des lois ou à une violation ouverte du système de freins et contrepoids.

Si ces pays continuent sur cette voie, l’état de droit – le fondement de la démocratie libre – s’effondrera bientôt.

Le nouveau Premier ministre slovaque, Robert Fico, arrive pour une cérémonie d'investiture au palais présidentiel de Bratislava, en novembre 2023.
Le nouveau Premier ministre slovaque, Robert Fico, arrive pour une cérémonie d’investiture au palais présidentiel de Bratislava, en novembre 2023.

Dans les pays moins résistants au recul démocratique, comme la Grèce, l’accumulation de violations persistantes de l’État de droit dans différents domaines risque de se transformer en un problème systémique.

L’inquiétude grandit également concernant l’Italie, où l’année dernière la situation s’est détériorée dans presque tous les domaines et où seule la lutte contre la corruption a enregistré des progrès. Si ces pays continuent sur cette voie, l’état de droit – le fondement de la démocratie libre – s’effondrera bientôt.

C’est le cas en Hongrie, où le parti au pouvoir continue de démanteler intentionnellement les structures démocratiques et l’État de droit pour consolider son emprise sur le pouvoir. Peu de choses ont changé en 2023, et il est trop tôt pour dire si les réformes mises en œuvre pour libérer le financement de l’UE permettront réellement d’inverser le recul démocratique.

En Slovaquie, le nouveau gouvernement a déjà lancé une législation via des procédures accélérées, aboli un organe principal de poursuite et réduit le financement des médias de service public.

De petites violations peuvent devenir endémiques – et irréversibles

Au cours des cinq années pendant lesquelles Liberties a mené son suivi annuel de l’état de droit, nous avons été témoins de la trajectoire descendante constante de la démocratie en Europe.

Cette tendance est le résultat du fait que les gouvernements ignorent délibérément les principes de l’État de droit, y compris dans les pays ayant de solides antécédents démocratiques.

Des exemples particulièrement éhontés incluent l’utilisation abusive de mesures d’urgence pour faire adopter une législation impopulaire, comme le montre la réforme des retraites en France, ou le refus de la Belgique de se conformer aux décisions de justice dans les affaires d’asile et de contrôle des frontières.

Ces violations apparemment mineures et isolées de l’État de droit visent souvent à obtenir un résultat particulier plutôt que de porter atteinte aux structures démocratiques.

Une partie de ce qui rend la démocratie belle, c’est qu’elle ne peut s’épanouir que lorsque ceux qui sont au pouvoir respectent les mêmes règles que tout le monde. Cela le rend vulnérable aux mauvais acteurs, mais cette fragilité inhérente est aussi sa plus grande force.

Le Premier ministre polonais Donald Tusk accueille la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à Varsovie, en février 2024.
Le Premier ministre polonais Donald Tusk accueille la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à Varsovie, en février 2024.

Néanmoins, ils témoignent d’une volonté des gouvernements d’éviter de manière sélective le contrôle démocratique. Cela ne menace peut-être pas immédiatement la stabilité démocratique, mais ne pas réagir au recul de l’État de droit par des gouvernements bien intentionnés sert à normaliser cet état de fait, rendant pratiquement impossible tout renversement si un gouvernement extrémiste prend le pouvoir.

Nous en sommes déjà témoins en Suède. En 2021, de graves violations de l’État de droit n’ont été signalées qu’en ce qui concerne la liberté des médias ; avec un gouvernement de droite au pouvoir depuis 2022, nous observons désormais des violations des freins et contrepoids, du système judiciaire, de la liberté des médias, de l’espace civique et de la protection des droits de l’homme – ce n’est que dans le domaine de la lutte contre la corruption que la situation ne régresse pas.

Et en Pologne, le nouveau gouvernement est aux prises avec les conséquences de laisser ces petites violations devenir endémiques.

La coalition de Donald Tusk a promis de corriger le recul de l’État de droit qui a caractérisé son prédécesseur, mais on craint que les dégâts ne puissent pas être facilement réparés sans violer l’État de droit dans le processus – un processus qui sera long et nécessitera la création d’un un « plan d’action ».

L’UE ne doit pas rester les bras croisés

Il ne faudrait pas en arriver là. L’UE dispose déjà d’une série d’outils pour protéger l’État de droit et devrait les utiliser sans tarder. Voir le mécanisme de conditionnalité de l’état de droit, calqué sur une proposition que nous avons élaborée, utilisé contre la Hongrie, a été une évolution positive.

L’UE devrait envisager d’engager des procédures d’infraction systémiques en cas de violations multiples de l’État de droit, recourir à une procédure accélérée et demander des mesures provisoires.

La Commission européenne doit également faire preuve d’une surveillance étroite des efforts des États membres pour respecter les réglementations de l’UE.

La loi européenne sur la liberté des médias, la directive anti-SLAPP et la loi sur l’IA sont les dernières mesures législatives de l’UE qui, bien que loin d’être parfaites, peuvent être utilisées pour améliorer la situation de l’État de droit dans les États membres et contribuer à prévenir des violations isolées de l’État de droit. de devenir une pourriture systémique.

Une partie de ce qui rend la démocratie belle, c’est qu’elle ne peut s’épanouir que lorsque ceux qui sont au pouvoir respectent les mêmes règles que tout le monde.

Cela le rend vulnérable aux mauvais acteurs, mais cette fragilité inhérente est aussi sa plus grande force.

Un État de droit solide protège les faiblesses de la démocratie contre toute exploitation, tout en préservant sa nature démocratique essentielle.

Laisser un commentaire

un × quatre =