The EU Single Market, illustration

Jean Delaunay

Eurovues. Comment le marché unique européen peut-il sortir de son carcan historique ?

La dépendance au sentier et le réflexe du statu quo ont laissé l’Europe depuis trop longtemps avec un marché unique qui ne répond pas aux besoins de ses citoyens, écrivent Philippe Pochet et Taube Van Melkebeke.

Le marché unique revient en tête de l’agenda politique de l’UE. Ce mercredi par exemple, le sujet a été débattu lors du Sommet social tripartite.

Pourtant, nous ne pouvons pas nous permettre de laisser les discussions rouvertes s’enliser dans des propositions progressives. Au lieu de cela, le débat sur la révision du marché unique, lancé à juste titre par la Belgique et l’Espagne, doit s’ouvrir à de nouvelles idées, à l’épreuve du temps.

Le marché unique a conduit à l’expansion du commerce transfrontalier, à une concurrence accrue et à la relance des marchés du travail dans l’UE.

Mais tandis que l’intégration vers une économie unique à l’échelle de l’UE progressait régulièrement, il était de plus en plus largement admis que ce processus s’effectuait pratiquement de manière uniforme entre les secteurs, les États membres et les régions.

Ce n’est rien de plus qu’un résultat logique de la nature asymétrique du marché unique, construit avec une forte concentration sur les marchés et une vision beaucoup moins superficielle sur le plan social – et encore moins environnemental – durable.

Son principal argument de vente, la promesse d’une « économie sociale de marché », une forme européenne de capitalisme plus social, n’a donc pas été tenue, atteignant finalement le fond avec les réponses bellicistes et loin d’être unifiées de l’UE à la crise économique de 2008. .

Inévitablement, de nombreux citoyens européens ont été de plus en plus déçus.

Le modèle « Alibaba » ne fonctionne tout simplement pas

Avec la pandémie, le marché unique a encore subi un coup dur. La crise du COVID-19 a mis en lumière les failles de son pilier le plus important, la liberté de circulation des personnes, des services et des biens.

En outre, cela a mis en évidence à quel point les chaînes d’approvisionnement européennes de libre marché sont fragiles et peu fiables. Aujourd’hui, un terrain de jeu géopolitique extrêmement instable confirme douloureusement ces faiblesses.

Et les choses empirent pour notre joyau de la couronne européenne. En effet, nous n’avons même pas encore parlé de l’urgence climatique et de ses impacts socio-économiques massifs.

Essayer de réaliser le projet actuel de marché intérieur à tout prix (et ils sont élevés), comme beaucoup le demandent haut et fort, est intrinsèquement erroné, car cela s’appuierait davantage sur une base de sables mouvants. Mais à quoi ressemble l’alternative ?

Un partisan de l’adhésion à l’UE tient la bannière du drapeau européen à Londres, en octobre 2016.
Un partisan de l’adhésion à l’UE tient la bannière du drapeau européen à Londres, en octobre 2016.

Le marché unique, dont dépend l’intégration économique – mais aussi sociale et politique – de l’UE, ne propose pas de réponses aux défis sociaux et environnementaux actuels.

Le modèle « Alibaba », peut-être la meilleure analogie avec la manière dont le marché intérieur s’est développé après 1992, offrant aux consommateurs des produits toujours moins chers venant de plus en plus loin sans véritable prise en compte des préoccupations sociales et environnementales, n’a jamais été viable.

Aujourd’hui, cela est tout simplement incompatible avec les objectifs de transition juste de l’UE.

Essayer de réaliser le projet actuel de marché intérieur à tout prix (et ils sont élevés), comme beaucoup le demandent haut et fort, est intrinsèquement erroné, car cela s’appuierait davantage sur une base de sables mouvants. Mais à quoi ressemble l’alternative ?

Un changement d’orientation, un changement de gouvernance

D’une part, cela s’accompagne d’un changement d’orientation évident. Il faut aller vers la qualité, loin du prix.

Il convient de noter que des normes élevées constituaient l’un des objectifs explicites, bien que non atteints, du marché intérieur de 1992.

Aujourd’hui, ces normes doivent être au cœur de la renaissance du marché unique, tant d’un point de vue social qu’environnemental.

En pratique, cela signifie l’application de conditionnalités aux politiques et choix industriels et l’introduction d’une économie véritablement circulaire, basée sur la réduction, la réutilisation et le recyclage. Cela implique également de créer et de garantir des emplois de qualité, bien rémunérés, sûrs et syndiqués.

Nous devons dépasser l’approche monétaire traditionnelle de la richesse, souvent mesurée uniquement par le PIB, vers une perspective de bien-être holistique, fondée sur des indicateurs alternatifs.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'entretient avec le commissaire à l'emploi et aux droits sociaux Nicolas Schmit et le commissaire à l'économie Paolo Gentiloni, mars 2023
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’entretient avec le commissaire à l’emploi et aux droits sociaux Nicolas Schmit et le commissaire à l’économie Paolo Gentiloni, mars 2023

Les meilleures pratiques peuvent être trouvées même en Allemagne, par exemple avec le Mittelstand, qui regroupe des petites et moyennes entreprises produisant des biens de qualité avec de bonnes conditions de travail et la participation des travailleurs.

Pour être pleinement applicable, cette nouvelle orientation vers une qualité socialement et écologiquement durable doit être combinée à un changement de gouvernance.

Nous devons dépasser l’approche monétaire traditionnelle de la richesse, souvent mesurée uniquement par le PIB, vers une perspective de bien-être holistique, fondée sur des indicateurs alternatifs.

Tout cela combiné n’est rien de moins qu’un tournant radical par rapport au capitalisme mondial universel auquel nous sommes habitués. Cela nécessite un nouveau paradigme, qui n’est pas si différent de la façon dont l’introduction du marché intérieur a été conçue dans les années 1980 et 1990.

Innovant à l’époque, le concept était porté par un large éventail d’acteurs de différents bords du spectre politique – à travers les pays – et basé sur une compréhension politique commune pour répondre aux défis et faire avancer l’UE.

Il est temps d’abandonner les méthodes dépassées

Aujourd’hui, nous avons besoin d’une nouvelle coalition de volontaires, capables de développer une vision commune de l’avenir et, par conséquent, de mettre en œuvre un ensemble différent de priorités de transformation.

Cette coalition doit se développer autour d’un nouveau pacte social et environnemental, réunissant consommateurs et employeurs intéressés par des produits de qualité, travailleurs et syndicats soucieux de la qualité du travail, et citoyens luttant pour une meilleure qualité de vie et un climat sûr.

L’air du temps européen actuel est non seulement prêt, mais il a également un besoin urgent d’un tel pacte.

La dépendance au sentier et le réflexe en faveur du statu quo ont laissé l’Europe depuis trop longtemps avec un marché unique qui ne répond pas aux besoins de ses citoyens.

Il est désormais temps de regarder vers l’avenir plutôt que vers le passé – et d’échapper à l’emprise d’une manière autrefois prometteuse, mais désormais dépassée, de structurer l’économie et la société de l’UE dans son ensemble.

Laisser un commentaire

8 − 8 =