A man smells cultivated chicken before sampling it in Alameda, CA, November 2023

Jean Delaunay

Eurovues. C’est quoi le bœuf aux protéines alternatives ?

Alors que le Green Deal européen entre dans une phase critique, un effort majeur est nécessaire pour aider les protéines alternatives à décoller et à jouer leur rôle dans la sécurité alimentaire et climatique de l’UE, écrivent Nusa Urbancic, Pieter de Pous, Dustin Benton et Nico Muzi.

Quelque chose d’extraordinaire se produit dans le monde de l’énergie.

Après au moins 400 000 ans de combustion de carbone pour ses besoins énergétiques (et de cuisson), une combinaison de politiques d’énergie propre et de dynamique de marché aide le monde à dépasser la combustion.

Pour la première fois, l’année dernière, l’UE a produit plus d’électricité à partir de l’énergie éolienne et solaire que du gaz.

Partout dans le monde, l’énergie éolienne et solaire bon marché élimine les combustibles fossiles du mix énergétique, et les véhicules électriques et les pompes à chaleur détruisent la demande de pétrole et de gaz pour certaines des applications les plus gourmandes en énergie.

Le monde de l’alimentation est peut-être sur le point de connaître une transformation similaire, et ce n’est pas trop tôt.

Les scientifiques préviennent qu’il n’y a aucune chance de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C sans des changements majeurs dans ce que nous mangeons et dans la manière dont nous le produisons.

L’élevage industriel joue un rôle démesuré dans la production d’émissions dans le secteur alimentaire.

Plus d’un tiers (36 %) des émissions liées à la consommation dans l’UE proviennent de l’alimentation que nous consommons, les produits d’origine animale représentant 70 % de cet impact, la majeure partie provenant de l’élevage industriel.

De plus, la production de viande et de produits laitiers constitue la plus grande source d’émissions de méthane dans l’UE.

Alors que les projections montrent que la production de viande en Europe continuera de croître jusqu’en 2030, des interventions urgentes et efficaces dans le secteur de la viande sont nécessaires pour atteindre zéro émission nette d’ici 2050.

Des avancées technologiques majeures dans les viandes végétales, dérivées de fermentation et cultivées, collectivement connues sous le nom de protéines alternatives (AP), offrent désormais une option supplémentaire pour réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre associées à la production de viande jusqu’à 90 % et réduire l’utilisation des terres d’ici 2020. jusqu’à 95 % — le secteur de l’élevage occupe plus de 70 % des terres agricoles européennes.

Le meilleur rapport qualité-prix pour le climat

Les protéines alternatives ouvrent la possibilité de renoncer à l’élevage le plus intensif et à grande échelle, car ce sont des produits similaires qui rivalisent avec la viande industrielle en termes de goût, de prix, de nutrition et de commodité.

Aux côtés des légumineuses, des légumineuses et des céréales complètes, les AP peuvent constituer une alternative à la production industrielle de viande alors que la demande de protéines explose dans les années à venir.

Les agriculteurs respectueux de la nature devraient accueillir favorablement cette nouvelle technologie, notamment parce que plus on consomme de protéines alternatives, plus il y aura d’espace pour une agriculture moins intensive et à plus petite échelle et des habitats plus sauvages, essentiels à tout système agricole durable.

Une forte adoption de protéines alternatives libérerait suffisamment de terres pour atteindre l’objectif européen de 25 % d’agriculture biologique tout en atteignant son objectif de neutralité climatique.

Un employé de magasin présente des produits à base de plantes dans une chaîne de supermarchés à Bruxelles, en octobre 2020.
Un employé de magasin présente des produits à base de plantes dans une chaîne de supermarchés à Bruxelles, en octobre 2020.

En fait, une forte utilisation de protéines alternatives libérerait suffisamment de terres pour atteindre l’objectif européen de 25 % d’agriculture biologique tout en atteignant son objectif de neutralité climatique.

De plus, étant donné la consolidation des industries de la viande et des produits laitiers, une production alternative de protéines, soutenue par l’État et bien réglementée, a le potentiel de redistribuer le pouvoir entre les agriculteurs et de réduire les monopoles dans les systèmes alimentaires.

Les investissements dans la viande d’origine végétale offrent le meilleur rapport qualité-prix pour le climat. Chaque euro investi dans l’amélioration et l’augmentation de la production de PA entraîne des économies d’émissions 14 fois supérieures à celles de l’énergie propre.

Cependant, les investissements privés et publics dans les protéines alternatives (respectivement 4,6 milliards d’euros et 920 millions d’euros) sont encore minimes par rapport aux quelque 1,56 billion d’euros consacrés chaque année à l’énergie propre.

Un risque majeur pour le changement climatique et les efforts de protection de la nature

Plus inquiétant que les faibles niveaux d’investissement est le fait que la technologie AP prometteuse risque de se retrouver mêlée aux manifestations les plus extrêmes des politiques chargées d’émotion en matière de nourriture, de terre et d’identité.

Le gouvernement italien d’extrême droite, soutenu par l’influent lobby agricole Coldiretti, a récemment décidé d’interdire la viande cultivée (« la nourriture artificielle » comme ils l’appellent) et les « termes relatifs à la viande » pour les produits à base de plantes, dans le cadre d’un effort visant à « sauvegarder le marché intérieur ». production contre les attaques des sociétés multinationales ».

Plusieurs autres pays ont depuis pris des mesures similaires et portent désormais le débat lors de la réunion des ministres de l’Agriculture de l’UE à Bruxelles cette semaine.

En promouvant les protéines végétales et alternatives, nous pouvons potentiellement éviter une grande partie des 390 000 décès par an prévus dans l’UE dus à l’utilisation excessive d’antibiotiques chez les animaux d’élevage.

Un chef prépare un steak cultivé en laboratoire lors d'une présentation à Jaffa, janvier 2019
Un chef prépare un steak cultivé en laboratoire lors d’une présentation à Jaffa, janvier 2019

En conséquence, les AP rejoignent les rangs des panneaux solaires, des éoliennes, des batteries, des véhicules électriques et des pompes à chaleur, un ensemble de technologies qui sont devenues le symbole du succès du Green Deal européen mais qui se sont également transformées en paratonnerre pour l’avenir. -la droite et leur stratégie consistant à alimenter les guerres culturelles et à promouvoir les théories du complot pour accéder au pouvoir.

Contrairement à ces autres technologies liées à l’énergie, les AP en sont encore à un stade de développement beaucoup plus précoce, tant en termes de maturité technologique que de pénétration du marché.

Ainsi, les PA sont plus vulnérables au fait que leur croissance soit actuellement bloquée, ce qui pose des risques majeurs pour les efforts de l’UE visant à lutter contre le changement climatique et à protéger la nature.

Même avec une modeste part de marché mondiale de 11 % d’ici 2035, les AP permettraient d’économiser 850 millions de tonnes de CO2 d’ici 2030, soit l’équivalent de 95 % des émissions mondiales de l’aviation. De plus, l’augmentation de la production de PA pourrait potentiellement générer jusqu’à 83 millions d’emplois et créer près de 645 milliards d’euros d’activité économique d’ici 2050 dans le monde.

En plus de créer des emplois, ce secteur émergent présente des avantages importants pour la santé publique. En promouvant les protéines végétales et alternatives, nous pouvons potentiellement éviter une grande partie des 390 000 décès par an prévus dans l’UE dus à l’utilisation excessive d’antibiotiques chez les animaux d’élevage.

De plus, l’élevage industriel est un facteur clé de maladies zoonotiques comme le COVID-19, tandis que la consommation de viande rouge et transformée est l’un des principaux facteurs de risque de cancer colorectal, de diabète et de crises cardiaques. Le passage à une alimentation à base de plantes peut contribuer à réduire les coûts pour les systèmes de santé associés à ces maladies.

Les protéines alternatives ont besoin d’aide pour jouer leur rôle

La dépendance à l’égard des cultures pour nourrir les animaux a également des implications considérables sur la sécurité alimentaire.

Les deux tiers de toutes les céréales consommées dans l’UE ne finissent pas dans l’assiette des Européens mais dans le ventre des vaches, des porcs et des poulets, ce qui fait monter les prix des céréales et chasse les petits exploitants et les éleveurs de leurs terres.

La plupart du soja et des céréales destinées à l’alimentation animale sont importées, ce qui accroît la dépendance du continent à l’égard des terres étrangères.

Les gouvernements des États membres de l’UE et la Commission européenne ont mobilisé des milliards d’euros et adopté des lois pour soutenir la recherche, l’innovation et le déploiement d’énergies renouvelables et de véhicules électriques afin d’assainir l’énergie et les transports, de promouvoir la sécurité énergétique et d’assurer une transition juste.

Alors que le Green Deal européen entre désormais dans une phase critique, un effort équivalent est nécessaire pour aider les protéines alternatives à décoller et à jouer leur rôle dans la sécurité alimentaire et climatique de l’UE.

Laisser un commentaire

vingt − 13 =