Afghan schoolgirls pose for a photo in a classroom in Kabul, December 2022

Jean Delaunay

Eurovues. Ce Ramadan, le monde musulman peut mettre fin à l’apartheid de genre en Afghanistan

L’autorité des talibans dépend de leur prétendue adhésion à la loi islamique. Cependant, cela repose sur une interprétation fondamentalement erronée, sélective et extrême des textes islamiques, ce qui signifie que leurs politiques vont à l’encontre de leurs propres principes déclarés, écrit le Dr Mohammad bin Abdulkarim Al Issa.

Depuis que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan en 2021, « les femmes (ont été) interdites d’accès aux gymnases, aux espaces publics, aux écoles, à l’université et à la plupart des emplois ». Ils ont marginalisé les femmes afghanes, nuisant ainsi à la société afghane.

Mais aujourd’hui, un rassemblement révolutionnaire la semaine dernière révèle une autre vérité inconfortable pour un gouvernement déjà en difficulté : les talibans avaient peu d’espoir de s’engager avec le monde non islamique. Mais ils perdent également rapidement confiance dans le monde musulman.

La semaine dernière, pendant notre mois le plus sacré du Ramadan, et dans notre ville la plus sacrée de La Mecque, nous, à la Ligue musulmane mondiale, avons réuni des centaines d’éminents érudits musulmans du monde, de toutes sectes et confessions.

Ce rassemblement historique était un retour à une vénérable pratique musulmane appelée ijma’ (consensus), et pendant deux jours, les dirigeants représentant la riche diversité de l’Islam ont pris une position de défi contre le sectarisme et ont condamné toutes les pratiques qui ne représentent pas le véritable Islam.

Cela inclut les mauvais traitements infligés aux femmes par les talibans.

L’éloignement des talibans ne cesse de croître

Les talibans défendent depuis longtemps leurs restrictions en matière de genre, comme empêcher les femmes d’accéder à l’éducation, par le biais de l’Islam.

Cependant, le fait que des centaines de dirigeants islamiques de premier plan réfutent avec force ces affirmations sape radicalement leurs justifications, y compris l’« Émirat islamique inclusif » des talibans.

Nos sentiments à l’égard des talibans étaient clairement indiqués dans l’un des articles de la Charte sur la construction de ponts entre les écoles de pensée islamiques et les sectes, qui soulignait l’importance de la cellule familiale, l’accès à l’éducation et la protection des droits des femmes.

Cet apartheid de genre aigu est toujours l’apartheid. Ce qu’ils considèrent comme des constructions occidentales malveillantes est en réalité profondément enraciné dans les enseignements, les valeurs et l’histoire islamiques.

Un combattant taliban monte la garde pendant que des femmes attendent de recevoir des rations alimentaires distribuées par un groupe d'aide humanitaire, à Kaboul, en mai 2023.
Un combattant taliban monte la garde pendant que des femmes attendent de recevoir des rations alimentaires distribuées par un groupe d’aide humanitaire, à Kaboul, en mai 2023.

En fait, toutes les nations islamiques suivent des principes dont les idéologies talibanes s’écartent nettement. Contrairement aux affirmations des talibans selon lesquelles ils ne font face qu’à l’opposition de personnalités politiques, la réalité est radicalement différente.

Le fait que de grands universitaires afghans aient assisté à la conférence à La Mecque et se soient opposés à la position des talibans met en évidence l’éloignement croissant du groupe par rapport aux enseignements islamiques dominants.

C’est pourquoi les talibans doivent se réaligner sur les principes plus larges de l’Islam pour éviter un nouvel isolement en tant qu’extrémistes au sein de la communauté islamique.

Cet apartheid de genre aigu est toujours l’apartheid. Ce qu’ils considèrent comme des constructions occidentales malveillantes est en réalité profondément enraciné dans les enseignements, les valeurs et l’histoire islamiques.

Personne n’a le droit de retirer aux femmes le droit d’apprendre

Le Coran et les hadiths, les paroles et les pratiques du prophète Mahomet (que la paix soit sur lui) le montrent clairement. Dans le Coran, Dieu décrit les êtres humains comme rationnels, et nulle part dans la tradition islamique la capacité de raisonner n’est genrée.

Le Coran décrit non seulement les femmes comme les égales religieuses des hommes, mais aussi les hommes et les femmes comme des partenaires et des protecteurs les uns des autres. De plus, le Coran condamne la discrimination contre les femmes, autrefois répandue en Arabie.

L’une des raisons pour lesquelles le Coran fait appel aux « croyants et aux croyantes » est de préciser que les hommes et les femmes ont le même statut moral fondamental, les mêmes droits moraux essentiels et les mêmes responsabilités morales fondamentales.

Le plus curieux est que l’expression arabe « talab al-‘ilm » ou « recherche de la connaissance » est la racine du mot taliban. Les origines du nom du mouvement démentent leurs propres affirmations.

Une fillette lit un livre dans sa classe le premier jour de la nouvelle année scolaire, à Kaboul, en mars 2023.
Une fillette lit un livre dans sa classe le premier jour de la nouvelle année scolaire, à Kaboul, en mars 2023.

En fait, il existe un hadith bien connu dans lequel le bienheureux Prophète Mahomet décrit la « recherche de la connaissance » comme une obligation « pour tout musulman », ce qui a toujours été considéré comme désignant les hommes et les femmes musulmanes.

Le plus intriguant, c’est l’expression en arabe : «talab al-‘ilm» ou « recherche de connaissances » est la racine du mot taliban. Les origines du nom du mouvement démentent leurs propres affirmations.

Apprendre est une responsabilité que nous devons envers Dieu, ce qui signifie que c’est un droit qu’aucun gouvernement ne peut abroger.

Et c’est un argument qu’aucun musulman ne peut facilement ignorer, c’est pourquoi nous avons recherché cet ijma’, ou consensus, à La Mecque, suite à une longue pratique musulmane consistant à rechercher l’unanimité sur des questions fondamentales.

Les talibans ne peuvent pas ignorer notre appel

En fait, tout au long de l’histoire islamique, chaque fois que nous avons été confrontés à de nouvelles menaces ou à la récurrence de distorsions religieuses, les érudits musulmans se sont réunis pour réaffirmer nos engagements fondamentaux, même au-delà de nos différences sectaires.

À La Mecque, nous avons une fois de plus suivi cette tradition. Et les talibans y prêtent sans aucun doute attention.

Tandis que l’Occident critique les excès des talibans dans un langage qui ne leur est pas familier, les talibans ne peuvent pas si facilement rejeter notre appel.

L’autorité des talibans dépend de leur prétendue adhésion à la loi islamique. Mais dans ce cas précis, leur adhésion repose sur une interprétation fondamentalement erronée, sélective et extrême des textes islamiques, ce qui signifie que leurs politiques vont à l’encontre de leurs propres principes déclarés.

Session de la Ligue musulmane mondiale à La Mecque, mars 2024
Session de la Ligue musulmane mondiale à La Mecque, mars 2024

Le grand nombre et la diversité des érudits musulmans, provenant de différentes parties du monde et de différentes perspectives au sein de l’Islam, sapent la prétention d’autorité des talibans.

Car ces érudits musulmans déclarent leur engagement unanime en faveur de la place des femmes dans la vie religieuse, y compris le droit à l’éducation, au travail, au culte et à la circulation.

L’autorité des talibans dépend de leur prétendue adhésion à la loi islamique. Mais dans ce cas précis, leur adhésion repose sur une interprétation fondamentalement erronée, sélective et extrême des textes islamiques, ce qui signifie que leurs politiques vont à l’encontre de leurs propres principes déclarés.

La déclaration collective des universitaires de La Mecque souligne un engagement à récupérer l’essence des enseignements islamiques – en promouvant une vision de l’Islam qui défend les droits et la dignité de tous les individus, en particulier des femmes, qui ont été affectées de manière disproportionnée par le régime des talibans.

S’aligner sur les principes islamiques serait fidèle à notre foi commune

Il s’agit d’une réprimande aussi substantielle que possible. L’Émirat islamique est déjà isolé sur la scène internationale, affronte des voisins comme le Pakistan et fait désormais face à un manque de confiance de la part du monde musulman.

Mais ce n’est pas seulement un reproche. Dans l’intérêt de l’Afghanistan, et en particulier des femmes afghanes, les talibans devraient savoir que nous – les érudits musulmans issus de diverses écoles de pensée et sectes mondiales – sommes désireux de travailler avec eux pour aligner leurs politiques sur les principes islamiques.

Ce serait bien sûr dans leur intérêt. Ce serait également fidèle à notre foi commune.

Les vertus que nous réclamons ne sont pas la propriété de l’Occident ni limitées à une seule partie du monde.

Les valeurs que nous appelons les talibans à suivre ne sont pas des imitations de la culture occidentale mais proviennent de nos textes et traditions sacrés.

C’est pourquoi nous terminons avec le premier verset du quatrième chapitre du Coran, intitulé simplement « Femmes », qui commande aux croyants « de se souvenir de Dieu, qui vous a créés d’une seule âme, et de cette âme un partenaire, et de répandre de ces deux-là, beaucoup d’hommes et beaucoup de femmes.

Laisser un commentaire

10 − cinq =