People watch workers building the stands for the upcoming summer Olympic Games on the Champ-de-Mars just beside the Eiffel Tower, in Paris, April 2024

Milos Schmidt

Eurovues. Alors qu’un nouvel été caniculaire se profile, Paris est-il prêt pour les JO 2024 ?

Alors que les villes du monde devraient abriter plus des deux tiers de la population mondiale d’ici 2050, il est crucial que nous apprenions à agir plutôt que de réagir – avant qu’il ne soit trop tard, écrit Jonathan Birdwell.

Escrime au Grand Palais, saut d’obstacles au château de Versailles et basket sur la place de la Concorde, nul doute que les JO de Paris auront un air « wow ».

Dans quatre mois seulement, nous verrons la capitale française pleine à craquer de spectateurs affluant pour 16 jours de matchs, répartis sur 35 sites de la ville.

Malgré les inquiétudes quant à l’adéquation du système de transports publics, les Jeux olympiques de 2024 affirment qu’ils seront « les plus verts de l’histoire ».

Porté par la vision durable de la maire Anne Hidalgo pour Paris, l’objectif est de réduire de plus de moitié les émissions de carbone émises par Londres 2012 et Rio 2016.

Cet objectif sera atteint, en partie, grâce à la capacité de la ville à utiliser les infrastructures existantes pour des événements, par rapport à ses prédécesseurs. Cette année, 95 % des sites olympiques ont déjà été construits.

Mais qu’est-ce que cela signifie pour la régulation des températures – si Paris se dirige vers un nouvel été caniculaire ?

La capitale la plus à risque d’Europe déclare « pas de climatisation »

Les vagues de chaleur françaises sont devenues trop fréquentes au cours des cinq dernières années. Paris a connu des températures record de 42,6 °C en 2019 – et la chaleur rayonnant sur le trottoir à l’extérieur de l’Opéra Garnier a atteint 56 °C en 2022.

Selon un récent rapport du Lancet, la population de la ville est celle qui risque le plus de mourir des vagues de chaleur que toute autre capitale d’Europe.

Les autorités parisiennes ont réagi en optant pour des protections naturelles pour garantir que les températures intérieures soient au moins 6°C plus fraîches que les températures extérieures.

Ils ont effectué des simulations pour voir l’impact de la reprogrammation des événements en plein air pour qu’ils commencent plus tôt ou plus tard dans la journée – et la Seine est en cours de nettoyage, à la fois pour les épreuves de marathon et pour le public par la suite (la natation est interdite depuis 1923).

Le village des athlètes a été spécialement construit dans la banlieue nord de la ville. Ici, les athlètes auront des ventilateurs dans leurs chambres, mais il y a un hic : il n’y a pas de climatisation.

Un homme fait du vélo alors qu'il se rafraîchit sous une douche publique le long de la Seine à Paris, août 2020
Un homme fait du vélo alors qu’il se rafraîchit sous une douche publique le long de la Seine à Paris, août 2020

Le village des athlètes a été spécialement construit dans la banlieue nord de la ville. Ici, les athlètes auront des supporters dans leurs chambres, mais il y a un hic : il n’y a pas de climatisation.

La climatisation est souvent saluée comme l’une des inventions les plus transformatrices de l’histoire. Mais les équipements de refroidissement produisent de puissants gaz à effet de serre. Au lieu de cela, les concepteurs ont développé un système de refroidissement géothermique naturel pour le Village, un peu comme celui qui a aidé le Louvre à faire face à la chaleur ces dernières années.

Le système continuera à réguler les températures après le tournoi, lorsque le bâtiment se transformera en un complexe d’appartements et de bureaux.

Mais avec la perspective de températures de 40°C selon l’Organisation météorologique mondiale, les conditions pourraient encore être difficiles, voire insupportables, et certaines délégations s’en plaignent déjà.

Alors, quelle est la solution et que nous apprend-elle sur la résilience d’une ville aux chocs climatiques ?

Paris n’est pas seul

La capitale française est peut-être sous le feu des projecteurs actuellement, mais elle est loin d’être la seule face aux températures extrêmes, ainsi qu’à d’autres risques pour les infrastructures urbaines comme les inondations et les tempêtes.

Les températures record en Chine ont poussé les gens à chercher refuge dans les abris anti-bombes, les pluies de mousson ont emporté des ponts et des maisons dans le nord de l’Inde et la tempête Hilary, la première tempête tropicale à frapper la Californie en 84 ans, a déclenché près d’un an de pluie en une seule journée.

Selon l’indice des villes résilientes d’Economist Impact, 20 des 25 grandes villes du monde disposent d’un plan détaillé pour faire face à notre environnement en constante évolution.

Paris nous montre à quel point il est essentiel que les sociétés et les gouvernements évaluent leurs pratiques de gestion des risques et créent un environnement bâti capable de résister à un avenir incertain.

Des enfants sautent d'un pont pour nager dans le canal Saint-Martin, lors d'une canicule à Paris, juillet 2022
Des enfants sautent d’un pont pour nager dans le canal Saint-Martin, lors d’une canicule à Paris, juillet 2022

Miami, Dhaka et Freetown ont nommé des directeurs du chauffage, tandis que Phoenix et Los Angeles ouvrent la voie en matière d’innovations technologiques telles que l’utilisation d’un revêtement spécial pour refléter davantage la lumière du soleil et que Paris et Singapour investissent dans des murs verts et construisent des quartiers prenant en charge le refroidissement passif. , des méthodes de ventilation naturelle à l’ajout d’ombre grâce aux toits en surplomb peints en blanc.

La chaleur extrême doit être prise au sérieux en tant que problème de santé publique : elle met la vie en danger. En réponse aux inquiétudes concernant la surchauffe aux Jeux olympiques de cette année, le directeur Laurent Michaud a déclaré que des ventilateurs vaporisant des gouttelettes d’eau pourraient être installés à la place des unités de climatisation traditionnelles.

Ces « refroidisseurs par évaporation » sont beaucoup plus économes en énergie et ne contiennent aucun réfrigérant synthétique nocif. Peut-être est-ce un compromis ?

La résilience d’une ville dépend de sa capacité d’adaptation

Paris nous montre à quel point il est essentiel que les sociétés et les gouvernements évaluent leurs pratiques de gestion des risques et créent un environnement bâti capable de résister à un avenir incertain.

Une ville résiliente doit être capable de s’adapter aux risques et de planifier à l’avance.

Dans le domaine de la planification urbaine et de la gouvernance, l’écart entre les politiques et leur mise en œuvre reste un défi important.

Mais alors que les villes du monde devraient abriter plus des deux tiers de la population mondiale d’ici 2050, il est crucial que nous apprenions à agir plutôt que de réagir – avant qu’il ne soit trop tard.

Laisser un commentaire

huit + 12 =