Far-right National Rally party president Jordan Bardella delivers a speech after the second round of the legislative election, July 2024

Jean Delaunay

Euroviews. L’extrême droite menace-t-elle l’avenir numérique de l’Europe ?

Pour s’éloigner d’une approche technosolutionniste, il est important d’envisager un avenir où la technologie sert l’humanité, la démocratie et la planète en posant la question difficile de savoir comment la technologie permet des dynamiques de pouvoir néfastes dans notre société, écrit Claire Fernandez.

Les élections européennes de juin ont secoué nombre d’entre nous, membres de la société civile, et ont consolidé la progression continue de l’extrême droite au sein de nos institutions démocratiques.

Avec plus de vingt ans d’expérience dans la défense d’un environnement numérique libre, équitable et ouvert en Europe, une chose est claire pour nous : un virage à droite constitue une grave menace pour nos droits fondamentaux.

Dans la perspective du prochain mandat des institutions de l’UE, nous prévoyons une augmentation de la domination du marché par les grandes entreprises technologiques et la mise en œuvre de pratiques draconiennes de surveillance étatique.

De nombreuses discussions autour des élections ont porté sur la manière dont la technologie pourrait potentiellement répondre à des problèmes sociopolitiques complexes tels que le changement climatique, l’insécurité de l’emploi et la militarisation des espaces publics.

Cette rhétorique n’a rien de nouveau. En tant que responsable du plus grand réseau d’organisations de défense des droits numériques en Europe, j’ai pu constater de visu comment la technologie a souvent été présentée au sein des institutions européennes comme une panacée à tous nos défis sociétaux.

En réalité, les choses sont plus compliquées qu’il n’y paraît : la technologie n’est pas la solution miracle pour résoudre tous nos problèmes et peut même les aggraver. La technologie est considérée comme la voie la plus rapide vers le profit et la croissance, mais ses impacts sociaux et environnementaux sont ignorés. Nous avons besoin de solutions holistiques et intersectionnelles à nos plus grands défis, qui répondent aux demandes des gens en matière de sécurité, de bien-être et de santé, et non de solutions miracles.

De faux récits technosolutionnistes au détriment de nos droits

En tant que principale voix sur les droits numériques en Europe, le réseau EDRi a été un puissant organisme de surveillance du dernier mandat de l’UE.

Notre expérience nous a montré que le discours technosolutionniste qui domine les institutions de l’UE – et qui est fortement influencé par les niveaux croissants de lobbying des entreprises – a de graves conséquences sur notre dignité, nos droits, l’intégrité de nos élections et la planète.

Au cours du dernier mandat, nous avons été témoins de tentatives répétées des institutions de l’UE de nous vendre une « sécurité » qui menace nos droits fondamentaux.

À la lumière des élections européennes, la majorité conservatrice qui forme le nouveau Parlement européen devrait donner la priorité au soutien aux technologies de défense, notamment en matière d’immigration et de contrôle des frontières.

Des caméras vidéo surveillent le quartier Marxloh de la ville de Duisbourg, mai 2017
Des caméras vidéo surveillent le quartier Marxloh de la ville de Duisbourg, mai 2017

Nous avons pu constater ce phénomène dans la volonté politique de vérifier l’âge des enfants, de saper le chiffrement et de surveiller de manière massive nos vies numériques. Des technologies intrusives telles que les logiciels espions et la surveillance biométrique ont été faussement présentées comme étant le seul moyen de protéger les enfants ou de lutter contre la criminalité.

Ces technologies ont des conséquences néfastes sur notre capacité à communiquer en ligne en toute sécurité, à accéder à l’information, à explorer notre sexualité et à nous organiser politiquement. Elles affectent de manière disproportionnée des groupes sur-surveillés comme les journalistes, les défenseurs des droits humains, les jeunes et les communautés marginalisées.

À la lumière des élections européennes, la majorité conservatrice qui forme le nouveau Parlement européen devrait donner la priorité au soutien aux technologies de défense, notamment en matière d’immigration et de contrôle des frontières.

Cela concorde avec une tendance persistante à négliger les droits des personnes en déplacement et des personnes racialisées, ce qui pose des risques importants pour la santé de nos sociétés démocratiques dans leur ensemble.

La fausse titrisation ne nous mènera nulle part

Dans la loi historique sur l’IA adoptée par l’UE en avril 2024, nous avons assisté à l’instrumentalisation du discours sécuritaire au détriment de nos droits fondamentaux.

L’acte final fait de tout ce qui touche à la « sécurité nationale » une zone sans droits numériques, avec peu de responsabilité pour les institutions et les acteurs utilisant des systèmes à haut risque utilisés à des fins de maintien de l’ordre.

Ces lacunes dans la loi sur l’IA sont le résultat de l’union des forces des entreprises technologiques et des start-ups, ainsi que des États membres de l’UE, pour faire pression en faveur d’une législation édulcorée afin de protéger leurs résultats financiers ou leurs agendas de sécurité nationale démesurés.

Les législateurs de l'Union européenne votent une loi sur l'intelligence artificielle au Parlement européen, en mars 2024
Les législateurs de l’Union européenne votent une loi sur l’intelligence artificielle au Parlement européen, en mars 2024

Au lendemain des élections, nous verrons la mise en œuvre de la loi sur l’IA. Les législateurs progressistes doivent défendre l’humanité et la dignité des personnes en déplacement, sachant que de nombreuses voix fortes réclameront une Europe forteresse sous stéroïdes.

Dans le même temps, les institutions européennes mettent en avant le « jumelage des transitions verte et numérique », les solutions technologiques étant présentées comme la réponse à la crise climatique.

Cela favorise l’agenda commercial des entreprises technologiques, qui bénéficient du fait que nous nous concentrons sur la résolution d’un problème environnemental complexe uniquement grâce à la technologie.

Grâce à notre collaboration avec des organisations de défense des droits numériques et de la justice climatique, nous avons pu constater à maintes reprises comment l’IA et les entreprises de technologie numérique s’appuient sur l’extractivisme, la forte consommation d’eau et d’énergie et l’expansion des déchets toxiques.

Il est tout à fait clair que ces discours technosolutionnistes et faussement sécurisants ne nous conduisent pas vers un avenir où nous pourrons tous prospérer.

Que faut-il changer pour un avenir où nous prospérons tous ?

Ces élections ont également eu leur côté positif : elles ont été l’occasion d’orienter le discours public vers une vision d’un avenir numérique plus juste, plus équitable et plus durable.

Pour s’éloigner d’une approche technosolutionniste, il est important d’envisager un avenir où la technologie sert l’humanité, la démocratie et la planète.

Cela est possible en posant la question difficile de savoir comment la technologie permet des dynamiques de pouvoir néfastes dans notre société.

Collectivement, nous pouvons construire un monde dans lequel nos vies numériques sont guidées par l’attention, la justice et l’autonomisation, et non par l’agenda de la recherche du profit, de la surveillance et de la consommation sans fin.

Pour y parvenir, nous avons besoin d’approches holistiques, systémiques et audacieuses de la part des décideurs européens, à travers une perspective intersectionnelle au-delà des cloisonnements actuels.

Laisser un commentaire

15 − 4 =