Start-ups and Big Tech in the European Union, illustration

Jean Delaunay

Euroviews. L’Europe peut produire ses propres géants technologiques — voici comment

Les mesures nécessaires pour permettre à l’UE de produire des champions du numérique à grande échelle sont claires et simples. Elles profiteraient non seulement à notre secteur numérique, mais aussi aux fonds de pension, au secteur des assurances et aux futurs retraités, écrit J. Scott Marcus.

Pourquoi l’UE ne parvient-elle pas à créer son propre Google, Amazon ou Facebook ? L’Europe manque-t-elle d’esprit d’entreprise, de savoir-faire technique ou tout simplement d’imagination ?

Contrairement à ce que beaucoup pensent, l’UE réussit même mieux que les États-Unis à créer des start-ups de haute technologie ; cependant, de nombreuses entreprises européennes périclitent en raison d’un manque de financement.

Pourtant, une solution simple est à portée de main depuis des décennies : il suffit de la saisir. La réponse, comme pour de nombreuses questions, c’est l’argent.

Au cours des cinq dernières années, l’UE a créé davantage de start-ups de haute technologie que les États-Unis. Pourtant, nombre d’entre elles ne parviennent pas à se développer, tandis que d’autres migrent vers des horizons plus verts de l’autre côté de l’Atlantique.

La timidité de l’Europe s’expose

L’une des causes profondes de ce phénomène est que les Européens sont des investisseurs timides et que beaucoup d’entre nous n’ont pas les connaissances financières nécessaires pour investir de manière judicieuse.

Dans l’UE, 31 % de l’épargne des ménages reste sous forme de devises ou de dépôts, contre 12 % aux États-Unis, ce qui laisse moins de place aux actions et aux obligations dans l’Union.

En grande partie pour cette raison, et par rapport au PIB, l’UE a deux fois plus d’argent dans ses banques que les États-Unis et seulement la moitié de ce qu’elle a sur les marchés financiers pour les actions. Il en va de même pour les obligations.

Les institutions européennes se lamentent depuis des années et trouvent de temps à autre le moyen d’injecter un ou deux milliards d’euros dans le financement des start-ups. C’est bien beau, mais c’est totalement hors de proportion avec l’ampleur du problème.

Sandro Andreotti, cofondateur et directeur de l'exploitation d'Aehra, vole dans la plus grande soufflerie verticale Aero Gravity d'Europe, à Pero, en novembre 2022
Sandro Andreotti, cofondateur et directeur de l’exploitation d’Aehra, vole dans la plus grande soufflerie verticale Aero Gravity d’Europe, à Pero, en novembre 2022

Cette situation est problématique pour l’innovation. Les entreprises européennes obtiennent environ 80 % de leur financement par le biais de prêts bancaires, ce qui n’est clairement pas la solution pour financer des start-ups risquées qui n’ont généralement pas d’historique de résultats et dont les actifs sont en grande partie intangibles et donc inadaptés pour servir de garantie.

En ce qui concerne le financement des start-up, la situation est encore pire. Les États-Unis disposent de 20 fois plus de capital-risque que l’UE, soit 1 300 milliards d’euros, contre seulement 72 milliards d’euros.

Le financement des entreprises qui ne sont pas encore prêtes à entrer en bourse par le biais d’une introduction en bourse reçoit – si elles parviennent à obtenir du capital-risque ou du financement par capital-investissement – en moyenne, seulement un cinquième du capital-risque ou seulement un vingtième du financement par capital-investissement de leurs homologues américaines.

Les institutions européennes se lamentent depuis des années et trouvent de temps à autre le moyen d’injecter un ou deux milliards d’euros dans le financement des start-ups. C’est bien beau, mais c’est totalement hors de proportion avec l’ampleur du problème.

Comment les États-Unis ont-ils fait ?

Dans tout cela, on oublie de comprendre comment les États-Unis ont créé leur Silicon Valley. Des technologues brillants et entreprenants ont certainement joué un rôle, tout comme le financement de la recherche par le gouvernement américain. Cependant, un changement clé a été peu remarqué dans la réglementation américaine des fonds de pension.

Jusqu’à l’entrée en vigueur de l’ERISA en 1974, les fonds de pension se limitaient généralement à des investissements relativement sûrs. L’ERISA a changé la donne en reconnaissant qu’une « personne prudente » souhaiterait généralement un portefeuille reflétant une combinaison comprenant des instruments plus risqués.

Cela a déclenché un flux croissant d’argent des fonds de pension vers les fonds de capital-risque. Sans cela, la Silicon Valley telle que nous la connaissons aujourd’hui aurait été impensable.

L’UE ne manque pas d’entreprises prometteuses dans lesquelles investir : l’Union génère en effet plus de start-ups que les États-Unis par an et le rendement des investissements en capital-risque est environ 6 % plus élevé dans l’UE.

Le pont de la baie de San Francisco-Oakland à San Francisco. Janvier 2015
Le pont de la baie de San Francisco-Oakland à San Francisco. Janvier 2015

L’UE se trouve aujourd’hui dans une situation très similaire à celle des États-Unis avant l’ERISA — et c’est l’une des raisons principales pour lesquelles une « Silicon Valley européenne » est actuellement impensable.

Mais il n’est pas nécessaire que cela se passe ainsi. Les fonds de pension européens détiennent des actifs d’environ 4 000 milliards d’euros, tandis que les compagnies d’assurance (dont certains plans sont de type pension) en détiennent environ 9 000 milliards d’euros. Les fonds de pension investissent chaque année des milliards dans le capital-risque, mais cet investissement apparemment important n’est en réalité que des cacahuètes : ce qu’ils investissent chaque année représente moins d’un centième de 1 % de leurs actifs.

L’UE ne manque pas d’entreprises prometteuses dans lesquelles investir : l’Union génère en effet plus de start-ups que les États-Unis par an et le rendement des investissements en capital-risque est supérieur d’environ 6 % dans l’UE. Le capital-risque offre des rendements élevés, de l’ordre de 29 % en moyenne, avec une volatilité étonnamment faible.

Des mesures claires et directes sont nécessaires

Il serait naturel de réagir en affirmant que les fonds de pension ne devraient pas mettre en danger les futurs retraités, mais cela n’a rien à voir avec le sujet. N’importe quel conseiller en placement dirait à n’importe quelle entreprise ou, d’ailleurs, à n’importe quel ménage, qu’un portefeuille doit être diversifié avec un mélange de profils risque-rendement qui correspondent aux objectifs d’investissement de chacun.

Les fonds de pension l’ont bien compris et la plupart d’entre eux souhaiteraient être libérés des règles d’investissement trop restrictives des États membres.

Une multiplication par vingt des investissements actuels des fonds de pension triplerait environ la contribution annuelle au capital-risque dans l’UE, mais représenterait toujours moins de deux dixièmes de pour cent des actifs des fonds de pension.

La même logique s’applique aux futurs retraités : un portefeuille équilibré avec un mélange d’instruments aurait tendance à leur être bénéfique, en particulier à ceux qui sont plus éloignés de la retraite.

L’évolution actuelle en Europe des régimes de retraite à prestations définies vers les régimes à cotisations définies, associée à l’abandon des régimes dits « Pay as You Go » (PAYG), se prête à des régimes dans lesquels les futurs retraités pourraient orienter leurs investissements en fonction de leurs sensibilités au risque et de leurs besoins d’investissement individuels.

On pourrait peut-être s’inquiéter pour ceux qui sont les plus proches de la retraite, mais des règles ou des lignes directrices simples pourraient les décourager ou les empêcher d’investir de manière imprudente dans des instruments à haut risque.

Les mesures nécessaires pour permettre à l’UE de produire des champions du numérique à grande échelle sont claires et simples. Elles profiteraient non seulement au secteur numérique européen, mais aussi à nos fonds de pension, à notre secteur des assurances et à nos futurs retraités.

Les seuls obstacles sont la timidité et le conservatisme européens, ainsi que l’absence d’un programme politique concret pour mettre en place les changements nécessaires.

Laisser un commentaire

2 × un =