Moshe Kantor, President of the European Jewish Congress, speaks during a ceremony to commemorate Jews killed in Greece under the Nazi occupation, in Athens, February 2007

Milos Schmidt

Euroviews. L’approche de ratissage du régime de sanctions individuelles de l’UE est un échec

Le cas du Dr Moshe Kantor montre clairement qu’un nettoyage de la liste est nécessaire depuis longtemps. Ceux qui méritent des sanctions doivent rester, tandis que ceux qui ont été pris dans la compilation initiale trop tenace doivent être retirés, écrit Eldad Beck.

Depuis le tout début de la guerre russo-ukrainienne en février 2022, l’Union européenne a pris de nombreuses mesures et imposé des sanctions contre la Russie et ceux considérés comme « soutenant, finançant ou mettant en œuvre des actions » dans l’effort de guerre.

Malheureusement, dans la précipitation, certains des bureaucrates qui ont établi la liste et les critères d’application des sanctions personnelles contre des centaines d’individus ont adopté ce qui semble aujourd’hui être une politique de la terre brûlée. À de nombreuses reprises, ils se sont appuyés sur de simples recherches sur Google et sur la liste des riches de la Russie, dont une grande partie n’aurait pas résisté devant un tribunal.

En fait, en avril, cela s’est avéré vrai.

Deux personnes, Mikhail Fridman et Petr Aven, ont réussi à prouver devant la Cour européenne de justice que le Conseil européen n’avait pas présenté suffisamment de preuves pour établir qu’ils remplissaient les critères nécessaires pour être impliqués dans des efforts qui « compromettent ou menacent l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance de l’Ukraine ».

Aujourd’hui, une nouvelle audience sur l’une des affaires les plus flagrantes à ce jour pourrait porter un nouveau coup au régime de sanctions.

Procédure hâtive et excuses

Le 19 juin, le Tribunal de l’Union européenne (CJUE) a tenu une audience sur l’affaire du Dr Moshe Kantor, ancien président du Congrès juif européen (CJE), qui s’est retiré de son poste suite à la décision du Conseil de l’inscrire sur la liste des sanctions individuelles en 2022.

Kantor est le seul dirigeant démocratiquement élu d’une communauté minoritaire européenne à figurer sur la liste des personnes faisant l’objet de sanctions. En tant que dirigeant juif, il a rencontré de nombreux chefs d’État, décideurs et leaders d’opinion européens.

Pour ses activités de promotion de la tolérance et de lutte contre la xénophobie et l’antisémitisme, le Dr Kantor a reçu, au fil des ans, des distinctions honorifiques d’État, entre autres, de Pologne, d’Ukraine, d’Italie, de Roumanie, de Belgique, d’Autriche et de France.

Ironiquement, le président français Emmanuel Macron a décerné à Kantor le titre de Commandeur de la Légion d’Honneur quelques semaines seulement avant que la France ne vote, en tant que membre du Conseil de l’UE, pour le sanctionner en raison des liens économiques présumés de Kantor avec le Kremlin.

Lors de l’audience devant le Tribunal de l’UE, l’équipe de défense de Kantor a souligné que l’ensemble du processus contre Kantor était né dans le péché et la précipitation et a créé une « situation exceptionnelle », dans laquelle Kantor est sanctionné malgré le fait qu’il a vécu pendant des décennies loin de la Russie, a consacré sa vie à la lutte contre l’antisémitisme, à la promotion de la tolérance et à la garantie de la sécurité des communautés juives en Europe.

Kantor était la seule personne figurant sur la liste des sanctions de l’UE dont l’appartenance religieuse était mentionnée. Cette « erreur » a valu au président du Conseil européen, Charles Michel, de présenter des excuses à Kantor.

Le président français François Hollande fait ses adieux au président du Congrès juif européen, Moshe Kantor, après une réunion au palais de l'Elysée à Paris, en juillet 2014
Le président français François Hollande fait ses adieux au président du Congrès juif européen, Moshe Kantor, après une réunion au palais de l’Elysée à Paris, en juillet 2014

De plus, a insisté la défense, les sanctions ont été renouvelées à maintes reprises depuis septembre 2022 avec une « insistance incompréhensible » malgré toutes les preuves fournies au Conseil, montrant que Kantor a cessé toutes ses activités commerciales avant même l’annexion russe de la Crimée en 2014.

Après que les avocats du Conseil de l’UE eurent présenté leurs arguments, manifestement exaspérés, l’un des juges a de nouveau demandé des preuves concernant les « mécanismes de bénéfices » entre Kantor et le président russe Vladimir Poutine, un élément crucial dans le dossier des sanctions. Les avocats du Conseil ont répondu que toutes les preuves avaient déjà été présentées et qu’ils ne pouvaient ou ne voulaient rien ajouter de nouveau.

Pour démontrer un autre aspect problématique des accusations portées contre lui, l’équipe juridique de Kantor a évoqué le fait que le premier dossier officiel contre lui mentionnait qu’il avait la nationalité «juive-russe», une appellation hautement problématique et discriminatoire utilisée par les nazis contre les Juifs au XXe siècle.

Kantor était la seule personne figurant sur la liste des sanctions de l’UE dont l’appartenance religieuse était mentionnée. Cette « erreur » a valu au président du Conseil européen, Charles Michel, de présenter des excuses à Kantor.

Une lettre signée par le chef de cabinet de Michel, Frédéric Bernard, datée du 27 juillet 2022, explique : « Nous regrettons sincèrement l’erreur qui a été commise par le service responsable concernant votre nationalité dans le dossier de preuves et a été rectifiée. La version correcte du document est jointe à la présente. »

Bien que ce soit l’erreur la plus controversée, ce n’était pas la seule dans l’affaire contre Kantor.

Des articles payants comme preuve ?

Selon de nombreux articles et experts qui ont examiné les dossiers de travail de certaines des personnes sanctionnées, les preuves rassemblées étaient « bâclées », « fragiles » et « embarrassantes ».

Le document qui a servi de base à la sanction prononcée contre Kantor en 2022 ne contient que 64 pages et ne comprend que huit articles et sites Web, dont six sont des versions traduites automatiquement d’originaux en langue russe. La majeure partie du dossier se compose de captures d’écran d’articles entiers, avec les passages pertinents surlignés en jaune.

Deux des articles, publiés sur le portail russe Rambler et sur le site Vecherniy Murmansk, sont qualifiés sur les sites de « publicité » ou de « publicité payante », une description qui ne figurait pas dans le dossier de preuves. On ignore qui a payé ces publicités.

Certains de ces articles sont ce que l’on ne peut décrire que comme des « fake news », qui accusent Kantor de manière antisémite d’utiliser sa position de dirigeant juif pour déformer la mémoire de l’Holocauste et minimiser l’antisémitisme à des fins personnelles.

Accepter ce type d’articles au pied de la lettre, sachant qu’il s’agit de publicités payantes sur des sites Web parfois obscurs par des personnalités inconnues, peut en soi être interprété comme antisémite.

Le dossier mentionne également par erreur Kantor comme actionnaire d’Acron, un producteur d’engrais minéraux basé en Russie, au lieu d’être considéré comme le bénéficiaire ultime.

Comme l’a clairement indiqué l’équipe juridique de Kantor, contrairement à de nombreuses autres personnes figurant sur la liste des sanctions, Kantor n’a jamais été invité aux nombreuses réunions du forum d’affaires organisées par le Kremlin pour les principaux hommes d’affaires russes.

Le président russe Vladimir Poutine tient une réunion pour discuter de l'avancement de la guerre de Moscou en Ukraine, à la résidence d'État de Novo-Ogaryovo près de Moscou, en octobre 2023
Le président russe Vladimir Poutine tient une réunion pour discuter de l’avancement de la guerre de Moscou en Ukraine, à la résidence d’État de Novo-Ogaryovo près de Moscou, en octobre 2023

En ce qui concerne les relations de Kantor avec Poutine, il n’a occupé aucun poste dans le monde des affaires en Russie depuis 30 ans et a consacré tout son temps et ses efforts à diriger la communauté juive européenne au cours des 20 dernières années. Aucune autre personne de la liste ne lui est comparable à cet égard. Toutes les autres personnes citées comme « hommes d’affaires » ont soit des postes dans le monde des affaires, soit des participations en capital en Russie.

La Cour a même annulé la décision du Conseil de maintenir sur la liste des sanctions un homme d’affaires qui avait quitté son poste quelques mois avant le renouvellement, comme ce fut le cas d’Alexandre Choulguine en septembre dernier.

Comme l’a clairement indiqué l’équipe juridique de Kantor, contrairement à de nombreuses autres personnes figurant sur la liste des sanctions, Kantor n’a jamais été invité aux nombreuses réunions du forum d’affaires organisées par le Kremlin pour les principaux hommes d’affaires russes.

Lors de l’audience, l’équipe juridique de Kantor a affirmé que la prétendue thèse du Conseil se fonde simplement sur l’idée selon laquelle on ne peut pas être riche et d’origine russe sans être un homme d’affaires « de premier plan » impliqué dans un secteur fournissant une source substantielle de revenus à la Russie.

Les avocats de Kantor ont parlé d’une « véritable cécité » du Conseil face aux faits et aux « scénarios impossibles », accusant Kantor de minimiser la dimension de l’antisémitisme en Russie ou de promouvoir de manière disproportionnée le rôle de la Russie pendant la Seconde Guerre mondiale pour des gains personnels.

L’équipe juridique du Conseil de l’UE a admis à plusieurs reprises que des erreurs avaient été commises dans la préparation du dossier de sanctions de Kantor concernant sa nationalité et l’affirmation selon laquelle il était actionnaire du groupe Acron.

La question à laquelle il faut répondre est de savoir pourquoi Kantor a été sanctionné en premier lieu et reste sur la liste.

De vieilles allégations transformées en armes

Certains ont avancé que ses campagnes inlassables pour la sécurité des communautés juives, contre l’antisémitisme, ainsi que sa lutte contre la déformation et le déni de l’Holocauste au cours des 20 dernières années, ont alimenté le ressentiment contre Kantor, et certaines allégations anciennes et sans fondement contre lui sont désormais utilisées comme une arme.

Le juriste Regis Bismuth, professeur à l’École de droit de Sciences Po Paris et directeur des études de la branche française de l’Association de droit international (ILA) et expert des sanctions de l’UE, voit un échec structurel dans la manière dont la liste des sanctions a été préparée, et dans le cas de Kantor en particulier.

« Je pense qu’il est intéressant de replacer cette affaire dans le contexte plus large de la manière dont les sanctions sont adoptées par le Conseil de l’UE. En 2022, des centaines de personnes ont été inscrites sur la liste des mesures de restriction de l’UE. Bien sûr, certaines d’entre elles sont étroitement liées au régime russe, mais pas toutes », a déclaré le professeur Bismuth.

« Les dossiers du premier groupe de personnes sanctionnées ont été complétés en quelques jours seulement. Nous ne disposons pas d’informations sur la manière dont les dossiers justifiant les sanctions individuelles ont été constitués. Il faut garder à l’esprit que de nombreuses personnes ont été inscrites sur la liste très rapidement et souvent sur la base d’informations recueillies dans des journaux, parfois des publications russes qui ne sont pas entièrement fiables, ou sur les réseaux sociaux. »

« Dans le cas du Dr Kantor, il y a une erreur manifeste d’appréciation. Ce qui est particulièrement choquant dans le cas du Dr Kantor, c’est que le dossier est relativement vide et qu’il semble avoir été répertorié sur la base de sa prétendue richesse ».

Indépendamment des motivations ayant conduit à l’inscription et au maintien de Kantor sur la liste des sanctions, l’audience publique devant le Tribunal a mis en évidence de nombreux problèmes du régime des sanctions individuelles.

C’est pourquoi il est grand temps de procéder à un nettoyage de la liste. Ceux qui méritent des sanctions doivent y rester, tandis que ceux qui ont été pris dans une compilation initiale trop tenace doivent être éliminés.

Le régime de sanctions de l’UE a récemment subi quelques coups durs. Se dissocier de ceux qui n’ont manifestement pas leur place sur la liste serait un bon début pour restaurer sa réputation.

Laisser un commentaire

trois × 4 =