The 60th International Art Exhibition takes place from 20 April to 24 November 2024

Jean Delaunay

Étranger, national, autochtone : la Biennale de Venise 2024 est aux prises avec les identités géographiques et personnelles

Au cœur de plusieurs expositions du pavillon national se trouve le concept complexe et souvent controversé de nationalité et d’appartenance.

Intitulée « Les étrangers partout », la Biennale de Venise 2024 a pour cœur l’exploration de l’identité. Le salon international est notamment – ​​et pour certains de manière anachronique – organisé en pavillons nationaux.

Poussés par ce thème, de nombreux pays ont choisi d’examiner les idées de nation, d’appartenance et d’étrangeté. Mais collectivement, cela soulève également la question de savoir dans quelle mesure la répartition des exposants de la Biennale en salles d’exposition nationales continue d’être valable.

« Vous êtes toujours, au fond de vous, un étranger »

Roberto Cicutto et le conservateur Adriano Pedrosa photographiés ensemble
Roberto Cicutto et le conservateur Adriano Pedrosa photographiés ensemble

La 60e édition de l’exposition internationale, organisée par Adriano Pedrosa, tire son titre « Stranieri Ovunque – Les étrangers partout » du nom d’un collectif turinois qui luttait contre le racisme et la xénophobie en Italie au début des années 2000.

« L’expression Stranieri Ovunque a plusieurs significations », explique Pedrosa. « Tout d’abord, où que vous alliez et où que vous soyez, vous rencontrerez toujours des étrangers – ils/nous sommes partout. Deuxièmement, peu importe où vous vous trouvez, vous êtes toujours véritablement et au plus profond de vous un étranger.

L’exposition du commissaire est divisée en deux sections. Le Nucleo Contemporaneo interprète le thème à travers l’étymologie de l’étranger comme « étrange ».

« L’exposition se déroule et se concentre sur la production d’autres sujets connexes : l’artiste queer, qui a évolué au sein de différentes sexualités et genres, souvent persécuté ou interdit ; l’artiste outsider, qui se situe en marge du monde de l’art, tout comme l’artiste autodidacte, l’artiste populaire et le artiste populaire; l’artiste indigène, souvent traité comme un étranger dans son propre pays », explique Pedrosa.

Le Nucleo Storico, quant à lui, rassemble des œuvres du XXe siècle d’Amérique latine, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. « Nous ne connaissons que trop bien l’histoire du modernisme en Europe-Amérique, mais les modernismes dans les pays du Sud restent largement inconnus », déclare Pedrosa.

Les pavillons s’attaquent à l’idée de nation

Glicéria Tupinamba
Glicéria Tupinamba

Au cœur de plusieurs expositions du pavillon national se trouve le concept complexe et souvent controversé de nationalité et d’appartenance. Beaucoup traitent de la notion d’identités nationales multiples et distinctes et donnent la parole à ceux qui sont historiquement marginalisés. Le pavillon australien donne la parole à l’artiste des Premières nations Archie Moore, dont l’exposition mettra en lumière le fossé entre les 254 ans d’histoire de l’Australie et le contexte de plus de 65 000 ans de son héritage familial aborigène.

Glicéria Tupinamba représentera le Brésil ainsi que sa communauté autochtone Tupinamba. Son exposition, intitulée Ka’a Pûera : nous sommes passés à autre chose (Ka’a Pûera : nous sommes des oiseaux qui marchent), mettra en valeur la richesse de la culture Tupinamba et son histoire de récupération et de résurgence dans un contexte de marginalisation persistante.

Photo exposée au pavillon danois de la série Porcelain Souls de Storch
Photo exposée au pavillon danois de la série Porcelain Souls de Storch

Le pavillon du Danemark présentera l’artiste groenlandais Inuuteq Storch. Son installation intitulée L’Ascension du Soleil Englouti juxtaposera des photographies historiques et familiales brutes et intimes avec des instantanés contemporains du quotidien afin de « raconter l’histoire visuelle des Groenlandais, non pas vue à travers les yeux des visiteurs, mais à travers ceux des Groenlandais ».

Pour la France, Julien Creuzet approfondira sa propre identité franco-antillaise. « Son œuvre singulière et son don pour la littérature orale se nourrissent de la créolisation en rassemblant une diversité de matières, d’histoires, de formes et de gestes », selon un communiqué. « Creuzet a aussi été choisi pour les horizons qu’il dessine, dépassant l’opposition entre identité et universalité, démontrant que dans le pliage de l’art, les échos poétiques et artistiques tracent toujours des réponses aussi belles, joyeuses et réparatrices qu’inattendues. »

Lors de l’exposition chilienne, Valeria Montti Colque explorera plutôt l’idée d’une nation multi-sites et de connexions au-delà des frontières. Née à Stockholm en 1978 après l’exil de sa famille pendant la dictature militaire du Chili, l’artiste s’inspire des théories de l’anthropologue Michel S. Laguerre sur les communautés diasporiques et leurs relations avec leurs terres ancestrales.

Les expositions de Venise interprètent le concept d’étrangeté

À l'intérieur du site d'exposition Arsenale de la Biennale de Venise 2024
À l’intérieur du site d’exposition Arsenale de la Biennale de Venise 2024

D’autres pavillons ont repris ce concept tout aussi indéfinissable et ce sentiment d’étrangeté souvent perturbant. Faisant ses débuts cette année, la République-Unie de Tanzanie présentera une exposition collective avec les artistes Happy Robert, Naby, Haji Chilonga et Lute Mwakisopile, organisée par Enrico Bittoto. Il retracera l’évolution du concept de « l’autre » et abordera les thèmes du voyage, des rencontres et de la redéfinition de soi.

Pour la Serbie, l’artiste Aleksandar Denić fait écho à l’histoire du pavillon, qui a traversé plusieurs nations, dans une installation sur la résidence et le transit. Lui-même est définitivement déplacé en Allemagne et incite le visiteur à réfléchir sur le sens de l’appartenance et sur le sentiment d’être un étranger dans son propre pays.

Dans le pavillon de la Macédoine du Nord, Slavica Janešlieva invite les visiteurs à se sentir comme un étranger à travers une installation multimédia utilisant des enseignes au néon, des miroirs, des plumes et d’autres matériaux.

Avec autant de pavillons consacrés à la question de l’identité nationale et à ses complexités historiques et persistantes, l’attention est également attirée sur la division rigide de la Biennale en pavillons nationaux. Il est peut-être temps d’adopter un modèle différent, moins axé sur l’introspection nationale et davantage sur la connectivité et le dialogue internationaux.

La 60e Biennale de Venise, organisée par Adriano Pedrosa, se déroule du samedi 20 avril au dimanche 24 novembre.

Laisser un commentaire

4 × 2 =