État fracturé : pourquoi les vieilles tensions ont la vie dure en Bosnie-Herzégovine ?

Jean Delaunay

État fracturé : pourquoi les vieilles tensions ont la vie dure en Bosnie-Herzégovine ?

30 ans après que la guerre a ravagé la Bosnie-Herzégovine, les menaces sécessionnistes de l’entité serbe du pays ont fait craindre un regain de violence. Valérie Gauriat d’L’Observatoire de l’Europe s’est rendue dans le pays pour constater la gravité des tensions actuelles.

Quelques semaines après mon retour d’Ukraine, la plupart des médias étrangers ayant réduit leur présence dans ce pays déchiré par la guerre, on m’a demandé de creuser les effets potentiels du conflit dans d’autres parties de l’Europe.

On craignait que la violence interethnique ne se répande dans les Balkans occidentaux, s’enflammant très probablement d’abord en Bosnie-Herzégovine. Ces inquiétudes avaient été alimentées par les menaces répétées des dirigeants politiques de l’entité serbe du pays de se séparer du reste des institutions étatiques du pays. Des ambitions qui ont rencontré à plusieurs reprises le soutien de la Russie.

En atterrissant à Sarajevo, la capitale du pays, je me suis réchauffé à l’idée de rencontrer à nouveau des communautés que j’avais vues traverser de nombreux changements et défis lors de mes reportages au fil des ans, après la fin de la guerre de trois ans là-bas en 1995.

Je savais que l’ordre imposé par les accords de Dayton n’était pas toujours du goût des différentes composantes bosniaques, croates et serbes de la population, et de nombreux problèmes étaient loin d’être résolus.

Mais je voulais savoir avec certitude si les tensions actuelles étaient aussi graves que les médias et la communauté internationale les décrivaient et dans quelle mesure les gens étaient prêts à traverser un autre cycle de violence. Après tout, ils avaient enduré le conflit le plus sanglant du XXe siècle sur le sol européen depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les gens essaient juste de survivre et de joindre les deux bouts.

« Les Serbes, les Bosniaques et les Croates travaillent ensemble et survivent ensemble », m’a dit Ervin.

« Les autorités créent des divisions, de la confusion et jouent sur la peur. Ils poussent les gens à se replier sur leurs ethnies et leurs positions de 1992. Cela aide les politiciens à conserver le pouvoir et à abuser de l’État, tandis que les gens essaient simplement de survivre et de joindre les deux bouts », a-t-il ajouté.

Rapatrié d’un camp de guerre, Ervin, un Bosniaque, vit dans la petite ville de Kozarac, en Republika Srpska, l’entité dirigée par les Serbes de Bosnie-Herzégovine.

Euronews
Ervin retourne sur le site où il a été emprisonné pendant la guerre des années 1990.

Il m’a expliqué que le plus gros problème auquel la région est confrontée est le chômage, car il finit par chasser un grand nombre de jeunes du pays. Il a également reconnu que les préoccupations ethniques entrent en ligne de compte, car peu de Bosniaques sont en mesure de trouver des emplois dans les entreprises et services publics sous l’administration serbe actuelle dans la ville voisine de Prijedor, dont Kozarac dépend.

Ancien prisonnier dans l’un des camps de guerre de la région, il soupire en me ramenant sur le site sinistre.

« Il n’y a aucun signe ici indiquant qu’il s’agissait d’un camp de détention, et les autorités de Prijedor refusent de reconnaître les crimes qui ont été commis ici contre les Bosniaques et les Croates musulmans », dit-il.

Nous ne pouvons pas être les seuls méchants. Nous ne sommes pas les seuls méchants !

La guerre des années 1990 reste une pomme de discorde entre les communautés et a été saisie par des groupes nationalistes. Nikola Dabić est un artiste serbe de 28 ans et co-fondateur d’un de ces groupes, appelé « Self Respect ».

Il est agacé par ce qu’il considère comme le déni par le monde occidental des crimes des extrémistes oustachis croates contre les Serbes pendant la Seconde Guerre mondiale, et accuse « les musulmans et les Croates » d’avoir déclenché la guerre dans les années 1990.

« La paix viendra quand l’autre côté admettra enfin qu’il a tort. Qu’ils avaient tort aussi ! Nous ne pouvons pas être les seuls méchants. Nous ne sommes pas les seuls méchants ! déclare-t-il, doutant que je transmette ses paroles.

Euronews
Nikola Dabić est le co-fondateur du groupe ultra-nationaliste serbe « Self Respect ».

Des sentiments sans doute renforcés par ce qui semble être un ressentiment croissant que la candidature de la Bosnie-Herzégovine à l’Union européenne n’ait pas encore été acceptée, alors qu’il n’a fallu que quelques mois au bloc pour accorder le statut de candidat à l’Ukraine.

 »Non seulement la Bosnie-Herzégovine, mais tous les pays des Balkans occidentaux ont été abandonnés par l’Union européenne », a renfrogné l’adjoint au maire de Prijedor, Žarko kovačević, avant d’ajouter :  »Nous n’avons jamais eu la chance de régler nos relations par nous-mêmes, sans que des solutions nous soient imposées de l’extérieur.

Travaillez pour votre pays, et pour l’intégration européenne, et tout ira bien.

Une référence directe à l’autorité du Haut Représentant de la communauté internationale en Bosnie-Herzégovine.

En vertu de l’accord de Dayton, il a le pouvoir d’imposer des lois, de changer les institutions ou de révoquer les politiciens locaux, au sein du gouvernement central et des deux entités du pays : la Fédération de Bosnie-Herzégovine, principalement habitée par des Bosniaques et des Croates, ou la majorité serbe. habité la Republika Srpska.

« Quand il y aura des actes raisonnables dans ce pays, et que toutes les instances politiques assumeront leurs responsabilités, il n’y aura plus d’ingérence », m’a dit le haut représentant Christian Schmidt.

« Mon message est : chers collègues, faites votre travail. Travaillez pour votre pays, et pour l’intégration européenne, et tout ira bien. Tant que tu ne fais pas ça, tu dois compter sur moi ! il ajouta.

Euronews
Haut Représentant pour la Bosnie-Herzégovine, Christian Schmidt

En proie à la corruption politique et à un système judiciaire dysfonctionnel, le pays est encore loin de remplir les conditions fixées par l’Union européenne pour entamer son processus d’intégration.

Une autre source de mécontentement sur laquelle joue le controversé leader politique serbe Milorad Dodik pour justifier ses ambitions sécessionnistes. Ceux-ci seront sans doute mis à l’épreuve lors des élections nationales prévues en octobre.

J’ai terminé mon périple à Srebrenica, en retrouvant Jovana, une Serbe de 34 ans. Membre d’une association, elle tente depuis des années de retrouver la dépouille de son père. Il a été tué pendant la guerre et est toujours porté disparu comme de nombreux autres civils.

Euronews
Jovana avec ses filles.

Mais sa principale préoccupation aujourd’hui est de s’assurer que ses quatre enfants aient un avenir paisible. Lorsqu’on lui demande si elle partage les inquiétudes concernant une éventuelle résurgence de la violence ethnique et si elle aimerait voir la Republika Srpska se retirer des institutions de l’État, elle écarte les deux questions :

«Il y a des choses avec lesquelles les gens ne seront jamais en paix, tant qu’ils vivront. Mais dans l’ensemble, les communautés vivent ensemble, de façon tout à fait normale. Personnellement, je pense que la racine du problème est politique. Et ceux qui subissent les dommages collatéraux sont le peuple. Je ne me demande pas si je dois vivre en Bosnie-Herzégovine ou en Republika Srpska (indépendante). De toute façon, je ne pense pas que quelque chose changerait.

Laisser un commentaire

un × 2 =