Ursula von der Leyen will run for re-election as president of the European Commission

Jean Delaunay

État de l’Union : von der Leyen candidat à la réélection, sanctions et crise de Rafah

La candidature d’Ursula von der Leyen à la réélection, les sanctions contre la Russie et la crise de Rafah sont les thèmes de notre tour d’horizon hebdomadaire de la politique européenne.

Ursula von der Leyen se présentera aux élections et s’est déclarée cette semaine enthousiasmée par la possibilité d’un second mandat à la présidence de la Commission européenne. Un enthousiasme partagé par le Parti populaire européen (PPE), compte tenu de la notoriété qu’elle a acquise au sein de l’UE et dans le reste du monde.

Un autre fait marquant de cette semaine a été l’approbation du 13e paquet de sanctions contre la Russie suite à son invasion de l’Ukraine, lancé il y a deux ans. Le nouveau programme cible les entreprises qui aident la Russie à obtenir des produits sanctionnés, notamment celles basées en Chine, en Turquie et en Corée du Nord.

Josep Borrell, chef de la diplomatie de l’UE, a déclaré qu’après la mort en prison du chef de l’opposition russe Alexei Navalny, le régime de sanctions des droits de l’homme du bloc porterait désormais son nom.

La proposition a été discutée lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE, où il n’y a pas eu de consensus sur une déclaration appelant à un cessez-le-feu à Gaza. Une fois de plus, sans surprise, la Hongrie a été le seul des 27 pays à résister, notamment en appelant Israël à ne pas mener d’opération terrestre dans la ville de Rafah.

Environ 1,5 million de Palestiniens y ont trouvé refuge et la catastrophe humanitaire pourrait atteindre un nouveau niveau, prévient l’ONU. Achim Steiner, administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a eu des réunions avec la Commission européenne en début de semaine.

Invité par L’Observatoire de l’Europe pour discuter d’une éventuelle évacuation des Palestiniens vers l’Egypte en cas d’opération terrestre israélienne à Rafah, Steiner a considéré qu’il s’agissait d’un risque sérieux.

« La seule réponse à l’heure actuelle est un cessez-le-feu humanitaire. S’appuyer sur l’évacuation, vous savez, d’un million de personnes qui sont déjà déplacées à l’intérieur du pays, dans ces circonstances, pourrait, comme beaucoup l’ont dit, entraîner une perte de vies absolument catastrophique. , » il a dit.

« Par conséquent, je pense que les spéculations sur d’autres endroits où les gens pourraient se déplacer ne sont pas celles que nous considérons comme réalisables à l’ONU, et nous ne souhaitons pas non plus participer à une réinstallation forcée de personnes », a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

1 × 2 =