Incoming NATO chief Mark Rutte greets Ukraine

Jean Delaunay

État de l’Union : Rutte nouveau chef de l’OTAN, négociations d’adhésion à l’UE avec l’Ukraine

Cette édition de l’État de l’Union se concentre sur la nomination de Mark Rutte comme prochain secrétaire général de l’OTAN et sur l’ouverture des négociations d’adhésion à l’UE avec l’Ukraine.

Mark Rutte a réussi ! L’OTAN a finalement nommé le Premier ministre néerlandais sortant comme prochain patron.

Cette décision est devenue une formalité après que son seul rival pour le poste, le président roumain Klaus Iohannis, ait quitté la course, sa candidature n’ayant pas réussi à gagner du terrain.

Les dirigeants de l’OTAN l’accueilleront officiellement à leur table lors d’un sommet à Washington dans un peu plus d’une semaine.

Pour l’Ukraine, la nomination de Rutte, un féroce critique de Vladimir Poutine qui a qualifié le soi-disant plan de paix russe de « complètement fou », a été une excellente nouvelle.

Et il y a eu d’autres bonnes nouvelles pour Kiev cette semaine.

L’UE a officiellement ouvert les négociations sur l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne. Cela a été salué comme historique, mais la réalité est qu’il reste un très long chemin à parcourir.

Néanmoins, la présidence belge sortante de l’UE a considéré ces négociations comme un moyen de remonter le moral.

« Nous savons que nous avons beaucoup de travail devant nous », a déclaré la ministre belge des Affaires étrangères, Hadja Lahbib. « Mais avec une détermination sans faille, nous sommes convaincus que l’Ukraine peut y parvenir. Nous vous soutiendrons à chaque étape du processus. Vous n’êtes pas seuls. Nous sommes à vos côtés. »

Il est peu probable que la future présidence hongroise de l’UE soutienne l’Ukraine. Budapest a bloqué toute aide à l’Ukraine à chaque fois qu’elle le pouvait.

Est-ce que cela va changer ?

Nous avons parlé à Teona Lavrelashvili, politologue à l’Université catholique de Louvain et chercheuse invitée au Centre Wilfried Martens d’études européennes pour en savoir plus.

L’Observatoire de l’Europe : Ainsi, l’UE a entamé les négociations d’adhésion avec l’Ukraine et la Moldavie quelques jours seulement avant que la Hongrie n’assume la présidence tournante du Conseil. Est-ce une coïncidence ?

Lavrelashvili : Eh bien, je dirais que ce n’est pas une coïncidence. Car nous savons que la priorité de la Hongrie se porte principalement sur les Balkans occidentaux, notamment sur la Serbie. C’est pourquoi je pense que les dirigeants de l’UE ont été, disons, suffisamment constructifs et intelligents pour entamer les négociations d’adhésion avec la Moldavie et l’Ukraine avant la présidence hongroise.

L’Observatoire de l’Europe : L’ouverture des négociations n’étant qu’une petite étape dans un long chemin vers l’adhésion, la Hongrie peut-elle encore faire dérailler le processus ?

Lavrelashvili : Je pense que vous avez bien remarqué et fait remarquer que les mesures ont duré longtemps. Et en ce qui concerne le rôle de la Hongrie, nous devons bien sûr examiner la situation dans son ensemble. Nous devrons également observer qui se chargera de l’élargissement. Mais je dirais que, oui, la Hongrie disposera toujours de certains outils pour influencer le processus d’élargissement dans les mois à venir.

L’Observatoire de l’Europe : Outre la Hongrie, il existe un autre obstacle à l’élargissement : une certaine lassitude de certains pays vis-à-vis de l’Ukraine. Est-ce dangereux pour Kiev ?

Lavrelashvili : C’est dangereux à long terme. Mais à court terme, je dirais que les négociations d’élargissement et les chapitres d’ouverture et de fermeture qui sont des processus bureaucratiques et techniques vont se poursuivre. Je pense que c’est une opportunité énorme pour l’Ukraine, mais aussi pour la Moldavie, car cela offrira à ces pays une immense fenêtre d’opportunité pour leur rapprochement avec l’Union européenne. Et, bien sûr, nous savons que l’expertise fait défaut. Je pense que nous devons être clairs à cet égard, notamment en ce qui concerne l’environnement et l’agriculture. Et je pense que Bruxelles devra également aider beaucoup de ces pays.

L’Observatoire de l’Europe : Quand pouvons-nous espérer de manière réaliste que l’Ukraine devienne un État membre de l’UE ?

Lavrelashvili : C’est une question délicate. Et je pense que nous ne pouvons pas avoir de date limite ou de calendrier à cet égard car cela dépend de nombreux facteurs. D’un côté, nous avons la volonté politique de l’Union européenne. Et d’un autre côté, la balle est entre les mains et dans le camp de l’Ukraine. Cela dépend du rythme des réformes, mais aussi de la situation sécuritaire, je dirais, de la façon dont cela évoluera, car nous n’avons pas discuté de l’un des obstacles et obstacles importants, disons, à l’intégration européenne. L’élargissement en tant que tel constituera également des considérations de sécurité, à côté des considérations budgétaires du côté de l’UE. Les défis sont donc là. Je dirais donc qu’il est délicat de fixer un délai concret. Mais, encore une fois, le plus important est de bénéficier autant que possible du processus de négociations d’élargissement lui-même et de faire de l’élargissement une expérience transformatrice pour l’Ukraine, mais aussi pour les autres pays visés par l’élargissement.

Laisser un commentaire

quinze + dix-neuf =