EU Commission President Ursula von der Leyen during a ceremony to mark the 20th Anniversary of the 2004 EU enlargement, Wednesday, April 24.

Jean Delaunay

État de l’Union : nostalgie de l’élargissement et nouveaux défis dans l’UE

Cette édition de l’État de l’Union se concentre sur le « Big Bang » de l’élargissement de 2004, les spéculations sur de nouvelles alliances politiques après les élections et les fissures importantes dans le bloc des partis d’extrême droite.

Il y a vingt ans cette semaine, l’Union européenne connaissait le plus grand processus d’élargissement jamais réalisé.

Le 1er mai 2004, dix États ont rejoint simultanément le bloc, dont sept situés au-delà de l’ancien rideau de fer. Certains l’ont surnommé le « Big Bang ».

Dans une célébration plutôt muette, les institutions européennes de Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg ont été illuminées pour l’occasion cette semaine.

Le président du Conseil de l’UE, Charles Michel, a plaidé en faveur de nouveaux membres : « L’élargissement est vital pour l’avenir de l’UE, car sans élargissement, il existe en fait un risque d’apparition d’un nouveau rideau de fer, ce qui serait extrêmement dangereux si l’on avait un voisinage instable. avec un manque de prospérité ou un manque de développement économique.

Il est peu probable que des pays comme la Serbie, la Géorgie ou l’Ukraine obtiennent bientôt un siège à la table de Bruxelles.

Dans la campagne électorale en cours pour le Parlement européen, l’élargissement n’est pas un sujet brûlant, c’est le moins qu’on puisse dire.

En parlant de campagne… Cette semaine, les gens ont commencé à spéculer sur une nouvelle alliance politique, du jamais vu, à savoir une coalition de partis de centre droit et d’extrême droite.

Interrogée à ce sujet lors d’un débat, la présidente de la Commission et candidate de centre-droit Ursula von der Leyen a déclaré : « Cela dépend beaucoup de la composition du Parlement et de qui appartient à quel groupe ».

Cela cadre bien avec une déclaration de la Première ministre italienne d’extrême droite, Giorgia Meloni, qui aimerait faire équipe avec le Parti populaire européen de von der Leyen : « En plus d’être le leader des « Frères d’Italie », je suis le leader des conservateurs européens, qui veulent jouer un rôle décisif dans le changement d’orientation de la politique européenne.»

Le parti de Meloni est en tête des sondages dans son pays et elle vise à reproduire le projet au pouvoir en Italie : une alliance du PPE et des groupes d’extrême droite ECR et Identité et Démocratie.

Les sondages suggèrent que le prochain Parlement européen se déplacera encore plus à droite, alors que les partis nationalistes et populistes semblent gagner du terrain.

Certains observateurs prédisent déjà un agenda législatif paralysé par un solide bloc de droite. Mais une analyse récente du Conseil européen des relations étrangères montre qu’il existe de nombreuses fissures dans ce bloc.

Nous en avons parlé avec Pawel Zerka, chercheur principal en politique à l’ECFR et analyste principal de l’opinion publique européenne.

L’Observatoire de l’Europe : Ainsi, votre récent sondage suggère de profondes divisions entre les partis d’extrême droite européens. Comment cela se traduit-il, par exemple, en matière de soutien à l’Ukraine ?

Zerka : C’est donc un des domaines sur lesquels les partis d’extrême droite auront du mal à se mettre d’accord. Pas seulement l’extrême droite, mais aussi les eurosceptiques. Il y a donc évidemment certains partis, comme Alternative pour l’Allemagne ou le parti de Geert Wilders aux Pays-Bas, qui sont bien plus du côté du refus de l’Ukraine et qui considèrent le soutien actuel de l’Europe comme un belliciste. Mais il existe bien sûr des partis, comme celui du Droit et de la Justice polonais, qui soutiennent fortement l’Ukraine. Et même en Italie, Giorgia Meloni s’est montrée une fervente transatlantique et une partisane fiable d’une ligne européenne de soutien à l’Ukraine.

L’Observatoire de l’Europe : Qu’en est-il d’une hypothétique sortie de l’UE ? N’est-ce pas un projet favori des partis nationalistes ?

Zerka : Ce n’est plus si à la mode en Europe. Et de nombreux partis européens d’extrême droite, anti-européens ou eurosceptiques ont choisi dès maintenant de se concentrer sur la réparation de l’Europe de l’intérieur plutôt que de quitter l’UE.

L’Observatoire de l’Europe : Nous sommes à quelques semaines du jour des élections – quelle serait une stratégie pour contrer l’extrême droite dans la campagne électorale ?

Zerka : Le problème que je vois actuellement, c’est que de nombreux partis d’extrême droite ont des électorats fortement mobilisés. Alors leurs électeurs estiment que ce sont des élections importantes et ils veulent, en grande partie, aller voter, alors que les électorats du côté pro-européen sont souvent assez démobilisés, comme si les gens ne comprenaient pas quels sont les enjeux de cette élection ? Pourquoi est-ce important ? Ma principale recommandation aux dirigeants des partis pro-européens est donc d’exprimer très clairement à leurs électeurs pourquoi ces élections sont importantes.

L’Observatoire de l’Europe : Et qu’en est-il des électeurs des partis d’extrême droite, peuvent-ils encore être influencés ?

Zerka : Rarement. Je pense que la question est surtout de savoir s’ils seront fortement mobilisés ou si certains d’entre eux resteront chez eux. Si le côté pro-européen rappelle aux électeurs les différents risques que comporte le vote pour l’AfD en Allemagne, Marine Le Pen en France ou Kaczynski en Pologne, alors peut-être que certains de ceux qui disent actuellement : oui, j’aimerais voter pour ces fêtes. Peut-être qu’ils y réfléchiront à deux fois.

Par ailleurs, nous sommes désormais à une semaine de l’un des plus grands événements européens de l’année, le Concours européen de la chanson, organisé par la ville suédoise de Malmö.

Alors que les préparatifs techniques et artistiques vont bon train, l’événement cause de gros maux de tête aux autorités de sécurité suédoises.

Dans un rapport de 23 pages, pour la plupart classifié, les forces de l’ordre résument les graves menaces qui pèsent sur la concurrence. Comme les cyberattaques, les attaques par déni de service ou les troubles civils.

Les autorités sont également confrontées au fait que la Suède constitue une cible privilégiée pour les organisations terroristes islamistes violentes.

De plus, d’importantes manifestations contre la participation d’Israël au concours sont attendues.

La police suédoise estime être préparée à toutes sortes de scénarios.

Ils espèrent que le Concours européen de la chanson se déroulera sans problème – et je suppose qu’ils souhaitent également que la Suède ne gagne pas cette fois-ci, afin que quelqu’un d’autre puisse accueillir l’événement l’année prochaine.

Laisser un commentaire

11 + neuf =