The ICC

Jean Delaunay

État de l’Union : les divisions de l’Europe sur le Moyen-Orient

Cette édition de l’État de l’Union se concentre sur les divisions au sein de l’UE à propos du Moyen-Orient, les hésitations occidentales à armer l’Ukraine, les liens croissants de la Moldavie avec l’UE et l’émission d’une pièce commémorative en souvenir du jour J.

Cette semaine, nous avons été témoins, une fois de plus, de profondes divisions entre les États membres de l’UE sur le conflit en cours au Moyen-Orient.

La raison en était la décision de la Cour pénale internationale de demander des mandats d’arrêt contre le Premier ministre israélien et son chef de la Défense ainsi que contre trois dirigeants du Hamas.

Les réactions allaient de l’accueil favorable à la décision de la Cour – en Belgique, en France et en Slovénie – à des critiques sous diverses formes – en Allemagne, en Autriche et en République tchèque.

La désunion s’est également manifestée lorsque l’Irlande, l’Espagne et la Norvège ont décidé de reconnaître la Palestine en tant qu’État indépendant – ce qui faisait l’objet de discussions depuis un certain temps.

« Très franchement, parce que nous devons garder vivants l’espoir, le rêve et l’objectif d’une solution à deux États à un moment où, malheureusement, d’autres travaillent à saper cette solution », a déclaré le Premier ministre irlandais Simon Harris à L’Observatoire de l’Europe.

« L’Irlande aurait de loin préféré que cela s’inscrive dans le cadre d’un processus de paix. Mais nous ne pouvons pas attendre éternellement. Cela fait très longtemps, plusieurs décennies, depuis les accords d’Oslo. »

Défense aérienne ukrainienne

Il y a davantage d’unité européenne concernant l’Ukraine – en apparence. Mais lorsqu’il s’agit de livraisons d’armes, les actes n’ont pas toujours été à la hauteur des paroles.

Les alliés occidentaux mettent trop de temps à prendre des décisions clés, déplore l’Ukraine, à un moment où la Russie semble intensifier son offensive dans le nord-est.

Face aux attaques incessantes de la Russie, la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock, lors d’une visite à Kiev, a averti que le pays devait renforcer sa défense aérienne – avec l’aide occidentale.

«Certaines roquettes et missiles pourraient être abattus par la défense aérienne, mais évidemment pas tous. Et c’est pourquoi j’appelle le monde entier à accroître le soutien à la défense aérienne.»

L’avenir de la Moldavie dans l’UE

La Moldavie, un pays pris en sandwich entre la Roumanie, membre de l’UE et de l’OTAN, et l’Ukraine, surveille la guerre de très près.

L’ancienne république soviétique défie depuis longtemps les avertissements de Moscou selon lesquels une intégration occidentale plus étroite pourrait la mettre face au sort de l’Ukraine.

Néanmoins, la Moldavie a signé cette semaine un partenariat de défense avec Bruxelles, une étape destinée à rapprocher le pays de l’UE. Le pays est candidat à l’adhésion au bloc et des négociations formelles devraient commencer le mois prochain.

Pour en savoir plus, nous avons parlé à Daniela Vidaicu, directrice exécutive de la Fondation Moldavie Soros.

L’Observatoire de l’Europe : Alors, quelle est l’importance des négociations d’adhésion à l’UE pour le public moldave ? Comment les gens perçoivent-ils l’adhésion à l’UE ?

Vidaicu: Eh bien, la conférence intergouvernementale qui se tiendra prochainement est l’événement politique le plus important pour la population moldave pro-européenne. (…) La Moldavie est une société inclusive, elle a réussi à franchir de très bonnes étapes dans la mise en œuvre des réformes nationales et intérieures afin que le pays et la société se transforment. Et les négociations devraient vraiment avancer pour être irréversibles. Pour les Moldaves, comme vous le demandez, à la fois pour ceux qui vivent dans le pays, mais aussi pour ceux qui vivent à l’étranger dans les États membres de l’UE (et) détiennent déjà la citoyenneté européenne, l’intégration européenne de la Moldavie est très importante en tant que plan de développement et le plan stratégique probablement le plus important depuis son indépendance.

L’Observatoire de l’Europe : Nous entendons beaucoup parler de désinformation russe. Dites-nous ce qui se passe ?

Vidaicu : Eh bien, malheureusement, la Moldavie est l’un des pays européens les plus touchés par la propagande russe, qui est très coordonnée par les partis russes, les médias russes, les réseaux sociaux et les influenceurs russes. Depuis l’invasion russe de l’Ukraine, la Moldavie est confrontée à une guerre hybride très compliquée, complexe et agressive qui compromet son développement, sa cohésion sociale, son indépendance et sa sécurité. Et l’objectif est en réalité d’accroître la polarisation de la population et le scepticisme à l’égard de l’intégration européenne du pays et de maintenir le pays sous contrôle russe. Ainsi, les fausses nouvelles, la désinformation, la manipulation et l’ingérence russe ciblent les vulnérabilités sociales, économiques ou politiques moldaves pour maintenir le pays dans la pauvreté et saper le développement européen du pays.

L’Observatoire de l’Europe : Un référendum constitutionnel est prévu, des élections auront lieu en octobre. Comment se déroulent ces campagnes et dans quelle mesure l’UE participe-t-elle au débat ?

Vidaicu : Oui, en effet. En octobre 2024, la Moldavie accueillera deux événements électoraux importants. Les deux événements sont considérés comme très pertinents et cruciaux pour l’avenir moldave et auront lieu le même jour. Nous avons le gouvernement pro-européen et le président qui a annoncé son intention de briguer un deuxième mandat, la société civile et les médias qui soutiennent l’intégration européenne. Et nous avons les partis pro-russes et les médias russes qui tentent de convaincre la population de ne pas aller au référendum, de boycotter le référendum ou de voter contre le référendum.

Juin 1944 – juin 2024

Dans quelques semaines, les Alliés célébreront le 80e anniversaire du jour J, qui marqua le début de la Seconde Guerre mondiale et la libération de l’Europe des nazis.

En hommage aux anciens combattants tombés au combat et aux survivants, la Monnaie royale britannique a dévoilé une pièce commémorative représentant des soldats débarquant d’une péniche de débarquement.

Plus de deux millions de soldats, marins, pilotes, médecins et autres personnes provenant d’une douzaine de pays ont été impliqués dans l’opération Overlord.

Et près de 160 000 soldats ont attaqué les plages aux noms de code d’Utah, Omaha, Gold, Juno et Sword le 6 juin 1944.

Il y a quelques jours, à l’occasion de la sortie de la pièce, son dessin a été recréé en Normandie, sur Gold Beach. Tout à fait approprié.

D’une largeur de 35 mètres, l’art du sable a rappelé la bravoure et les sacrifices des troupes alliées – pendant quelques jours.

La pièce, en revanche, est permanente.

Laisser un commentaire

quatre × cinq =