État de l'Union : les dirigeants de l'UE digèrent la mutinerie en Russie

Jean Delaunay

État de l’Union : les dirigeants de l’UE digèrent la mutinerie en Russie

Les dirigeants européens se sont réunis à Bruxelles cette semaine, quelques jours seulement après la rébellion éphémère des mercenaires wagnériens.

Les décideurs politiques européens ont passé la semaine à comprendre les ramifications de la mutinerie ratée du groupe de mercenaires Wagner et de la marche sur Moscou.

Un événement qui a stupéfié les analystes occidentaux et leur a laissé plus de questions que de réponses.

Mais apparemment, la guerre en Ukraine a provoqué d’immenses tensions au sein du système et de l’armée de Poutine, entraînant une lente montée de la colère et de la frustration.

Les oligarques perdent des tonnes d’argent tandis que les extrémistes militaires de Moscou pensent que Poutine n’est pas assez agressif en Ukraine.

Pourtant, le patron de Wagner, Yevgeny Prigozhin, n’a finalement pas réussi à convaincre l’appareil de sécurité russe de se joindre à sa révolte – et Poutine a gardé le dessus. Pour l’instant.

La réflexion à Bruxelles est que l’ensemble de l’épisode est plutôt positif pour l’Ukraine.

« Si votre adversaire a un combat interne entre différentes parties, il est évident que c’est une chose positive du point de vue des opérations militaires », a déclaré le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell.

« Soudain, les troupes de Wagner ont abandonné leurs positions en première ligne et sont allées faire autre chose. Cela pour les Ukrainiens ne peut être que positif. »

Entre-temps. Les généraux les plus hauts gradés de la Russie ont disparu de la vue du public au milieu d’une campagne du président Vladimir Poutine pour réaffirmer son autorité.

Peut-être a-t-il été réconforté par le fait que Washington, dans un contact indirect avec Moscou au milieu de la mutinerie, l’a rassuré sur le fait que les Américains n’avaient rien à voir avec cela.

Oui, c’est la politique américaine de défendre l’Ukraine, mais pas de renverser Poutine ou de détruire la Russie.

Au sommet de l’UE à Bruxelles, le chancelier allemand Olaf Scholz avait le même message.

« Nous ne sommes pas partie prenante de ce qui se passe en Russie. C’est un problème que Poutine s’est lui-même créé. Nous ne pouvons que le constater.

« Et notre objectif ici n’est pas un changement de régime en Russie. Notre objectif que nous poursuivons est une Ukraine indépendante. »

La situation en Russie figurait en tête de l’ordre du jour du sommet, avec l’immigration et les relations avec la Chine.

Ce qui n’était pas du tout à l’ordre du jour était la réforme du marché de l’électricité de l’UE, une priorité absolue depuis que les ménages et les entreprises européennes ont été frappés pour la première fois avec des factures d’électricité astronomiques il y a un an.

Une proposition de la Commission européenne de décembre dernier est toujours embourbée dans un vilain va-et-vient entre les États membres.

Ses principaux objectifs devraient être simples : protéger les consommateurs, renforcer la stabilité des coûts énergétiques et stimuler les investissements dans les énergies renouvelables.

Pourtant, une récente réunion des ministres de l’énergie s’est soldée par un désaccord.

Dans une interview accordée à L’Observatoire de l’Europe, Miguel Stilwell de Andrade, PDG de la société énergétique portugaise EDP, leader mondial des énergies renouvelables, a déclaré que la proposition de Bruxelles était bonne.

« Ce que la Commission européenne a présenté comme proposition pour cette nouvelle conception du marché est très raisonnable. Malheureusement, ce que nous avons vu maintenant, c’est que, comme cela passe par le Parlement et par le Conseil européen, oui, ils m’en disaient plus plus d’un millier d’amendements ont été proposés », a déclaré de Andrade.

« Et donc, je pense qu’il reste encore beaucoup à discuter pour essayer de s’assurer que nous obtenons quelque chose de cohérent et solide et qui ne déforme pas fondamentalement le modèle de marché existant. »

Laisser un commentaire

11 − deux =