Charles Michel

Jean Delaunay

État de l’Union : le président du Conseil qui a stupéfié Bruxelles

Cette semaine, le président du Conseil de l’UE, Charles Michel, a annoncé qu’il démissionnerait pour briguer un siège au Parlement européen.

Lorsque les Ukrainiens écoutent les dirigeants européens parler de leur soutien à l’effort de guerre, ils ont toutes les raisons d’être irrités par le manque d’action – si « irrité » est le bon mot quand on est engagé dans une guerre d’usure sanglante avec la Russie.

Un programme d’aide de l’UE de 50 milliards d’euros destiné à aider l’Ukraine à payer ses factures au cours des prochaines années est retardé par la Hongrie, tandis que l’objectif de fournir au pays un million de cartouches d’ici mars ne sera probablement pas atteint, et de loin.

Cette semaine, le chancelier allemand Olaf Scholz a tiré la sonnette d’alarme.

Avec 17 milliards d’euros, son pays est le deuxième donateur d’aide militaire à l’Ukraine après les Etats-Unis et si l’Europe veut empêcher une victoire russe, ses collègues feraient mieux de monter au créneau, a-t-il déclaré.

« Aussi importante que soit notre contribution allemande, elle ne suffira pas à elle seule à garantir la sécurité de l’Ukraine à long terme. C’est pourquoi j’appelle nos alliés de l’Union européenne à intensifier leurs efforts en faveur de l’Ukraine. Quoi qu’il en soit, les livraisons d’armes à l’Ukraine prévues jusqu’à présent par la majorité des États membres de l’UE sont trop faibles.»

De qui Scholz parlait-il ? Il n’a cité aucun nom, mais la France, l’Italie et l’Espagne n’ont fourni qu’un total de 1,6 milliard d’euros d’aide militaire à l’Ukraine, selon les données de l’Institut de Kiel.

L’homme chargé de coordonner la politique de l’UE, de faciliter la prise de décision et d’assurer la solidarité européenne est Charles Michel. En tant que président du Conseil européen représentant les gouvernements nationaux, sa tâche consiste à fixer l’ordre du jour, à trouver des compromis et à débloquer les impasses.

Cette semaine, l’ancien Premier ministre belge a annoncé qu’il briguerait un siège au Parlement européen qui, en cas de succès, lui permettrait de quitter son poste actuel plusieurs mois plus tôt. La bulle bruxelloise a été abasourdie mais Michel lui-même y voit une décision presque naturelle.

« Ne pas être candidat aurait été une forme d’évasion. Être candidat, c’est prendre ses responsabilités. Pendant quatre ans, au sein du Conseil européen, j’ai participé aux décisions fondamentales pour 450 millions de citoyens européens. Il est donc normal d’être responsable, d’expliquer les décisions et ce que nous voulons pour l’avenir.

Beaucoup de gens étaient confus.

« Dans ce cas particulier, cela est important car cela déclenche toute une réaction en chaîne que nous avons vue et qui a créé beaucoup d’agitation à Bruxelles et ailleurs dans les capitales européennes, car le départ du poste de président du Conseil laisse ce poste ouvert. théoriquement pendant environ six mois », a déclaré Doru Frantescu, PDG et fondateur de la plateforme de recherche EUMatrix, à l’état de l’Union d’L’Observatoire de l’Europe.

« C’est un plan très difficile, très compliqué au lendemain des élections européennes. C’est au moment où les dirigeants européens doivent se mettre d’accord sur la composition de la prochaine Commission européenne, les deux prochains postes, mais aussi le prochain agenda législatif, les priorités .

« Et dans ce cas particulier, le départ de Charles Michel créerait aussi une sorte de vide de pouvoir et de vide juridique car en l’absence d’une autre personne qui assumerait par défaut la présidence du Conseil, la présidence reviendrait au Premier ministre. de la présidence tournante, en l’occurrence M. Viktor Orbán de Hongrie, qui, comme nous le savons, a eu des relations difficiles avec Bruxelles au fil du temps. Et c’est ce qui inquiète certains hommes politiques de l’UE qui tentent de trouver une solution pour cela n’arrivera pas », a-t-il ajouté.

Parallèlement, le ministre italien des Affaires étrangères Antonio Tajani, ancien président du Parlement européen, a suggéré cette semaine de fusionner les postes de président du Conseil et de président de la Commission afin de rendre le processus décisionnel européen plus efficace.

Mais pour Frantescu, « cela nécessiterait une modification des traités qui ne peut pas se faire comme ça, par décision des dirigeants politiques ».

Alors que l’extrême droite s’attend à une montée en puissance lors des élections européennes de juin, la décision de Michel pourrait-elle être conçue pour limiter les dégâts pour les libéraux ?

« Je pense que les libéraux ont certainement besoin d’un élément pour rendre leur campagne plus positive à l’égard des élections européennes, car ils souffrent actuellement des sondages. Les projections montrent désormais que si les élections avaient lieu cette semaine, ils y perdraient des sièges. , ce qui est également le cas des autres partis politiques du centre », a déclaré Frantescu.

« Dans l’état actuel des choses, l’électorat se dirige vers la droite. Les nationalistes devraient remporter un nombre substantiel de sièges, ce qui modifierait effectivement le modèle de formation d’une majorité au prochain Parlement, en particulier sur certaines politiques spécifiques », il a aussi dit.

Laisser un commentaire

dix-huit + 8 =