État de l'Union : la Turquie retire son veto à l'OTAN à la Suède

Jean Delaunay

État de l’Union : la Turquie retire son veto à l’OTAN à la Suède

Ankara avait refusé d’approuver Stockholm comme candidat à l’alliance militaire occidentale depuis l’année dernière.

Cette semaine, le moment que l’OTAN attendait depuis des mois est enfin arrivé, alors que la Turquie a levé son veto à l’adhésion de la Suède à l’adhésion à l’alliance militaire.

« C’est un jour historique car nous avons un engagement clair de la part de la Turquie de soumettre les documents de ratification à la Grande Assemblée nationale et de travailler plus étroitement avec l’Assemblée pour assurer la ratification », a déclaré lundi le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

L’accord est intervenu de manière inattendue, le président turc Recep Tayyip Erdogan ayant annoncé la veille qu’il ne soutiendrait la candidature de Stockholm à l’OTAN que si l’Union européenne reprenait les pourparlers d’adhésion de longue date avec Ankara – un refus pour la plupart des pays de l’UE.

En fin de compte, Erdogan a soutenu la candidature de la Suède après avoir reçu le soutien de conditions clés allant de l’achat d’avions de chasse américains F-16 à des voyages sans visa dans l’espace Schengen.

La loi sur la restauration de la nature survit

Après des mois de querelles amères, le Parlement européen a adopté de justesse une loi clé pour protéger la nature – un pilier central du Green Deal de l’UE.

Bien que les détails devront encore être débattus avec les États membres, la loi placera des mesures de récupération sur 20 % des terres et des mers de l’UE d’ici la fin de cette décennie et sur tous les écosystèmes dégradés d’ici le milieu du siècle.

À la tête de l’opposition se trouvait le Parti populaire européen de centre-droit, qui affirmait que la loi sur la restauration de la nature pouvait saper la sécurité alimentaire et alimenter l’inflation.

Les partisans du projet de loi les ont accusés de faire peur avant les élections européennes de l’année prochaine.

Cela soulève la question : faire campagne sur la peur de l’inflation des gens pourrait-il être un argument gagnant ?

Seulement si l’environnement économique reste volatil et l’inflation reste obstinément élevée, ce qui, pour l’instant, semble être le cas.

Ann-Katrin Petersen, stratège en investissement senior et directrice du BlackRock Investment Institute, a déclaré dans une interview que cela devrait rester.

« La réalité est que l’inflation a baissé grâce à la baisse des prix de l’énergie. C’est un soulagement pour les ménages privés et les entreprises en Europe », a déclaré Petersen à L’Observatoire de l’Europe.

« Cependant, un certain nombre de facteurs, y compris le marché du travail tendu – gardons à l’esprit que le chômage dans la zone euro est toujours proche d’un creux de plusieurs décennies – signifient des salaires plus élevés et des pressions sous-jacentes plus élevées sur les coûts.

« Donc, en un mot, nous pourrions être confrontés à une inflation persistante », a-t-elle ajouté.

Les députés soutiennent la production d’armes

La loi sur la restauration de la nature n’a pas été le seul vote consécutif à avoir lieu au Parlement cette semaine.

Jeudi, il a soutenu l’utilisation de pas moins de 500 millions d’euros du budget de l’UE pour financer les capacités de production industrielle du bloc pour les munitions, telles que les missiles sol-sol et l’artillerie.

Le règlement, connu sous le nom de loi de soutien à la production de munitions (ASAP), a été proposé par la Commission européenne en mai, mais a été accéléré dans le processus législatif de l’UE, presque tous les groupes politiques ayant voté en sa faveur.

« Nous ne devons pas nous abstenir de soutenir les capacités défensives comme celle que nous apportons avec ce règlement, pour garantir que l’Ukraine ne manquera pas de munitions dont elle a besoin pour se défendre contre l’agression », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Brando Benifei, député européen socialiste italien.

C’est la première fois que l’UE finance directement la production d’armes. Mais tout le monde n’en était pas content.

« Cela signifie que nous avons maintenant une situation dans laquelle l’Union européenne ne finance pas seulement la recherche et le développement d’armes, mais pas seulement par les armes, mais va également financer directement la production d’armes par des entreprises qui réalisent déjà des bénéfices excessifs », a-t-il ajouté. Marc Botenga, un eurodéputé de gauche a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Laisser un commentaire

3 × 1 =