Sudanese Children suffering from malnutrition are treated at an MSF clinic in Metche Camp, Chad, near the Sudanese border, on April 6, 2024.

Milos Schmidt

État de l’Union : famine imminente au Soudan et présidence de l’UE par Orbán

Cette édition de l’État de l’Union se concentre sur le début de la présidence tournante de la Hongrie au sein de l’UE et sur la catastrophe humanitaire en cours au Soudan.

Si vous pensiez que l’activité diminuerait avec le début de l’été, vous feriez mieux d’y repenser.

Les élections surprises en France et au Royaume-Uni ont fourni des lectures totalement différentes de l’humeur politique des gens.

Les groupes politiques du Parlement européen continuent de lutter pour trouver des partenaires et des alliances avant leur session d’ouverture à Strasbourg dans moins de deux semaines.

Et la Belgique a confié la présidence tournante de l’UE à la Hongrie, ennemie de longue date de Bruxelles !

Les caprices du calendrier ont voulu que le gouvernement de Viktor Orbán soit désormais en charge de l’agenda de l’UE – ce qui est comme le renard gardant le poulailler, comme l’a dit un observateur.

Cette semaine, Orbán s’est également rendu en Ukraine et a lancé une nouvelle alliance de droite, Patriotes pour l’Europe, qui pourrait devenir le plus grand refuge pour les partis partageant les mêmes idées au Parlement européen.

Tant d’activité pour un seul objectif : rendre à l’Europe sa grandeur !

« Si nous voulons arrêter le déclin actuel, si nous voulons arrêter de perdre toujours plus de notre force et si nous voulons redevenir forts, alors nous devons devenir grands », a déclaré Orbán dans une interview télévisée.

« Comment pourrions-nous rivaliser avec les États-Unis, qui se sont rendus grands, si nous ne voulons pas devenir grands nous-mêmes ? »

La grandeur de l’Europe, pour reprendre les mots de Viktor Orbán, dépend également de la manière dont l’UE agit sur la scène internationale et dans les grandes crises du monde.

Des centaines de milliers de personnes « confrontées à la famine ou à la faim »

Cette semaine, la communauté internationale a accordé une attention plus sérieuse à la situation au Soudan, qui est dévastatrice.

Depuis plus d’un an, le violent conflit entre l’armée soudanaise et les forces rebelles a déplacé des centaines de milliers de personnes qui n’ont pratiquement rien à manger.

Plusieurs agences de l’ONU ont émis des avertissements urgents.

« Nous sommes dans une course contre la montre, non seulement pour avoir suffisamment de ressources, mais aussi pour pouvoir les fournir aux personnes qui sont au bord de la famine », a déclaré Eddie Rowe, directeur du Programme alimentaire mondial des Nations Unies pour le Soudan.

Il y a quelques jours, le Comité international de secours a publié une alerte à la crise au Soudan pour mettre en évidence la trajectoire de cette catastrophe humanitaire.

Le rapport déplore l’échec diplomatique face à la catastrophe et appelle à une réinitialisation totale de la réponse humanitaire.

Pour en savoir plus, nous avons parlé à Eatizaz Yousif, directeur du Soudan au Comité international de secours.

L’Observatoire de l’Europe : Nous entendons beaucoup parler de la catastrophe humanitaire au Soudan. Pouvez-vous nous donner une idée de l’ampleur de la situation ?

Yousif : Je crois que Susan traverse une période très difficile. La moitié de la population du Soudan est confrontée à l’insécurité alimentaire au niveau de l’IPC et près de 750 000 personnes sont réellement confrontées à la famine. Et ces déplacements massifs placent le Soudan au premier rang des crises humanitaires.

L’Observatoire de l’Europe : Qui est responsable de cette situation, qui a laissé tomber le peuple soudanais ?

Yousif : Les combats incessants et le refus des deux parties de s’arrêter et de tenter de résoudre leurs problèmes sont des facteurs qui contribuent à cette situation. La pression de la communauté internationale contribue également à les contraindre à faire taire les armes. Le Soudan est également confronté à d’énormes problèmes de financement. Sur les 2,8 milliards de dollars demandés pour le plan d’aide humanitaire au Soudan, seuls 16 % sont financés à ce jour.

L’Observatoire de l’Europe : Pourquoi y a-t-il un tel manque d’attention sur la crise au niveau international ?

Yousif : Je pense que ce sont de multiples priorités concurrentes et de multiples crises qui se produisent à l’échelle mondiale. Vous pouvez les citer : Gaza, l’Ukraine, le Yémen, la Syrie. Et je pense aussi que la position géophysique du Soudan n’est pas si attrayante et ne suscite pas beaucoup d’attention.

L’Observatoire de l’Europe : Que devraient faire la communauté internationale et l’Union européenne en particulier pour aider ?

Yousif : Oui, je pense que l’UE et les États membres ont joué un rôle de premier plan dans la réponse internationale à la crise au Soudan, notamment en organisant récemment la conférence de Paris en avril et en intensifiant l’effort humanitaire. En outre, nous demandons à l’UE de mettre davantage de poids diplomatique pour garantir un cessez-le-feu et un accès humanitaire, et de renforcer son engagement auprès des acteurs régionaux. Car à l’heure actuelle, la pression politique est vraiment nécessaire.

Le passé esclavagiste des Pays-Bas

Cette semaine, les Pays-Bas ont également mis fin à l’Année de commémoration de l’esclavage, commémorant l’abolition de l’esclavage en 1863. La cérémonie principale a eu lieu dans l’Oosterpark d’Amsterdam, en présence du Premier ministre Mark Rutte, son dernier jour de mandat.

Pendant plus de 300 ans, des adultes et des enfants de différentes régions d’Afrique ont été enlevés et expédiés à travers l’Atlantique par des marchands d’esclaves néerlandais. Les anciennes colonies néerlandaises du Suriname et des îles des Caraïbes comme Aruba et Curaçao doivent leur prospérité économique au travail forcé des esclaves.

Avec l’Année du Souvenir, le gouvernement néerlandais a voulu contribuer à accroître durablement la connaissance d’une partie sous-exposée de l’histoire du pays.

Le gouvernement a également présenté des excuses et accordé des réparations.

Le 1er juillet s’appelle désormais Keti Koti – « le jour où les chaînes ont été brisées ».

Laisser un commentaire

deux × quatre =