État de l’Union : désaccords sur le calendrier de l’élargissement

Jean Delaunay

État de l’Union : désaccords sur le calendrier de l’élargissement

Dans cette édition de l’État de l’Union, nous examinons la réponse politique aux conditions météorologiques extrêmes et les désaccords institutionnels sur le calendrier de l’élargissement de l’UE.

L’état de l’Union est de retour après nos vacances d’été – une période qui a vu des températures monter en flèche et des tempêtes automnales comme jamais auparavant.

Encore une fois, cette semaine, la météo en Europe a été l’histoire de deux histoires.

En Grèce, les autorités ont encore renforcé les forces de lutte contre les incendies dans le nord-est du pays, où un incendie massif qui fait rage depuis la mi-août a repris.

Dans le même temps, une zone s’étendant du nord de l’Italie à l’Autriche et à la Slovénie a été frappée par de fortes pluies et des crues soudaines.

Le fait que le changement climatique contribue aux phénomènes météorologiques extrêmes est devenu monnaie courante, même dans les cercles politiques.

Voici le nouveau maître du Green Deal européen, le vice-président de la Commission européenne, Maroš Šefčovič, dans notre entretien en début de semaine :

« Ne rien faire à ce stade serait la pire solution possible car : regardons cet été. Regardons l’été dernier. L’été dernier, nous avons vu ce qui était terrible. Cet été, c’était bien pire. Et nous pouvons simplement nous préparer à ce à quoi ressembleraient les prochains étés si nous n’agissons pas.

Šefčovič a succédé à Frans Timmermans, qui a démissionné de la Commission européenne pour se présenter aux élections néerlandaises de novembre.

S’il devient le prochain Premier ministre du pays, il sera probablement confronté – avec ses collègues européens – à un problème majeur : l’élargissement de l’Union européenne.

Un sujet resté en veilleuse pendant de nombreuses années, mais qui fait désormais l’objet d’une attention accrue en raison des conséquences de la guerre en Ukraine.

Cette semaine, le président du Conseil de l’UE, Charles Michel, a présenté une proposition surprenante :

« Il faut parler de timing : il faut parler de nos devoirs, et j’ai une suggestion. Alors que nous préparons le prochain agenda stratégique de l’UE, nous devons nous fixer un objectif clair : je crois que nous devons être prêts des deux côtés à l’élargissement d’ici 2030. »

2030, c’est dans moins de sept ans ! La réaction à la proposition de Michel : pratiquement nulle.

Le Parlement européen joue un rôle clé dans le processus d’élargissement, car il doit ratifier les traités d’adhésion avec les pays candidats.

Nous en avons discuté avec celui qui supervise ce processus, David McAllister, président de la commission des affaires étrangères du Parlement européen.

L’Observatoire de l’Europe : Objectif 2030 pour le prochain cycle d’élargissement : est-ce une bonne idée ?

McAllister : Eh bien, la procédure pour devenir membre de l’Union européenne est très claire. Selon nos traités, un pays qui respecte nos valeurs et s’engage à les promouvoir peut à terme adhérer à l’Union européenne. Bien sûr, cela représente un long processus, mais toutes les conditions doivent être remplies. Donc, je ne me concentrerais pas tellement sur un état précis, mais je dirais toujours qu’un pays est prêt à rejoindre l’Union européenne lorsqu’il est réellement prêt. Et cela signifie qu’en fin de compte, toutes les conditions doivent être remplies. Financier, économique, politique et judiciaire.

L’Observatoire de l’Europe : La Commission européenne a rejeté la proposition de Charles Michel, suggérant que l’adhésion à l’UE est « fondée sur le mérite » et ne peut pas être accélérée. Pour moi, un tel désaccord public ne semble pas être le message qu’ils veulent envoyer… Votre avis ?

McAllister : Je n’exagérerais pas ces désaccords, tant le Conseil que la Commission, et d’ailleurs le Parlement européen également, sont favorables à l’adhésion d’autres pays à l’Union européenne. Et nous sommes tous d’accord sur le fait que, bien entendu, ce processus doit être fondé sur le mérite et que chaque pays doit être évalué individuellement. Au final, adhérer à l’Union européenne n’est pas un convoi, c’est une régate. Et un pays prêt à rejoindre l’Union européenne sera alors le bienvenu dans notre famille des nations.

L’Observatoire de l’Europe : Le président français Macron a de nouveau avancé l’argument selon lequel l’UE doit d’abord se réformer avant de pouvoir admettre de nouveaux membres. Dans quelle mesure cela est-il réaliste, étant donné que la guerre en Ukraine a accru la pression en faveur d’une accélération du processus d’élargissement ?

McAllister : Eh bien, le président Macron a raison. Oui, l’Union européenne doit être réformée. Avec déjà 27 Etats membres, il est difficile d’organiser notre organisation, qui repose encore sur des règles qui ont été faites pour neuf, 12 ou 15 Etats membres. Ce que nous devons donc faire au cours des prochaines années, c’est réformer l’Union européenne, la rendre plus efficace, la rendre plus démocratique, la rendre plus engagée et, d’un autre côté, préparer l’arrivée des nouveaux membres. Ainsi, vous pourriez faire une séance et l’autre chose en parallèle. Nous devons réformer et aider les États membres potentiels à rejoindre notre bloc. Je crois que l’Union européenne ne doit pas être un groupe fermé à 27 États membres. Nous devons rester ouverts aux nouveaux membres

L’Observatoire de l’Europe : Et enfin, je voudrais que vous essayiez de deviner : combien d’États membres l’UE comptera-t-elle en 2030 ?

McAllister : Je pense que nous utiliserons les sept prochaines années pour réformer notre Union européenne et soutenir les États membres potentiels, et que nous compterons plus de 27 États membres. Mais si cela s’est déjà produit d’ici 2030, cela n’est pas seulement entre nos mains, mais c’est en fin de compte principalement la tâche du pays candidat d’adopter et de mettre en œuvre réellement toutes les réformes nécessaires.

L’adhésion prochaine de l’Ukraine à l’UE dépend de l’issue de la guerre – quand elle surviendra.

L’un des épisodes plutôt bizarres de cette guerre a pris fin cette semaine : les funérailles d’Evgueni Prigojine.

Un enterrement privé a eu lieu pour le chef du groupe de mercenaires Wagner à Saint-Pétersbourg, à la suite d’un accident d’avion suspect deux mois après sa brève mutinerie qui a défié l’autorité de Vladimir Poutine.

Les circonstances de l’accident restent floues. Et nous n’en saurons peut-être jamais plus.

Cette semaine, le Kremlin a annoncé qu’une enquête internationale sur l’accident était hors de question.

Laisser un commentaire

2 × trois =