Police look on as demonstrators hold a banner outside the National Conservatism conference in Brussels

Jean Delaunay

État de l’Union : des enjeux qui alimentent la colère antidémocratique

Cette édition de l’État de l’Union se concentre sur trois questions qui alimentent la colère des citoyens face à l’establishment dans l’UE et au-delà : le népotisme possible au sein de la Commission européenne, la violation de la liberté d’expression et le projet de loi controversé sur les « agents étrangers » de la Géorgie.

Lorsque, en janvier, la Commission européenne a nommé l’eurodéputé chrétien-démocrate allemand Markus Pieper au nouveau poste d’envoyé pour les petites entreprises, cela a déclenché un tollé.

La raison : Markus Pieper a obtenu des résultats moins bons que les autres candidats au poste de prune avec près de 19 000 euros par mois.

Ce recrutement a suscité des accusations de copinage, Pieper appartenant au même parti politique que la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen.

Quatre collègues commissaires ont protesté par écrit et le Parlement européen, lors d’un vote écrasant, a demandé à von der Leyen d’annuler son embauche.

Cette semaine, lors de ce qui aurait dû être son premier jour de travail, Pieper a débranché la prise.

Il a démissionné, accusant le commissaire Thierry Breton de boycotter sa nomination pour des raisons partisanes.

Les choses seraient différentes après les élections européennes, avec de nouvelles majorités prévisibles, a déclaré Pieper d’un ton inquiétant.

Lorsque Jack Schickler d’L’Observatoire de l’Europe a demandé un commentaire de la Commission, le porte-parole n’était pas d’humeur…

Schickler : « Je me demande si vous pourriez commenter l’une ou l’autre de ces allégations qu’il a faites… »

Eric Mamer, porte-parole de la Commission européenne : « Non ! est ma réponse. Vous avez un suivi ?

Parfois, Bruxelles peut être dure avec vous !

C’est une expérience qu’ont vécue cette semaine les participants à un rassemblement nationaliste d’extrême droite à l’échelle européenne.

Des personnalités comme Viktor Orban et « Mr. Brexit” Nigel Farage étaient des conférenciers invités, mais les organisateurs ont eu du mal à trouver un lieu à Bruxelles disposé à les accueillir.

Lorsqu’ils en ont finalement trouvé un, la police est intervenue pour le fermer, agissant sur ordre du maire local.

Mais le plus haut tribunal de la capitale belge a ensuite autorisé la tenue de la réunion le lendemain.

Farage a vu tout cet incident comme un coup politique : « Ce qui s’est passé ici est maintenant sur la scène où les médias mondiaux montrent que les opinions légalement exprimées par ceux qui vont gagner les élections nationales ne sont plus acceptables ici. à Bruxelles, la patrie du mondialisme. »

Ce que l’affaire Pieper et les pressions exercées sur la conférence de lutte lointaine ont en commun, c’est qu’une partie de la population les considère toutes deux comme un jeu de pouvoir de l’establishment.

Ils soulignent le possible népotisme et la violation de la liberté d’expression comme preuve que notre système démocratique actuel est pourri.

Des chercheurs ont récemment découvert qu’un nombre croissant de citoyens dans les démocraties du monde entier en ont assez de la démocratie, en particulier des élections, et veulent autre chose.

Nous nous sommes entretenus avec Kevin Casas-Zamora, secrétaire général de l’Institut international pour la démocratie et l’assistance électorale (IDEA) basé à Stockholm.

L’Observatoire de l’Europe : Ainsi, votre dernière enquête sur les perceptions de la démocratie révèle que les électeurs du monde entier font preuve d’un scepticisme généralisé quant à la liberté et à l’équité de leurs élections – à qui la faute, Donald Trump ou Vladimir Poutine ?

Casas-Zamora : Je mettrais cela sur le compte du populisme, de la polarisation et de la post-vérité. Je pense que c’est là que réside la racine du problème, en particulier la polarisation, avec des niveaux de polarisation qui explosent. Beaucoup de gens risquent de se méfier du système électoral si leur tribu n’arrive pas en tête. C’est donc un facteur important. Et puis, en termes de personnes spécifiques, je dois penser que l’impact de ce qui s’est passé aux États-Unis en 2020, avec Trump sapant la crédibilité des élections, a certainement eu des ramifications mondiales.

L’Observatoire de l’Europe : Il y a une chose dans la méfiance à l’égard des élections, mais il y a aussi le désir apparent d’un leader fort et antidémocratique. Qu’avez-vous découvert?

Casas-Zamora : Il existe une forte demande pour ce que j’appellerais « l’efficacité ». Vous savez, l’idée selon laquelle nous avons besoin d’un gouvernement efficace, qu’il soit démocratique ou non. Sur 19 pays, dans huit d’entre eux, nous trouvons des opinions plus favorables que défavorables à l’égard de ce type de leadership. Donc, je suppose que c’est un sujet de préoccupation majeur.

L’Observatoire de l’Europe : Comment les gouvernements démocratiques devraient-ils répondre à ce scepticisme croissant au sein de leurs populations ?

Casas-Zamora : Je dirais qu’il est crucial de réduire les niveaux de polarisation. Je veux dire, essayer de trouver un terrain d’entente avec leurs opposants politiques pour forger des accords généraux visant à améliorer la qualité des services publics. Parce que pour la plupart des gens, ils façonnent leur perception de la démocratie dans leur relation avec le policier local, dans leur relation avec l’enseignant local de l’école locale, dans leur relation avec le juge local. C’est leur expérience avec les institutions. Et c’est de là que vient l’essentiel de la perception de la démocratie.

La Géorgie, déchirée entre un gouvernement parfois favorable au Kremlin et une opposition pro-européenne, est un pays qui peine à atteindre le plein standard démocratique.

Depuis des mois, malgré d’énormes protestations, le gouvernement tente de faire adopter un projet de loi controversé sur les « agents étrangers ».

Lors du débat au Parlement cette semaine, voici ce qui s’est produit : un chef de l’opposition a frappé un haut membre du gouvernement à la tête.

Ce qui a suivi a été un véritable chaos, indigne d’une quelconque démocratie.

Le projet de loi exigerait que toute organisation acceptant plus de 20 pour cent de son financement provenant de l’extérieur de la Géorgie soit enregistrée comme « poursuivant les intérêts d’une puissance étrangère ».

S’il devenait loi, cela compliquerait les efforts de la Géorgie pour rejoindre l’Union européenne.

Mais c’est probablement son objectif.

Laisser un commentaire

trois × quatre =