Members of European Parliament participate in a series of votes as they attend a plenary session at the European Parliament in Brussels, Wednesday, April 10, 2024.

Jean Delaunay

État de l’Union : décisions sur le climat, la transparence et la migration

Dans cette édition de l’État de l’Union, nous nous concentrons sur la décision climatique contre la Suisse, l’équité de la campagne électorale européenne et le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile.

La Suisse est un pays dont on parle rarement dans cette émission.

La Confédération n’est pas membre de l’UE, mais elle se classe au premier rang des pays politiquement stables, bien gouvernés et dotés de normes éthiques élevées. Elle figure également parmi les cinq premières nations du classement Sustainable Future.

Cette dernière réputation a cependant pris un coup dur cette semaine.

La Cour européenne des droits de l’homme a jugé que les autorités suisses sont responsables de ne pas mettre en œuvre des politiques climatiques efficaces et de violer ainsi le droit à la vie de sa population.

Le jugement ne prévoit aucune sanction mais crée un précédent important qui se répercutera probablement sur de futures poursuites.

La réaction du gouvernement suisse a été plutôt douce.

«La durabilité est très importante pour la Suisse», a déclaré la présidente fédérale Viola Amherd.

« La biodiversité est très importante pour la Suisse. Pour la Suisse, l’objectif zéro émission nette est très important. Nous y travaillons et continuerons à le faire de toutes nos forces à l’avenir. Cette décision n’y change rien. »

L’arrêt de la Cour est contraignant, ce qui signifie que la Suisse doit agir. Si Berne le faisait, cela ajouterait une énorme crédibilité au système démocratique.

Gagner en crédibilité démocratique était également à l’ordre du jour de l’UE cette semaine.

Afin de garantir la transparence et l’équité des prochaines élections européennes, presque tous les groupes politiques du Parlement ont signé un code de conduite.

Les signataires se sont notamment engagés à ne pas produire, utiliser ou diffuser de contenus trompeurs, générés par exemple par l’intelligence artificielle.

Bruxelles a salué le code de conduite comme un moyen important pour lutter contre le niveau élevé de méfiance du public à l’égard des institutions européennes.

« Quelque chose ne va pas à Bruxelles. Je l’ai entendu de partout », a déclaré la vice-présidente de la Commission européenne, Věra Jourová.

« Nous devons faire quelque chose de manière proactive contre ce sentiment des gens selon lequel cela n’a aucun sens d’aller aux élections parce que le système est sale. Le système n’est pas sale. »

Et immédiatement, le système a montré qu’il pouvait produire des résultats significatifs.

Après des années de négociations, le Parlement européen a adopté le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile.

Une série de lois conçues pour rationaliser la politique migratoire et corriger le statu quo actuel.

Pourtant, ce compromis n’est pas apprécié partout.

Certains souhaitent des règles encore plus strictes, d’autres s’inquiètent du respect des droits humains des migrants et de leurs familles.

Pour en discuter, nous avons invité Eve Geddie, chef du Bureau des institutions européennes d’Amnesty International et directrice du plaidoyer.

L’Observatoire de l’Europe : Ainsi, Amnesty a été très critique à l’égard du programme de réformes depuis qu’il a été proposé pour la première fois il y a quatre ans. Je reviendrai sur cette critique dans une minute. Mais d’abord, y a-t-il des éléments positifs dans le Pacte ?

Geddie : Eh bien, c’est positif dans le sens où nous avons désormais un accord, positif dans le sens où les négociations en cours sont terminées. Mais en ce qui concerne les détails techniques de l’accord, pour nous, ce n’est pas du tout positif. Ce que nous constatons ici, c’est une dégradation du droit d’asile. Nous avons également, vous savez, un déploiement de la détention, (une) augmentation de la détention et une normalisation de la détention, à travers l’Europe. Et nous avons ce qui est en réalité une sorte d’approche du plus petit dénominateur commun. Il y a vraiment (une) opportunité pour l’Europe, en tant que groupe de 27 États ayant une approche commune, à notre avis, de proposer quelque chose de vraiment, bien meilleur.

L’Observatoire de l’Europe : Vous dites que le Pacte exposerait les gens à un risque accru de violations des droits de l’homme. Pourquoi en est-il ainsi ?

Geddie : Exactement. Parce que, je veux dire, ce que nous constatons également, c’est qu’avec ce pacte, il y aura moins de soutien juridique pour les gens à leur arrivée. Ils seront soumis à une procédure accélérée. Et avec ce pacte, les États membres de l’UE ont créé cette fiction juridique de non-entrée, de sorte qu’une personne peut se trouver physiquement sur le territoire européen, mais en réalité, le pacte lui refuse les protections et les droits qui y correspondent. C’est également quelque chose de très préoccupant, même au-delà de la migration, uniquement pour l’État de droit et les droits de l’homme en Europe en général.

L’Observatoire de l’Europe : Pourtant, les défenseurs de la réforme la considèrent comme un progrès notable entre l’obstructionnisme d’extrême droite et les solutions fantaisistes d’extrême gauche. Où en pensez-vous ?

Geddie : Je pense que nous aimerions voir les législateurs moins fiers de parvenir à un accord et en fait plus de responsabilités quant aux conséquences réelles de cet accord. Et pour nous, cela ne fera vraiment rien pour améliorer la réponse commune de l’Europe à la migration et protéger tous les peuples aux frontières. Nous appelons depuis longtemps les institutions européennes et les États membres à s’éloigner des intérêts politiques à court terme, qui mettent de côté les droits de l’homme, et à se tourner réellement vers une installation à plus long terme, à l’épreuve du temps. Là encore, les critiques sont nombreuses des deux côtés.

L’Observatoire de l’Europe : Dans le monde, plus de 110 millions de personnes sont déplacées de force. À quoi pouvons-nous nous attendre lorsque le Pacte entrera en vigueur en 2026 ?

Geddie : Ces normes sont bien inférieures à ce que nous aurions souhaité et à ce qu’exigent en réalité le droit international et le droit international des réfugiés. Il est important, je pense, que la Commission commence également à appliquer les normes qu’elle a mises en place. Ce n’est pas que nous soyons arrivés à 2024 sans normes européennes ni normes internationales. Nous les avons. Mais ce que nous voyons, ce sont des États membres qui adhèrent ou non à ces normes et qui violent souvent ces normes de manière flagrante. Ainsi, un élément clé pour nous sera l’application et la responsabilité des normes qui existent.

Laisser un commentaire

4 + huit =