European Commission president Ursula von der Leyen speaks with Ukraine

Jean Delaunay

État de l’Union : comment des élections lointaines peuvent affecter l’Europe

Dans cette édition de l’État de l’Union, nous nous concentrons sur la façon dont les élections dans des pays lointains comme Taiwan et les États-Unis peuvent affecter l’Europe. Nous examinons également les dernières actualités concernant le soutien à l’Ukraine.

Alors que la guerre en Ukraine approche de ses deux ans, il y a eu cette semaine une sorte de shadow boxing sur d’éventuels pourparlers de paix.

À Davos, le président ukrainien Zelensky a convaincu le gouvernement suisse d’organiser une conférence de paix à un moment donné – sans inviter la Russie.

Le ministre des Affaires étrangères de Moscou, Lavrov, a ensuite répliqué en affirmant que l’Ukraine ne déciderait pas du moment où entamer des négociations sérieuses et que « l’Occident » n’était de toute façon pas intéressé par les négociations.

Entre-temps, « l’Occident » semblait se ressaisir en ce qui concerne un soutien militaire supplémentaire.

Certains pays de l’UE se sont engagés à prendre des mesures supplémentaires.

Et l’UE dans son ensemble est désormais prête à approuver prochainement son plan de 50 milliards d’euros, avec ou sans la Hongrie qui le bloque depuis des mois.

« Il est très important de collaborer avec les 27 États membres de l’Union européenne pour que les 50 milliards d’euros soient opérationnels sur quatre ans », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à L’Observatoire de l’Europe à Davos.

« Ma priorité personnelle est d’obtenir un accord à 27 ans. Si cela n’est pas possible, nous sommes prêts à un accord à 26 ans. »

Il y a un nouveau sentiment d’urgence, alors que l’aide à l’Ukraine de la part de son plus grand donateur, les États-Unis, est embourbée dans des luttes politiques internes à Washington.

Et puis il y a la perspective d’un retour de Donald Trump à la Maison Blanche l’année prochaine, bien que spéculative à ce stade, ce qui pourrait signifier la fin du soutien américain à l’Ukraine.

Un cauchemar pour beaucoup en Europe – mais un cauchemar contre lequel il existe, selon la présidence belge de l’UE, un grand remède : réveillez-vous !

« Si 2024 nous apporte à nouveau ‘l’Amérique d’abord’, ce sera plus que jamais ‘l’Europe seule' », a déclaré le Premier ministre belge Alexander De Croo dans un discours devant le Parlement européen à Strasbourg.

« En tant qu’Européens, nous ne devrions pas craindre cette perspective. Nous devrions l’accepter. Nous devrions l’accepter en mettant l’Europe sur des bases plus solides. Plus forte, plus souveraine, plus autonome. »

Certes, Trump a remporté massivement les caucus de l’Iowa cette semaine, mais le chemin est encore long avant le jour des élections de novembre.

L’élection présidentielle américaine n’est pas la seule à avoir des conséquences majeures pour l’Europe cette année.

Il y a une semaine, le peuple taïwanais a élu un nouveau président qui refuse fondamentalement de céder devant Pékin qui considère l’île comme une province en fuite.

La réaction européenne à cette expression démocratique a été plutôt modérée : l’Europe a-t-elle trop peur des réactions négatives de Pékin ?

Questions à Mareike Ohlberg, chercheuse principale au programme Indo-Pacifique du German Marshall Fund et directrice du Stockholm China Forum, qui a rejoint L’Observatoire de l’Europe depuis Berlin.

L’Observatoire de l’Europe : Les élections à Taiwan ont donc été l’un des événements géopolitiques les plus surveillés de l’année. Pourtant, à l’approche du vote, l’Union européenne ne s’en est pratiquement pas rendu compte : Taiwan est-elle une patate trop chaude ?

Ohlberg : Il y a bien sûr encore des réticences et des commentaires à ce sujet dans une certaine mesure. Vraisemblablement, il existe encore une certaine nervosité à l’idée d’offenser la Chine dans une certaine mesure. Il y a donc une petite danse autour de tout cela. Mais dans l’ensemble, les gens ici sont beaucoup plus attentifs aujourd’hui qu’il y a quelques années à peine.

L’Observatoire de l’Europe : La position officielle de l’UE est la suivante : oui, aux relations bilatérales avec Taiwan, mais pas de reconnaissance politique ou diplomatique. Cela étant dit, voyez-vous une opportunité de coopération plus étroite maintenant que les élections sont terminées ?

Ohlberg : Je pense que ce que nous pouvons faire, c’est poursuivre une partie de la société qui est déjà en place ou une coordination plus étroite que nous avons eue au cours des deux dernières années. Je veux dire, nous avons reçu quelques visites, principalement de délégations du Parlement en visite à Taiwan. C’est une chose qui s’est produite. Et puis nous avons également assisté à des relations plus prudentes au niveau ministériel, où, par exemple, des ministres se sont rendus à Taiwan pour parler à leurs homologues taïwanais. Et je pense que ce sont surtout ces petites coopérations qui établissent des liens et veillent à ce que l’Europe s’investisse à Taiwan, où je vois le plus d’avantages.

L’Observatoire de l’Europe : Des délégations parlementaires et gouvernementales de l’UE ont effectué 28 visites à Taiwan l’année dernière, un nouveau record – comment interprétez-vous cet intérêt ?

Ohlberg : L’Europe ne peut pas vraiment offrir grand-chose à Taiwan en termes de sécurité et de défense concrète. Je pense que l’Europe n’a pas la capacité de le faire. Mais une chose que l’Europe peut faire est de manifester son intérêt pour Taiwan et d’essayer de signaler au gouvernement chinois que l’Europe a un intérêt direct dans la stabilité du détroit de Taiwan et qu’elle serait fermement opposée à toute tentative de modifier le statu quo. par des moyens militaires ou par la coercition.

L’Observatoire de l’Europe : Au-dessus de tout cela, il y a bien sûr la crainte de représailles de la part de Pékin. L’UE a-t-elle le courage de se battre avec les communistes chinois au sujet d’accords, même symboliques, avec Taiwan ?

Ohlberg : Si vous faites allusion à des accords commerciaux bilatéraux, je ne pense pas vraiment que cela se produira bientôt. Il y a eu une pression en ce sens, par exemple, au Parlement européen. Il existe une certaine réticence du côté de la Commission, ainsi que de plusieurs autres côtés. Je ne m’attends pas à ce que cela se produise. Mais je pense qu’il existe d’autres moyens et d’autres canaux pour intensifier les liens avec Taiwan, y compris les liens commerciaux. Cela n’a peut-être pas le même effet, mais cela est également utile à cet égard.

Laisser un commentaire

dix + 5 =