NATO Secretary General Jens Stoltenberg, right, and Belgium

Jean Delaunay

État de l’Union : anniversaire de l’OTAN et corruption en Europe

Dans cette édition de l’État de l’Union, nous examinons la célébration par l’OTAN de son 75e anniversaire dans le contexte d’une guerre hybride russe croissante. Un autre sujet est celui de la corruption en Europe : les hommes politiques ont-ils retenu la leçon ?

Nous avons organisé une grande fête d’anniversaire en ville cette semaine : l’OTAN a célébré son 75e anniversaire.

Il y aura une véritable fête à Washington cet été, mais l’événement a été jugé si important que de hauts responsables sont venus à Bruxelles pour l’occasion – et pour une petite fête.

Et il y avait un invité spécial qui a voyagé depuis les archives du gouvernement américain jusqu’au siège de l’OTAN : le traité original de l’Atlantique Nord.

Un document historique qui a solidifié 75 ans de défense collective à travers l’Europe et l’Amérique du Nord.

Cet anniversaire est survenu alors que l’alliance discutait de plans visant à fournir un soutien militaire à long terme plus prévisible à l’Ukraine.

« Nous devons modifier la dynamique de notre soutien », a déclaré le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

« Nous devons garantir à l’Ukraine une assistance en matière de sécurité fiable et prévisible sur le long terme. Afin que nous dépendions moins des contributions volontaires et davantage des engagements de l’OTAN. Moins d’offres à court terme et davantage d’engagements pluriannuels. »

Lors de la réunion de l’OTAN, les participants ont également discuté du comportement agressif de la Russie en termes de guerre hybride – dirigée non seulement contre l’Ukraine, mais contre l’ordre de paix européen en général.

Vladimir Poutine, a déclaré la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock, vise à saper et à éroder les démocraties en Europe de l’intérieur : « Nous ne devons pas non plus être naïfs là-bas. Ce que nous avons vu ces dernières années n’est pas une coïncidence, mais une déstabilisation ciblée dans différents pays européens, avec de la désinformation et des cyberattaques.»

La raison pour laquelle elle s’en est prise à Poutine est un scandale en gestation connu dans les premiers rapports sous le nom de « Russiagate ».

Des responsables politiques de plusieurs pays de l’UE sont accusés d’avoir été soudoyés par Moscou pour reprendre les arguments du Kremlin.

L’idée est d’influencer l’opinion publique européenne avant les élections européennes de juin.

Un député de droite allemand aurait accepté 25 000 euros pour ce faire.

Si ce n’est pas de la corruption de manuels scolaires…

Nous avons parlé à un homme qui s’y connaît en corruption, Nicholas Aiossa, directeur de Transparency International EU.

L’Observatoire de l’Europe : Alors, si vous regardez la dernière législature du Parlement européen, en particulier avec le soi-disant scandale du Qatargate, la corruption dans l’UE est-elle devenue un problème plus grave qu’avant ?

Aiossa : Je ne pense pas qu’il soit devenu plus grand. Je pense que c’est devenu plus effronté. Je veux dire, le fait que des députés européens en exercice, d’anciens députés européens et des membres du personnel de l’UE se promènent avec des valises pleines d’argent, comme s’ils pouvaient agir sans crainte de conséquences, est un réel problème. Et je pense que c’est devenu un problème parce que les institutions n’ont pas entrepris les réformes nécessaires sur leurs cadres éthiques et anti-corruption.

Les institutions, notamment le Conseil, n’ont pas adopté la directive anti-corruption. Et la Commission doit utiliser plus rigoureusement les outils préventifs et punitifs dont elle dispose pour lutter contre la corruption. Et jusqu’à ce que ces choses se produisent, je pense que la situation ne fera qu’empirer.

L’Observatoire de l’Europe : À ce propos, il n’existe toujours pas de contrôle indépendant de la conduite des membres du Parlement. Pourquoi l’institution n’a-t-elle pas été plus sérieuse en matière de réforme ?

Aiossa : Parce que je crains qu’il y ait une culture de l’impunité qui a pu s’envenimer pendant des décennies, qui a empêché les réformes nécessaires à la suite du scandale. Il n’existe pas, comme vous le dites, de contrôle indépendant de leur comportement éthique. Et lorsqu’il y a des violations des règles, il n’y a pas de sanctions, elles sont mises en place et elles ne sont pas assez fortes pour avoir un effet dissuasif. Et cette culture perdurera malheureusement jusqu’à ce que certaines de ces réformes soient mises en place.

L’Observatoire de l’Europe : Il existe évidemment d’énormes différences en matière de corruption entre les États membres. Comment cela s’est-il déroulé au cours des cinq dernières années ? Est-ce devenu une réelle menace pour la démocratie ?

Aiossa : Oui, la corruption et l’érosion de l’État de droit constituent toujours une menace pour la démocratie. Et malheureusement, je dirais qu’au cours des dix dernières années, nous avons assisté dans certains États membres à un déclin constant en matière d’État de droit et de capacité à lutter contre la corruption. Je pense que l’un des principaux problèmes, malgré quelques améliorations récentes, dans la boîte à outils dont dispose la Commission pour résoudre ce problème, est qu’elle s’est montrée trop craintive et trop craintive quant à l’utilisation de ces outils pour faire face aux situations dans les États membres.

L’Observatoire de l’Europe : Je voudrais conclure sur une note positive : dans quelle mesure êtes-vous convaincu que la classe politique européenne a retenu la leçon ?

Aiossa : Je ne suis pas sûr de pouvoir vous donner cette note positive, malheureusement. Je ne suis pas aussi confiant, surtout l’année dernière, que je voudrais l’être à ce stade. Je ne pense tout simplement pas que le Parlement, au moins, ait compris la gravité du scandale et que la réponse à ce scandale ait finalement été faible et maigre. Et lors du vote, des ajustements très faibles et très limités aux règles ont finalement été convenus.

Ils n’ont pas résolu les problèmes structurels en matière de contrôle indépendant ou de sanctions. Je veux dire, nous avons encore des députés qui occupent des emplois secondaires très lucratifs auprès d’entreprises qui font du lobbying auprès des mêmes institutions, et ils trouvent cela tout à fait normal. Et je pense qu’ils font beaucoup de mal à eux-mêmes et à la réputation du Parlement. Et malheureusement, en cette année électorale, il est peut-être encore temps de renverser la situation. Et j’espère qu’ils profiteront des huit prochaines semaines pour y parvenir.

Laisser un commentaire

16 − 8 =